EMISSION DU 12/07 - par bourse news Maroc: 70% des investissements des MRE concernent l'immobilier

El Mansouri a mis en exergue le souci du ministère de faciliter l'accès des Marocains résidant à l'étranger (MRE) à l'administration et appuyer leur contribution au développement de leur mère patrie, qu'il s'agisse d'acquisition de logements ou de biens immobiliers à des fins d'investissement.

Dans une réponse à une question sur "Les mesures adoptées au profit de la communauté marocaine résidant à l'étranger dans le domaine du logement", posée par le Groupe Authenticité et modernité (PAM) lors de la séance des questions orales à la Chambre des conseillers, Mme El Mansouri a relevé que le ministère avait organisé la première édition de la campagne d'accompagnement des MRE du 28 juillet au 10 août 2022, et ce en aménageant des espaces d'accueil au niveau des différents points de passage (aéroports et ports) ainsi que des aires de repos.

Dans le cadre du suivi de l'assistance technique et administrative, les agences urbaines ont dans ce sens élargi leurs prestations numériques en allouant un espace dédié aux MRE et qui permet l'obtention d'informations par voie électronique, le traitement électronique des réclamations, et la communication sur les offres d'investissements disponibles au niveau territorial, a-t-elle ajouté. Ces procédures ont permis l'examen de 3.667 dossiers, dont 2.853 ont été approuvés, soit 78%, ainsi que de livrer 645 notes de renseignements urbanistiques, dont 32% en format numérique, a-t-elle fait savoir. Sur la base de l'évaluation de la première édition de la campagne d'accompagnement des MRE, qui a enregistré 1.281 visiteurs, la ministre a émis la circulaire n° 3511 en date du 12 juin 2023, dans l'objectif d'organiser la deuxième édition de cette campagne pour l'été 2023, prévue en août prochain.

En réponse à une autre question sur "les programmes destinés au monde rural dans le domaine de l'aménagement du territoire, de l'urbanisme et de l'habitat", posée par le groupe du Rassemblement national des indépendants, la ministre a affirmé que le monde rural représente 98% du territoire national, 85% des collectivités territoriales et 40% de la population nationale.

Le ministère œuvre, selon une approche participative, à élaborer des programmes et des visions de développement intégrés au profit du monde rural, a-t-elle souligné, notant qu'en ce qui concerne l'aménagement du territoire national, l'examen de l'espace territorial a permis d'identifier 281 collectivités territoriales dont le taux précarité dépasse 73%, ce qui concerne 3 millions de la population totale du Maroc (dont 179 sont situés dans les zones montagneuses).

Le ministère a mis en place un programme de développement intégré des zones fragiles qui, explique Mme El Mansouri, concerne dans un premier temps la mise en œuvre de projets ressemblant les collectivités territoriales au niveau de trois régions qui concentrent 32% des collectivités territoriales fragiles, à savoir Marrakech-Safi, Béni Mellal-Khénifra et Drâa-Tafilalet, outre 29 collectivités territoriales regroupant 200.000 habitants. Des études techniques sont en cours afin de mettre en place une conception précise de ces projets au cours de l'année 2023, a-t-elle dit, ajoutant que ces projets seront mis en œuvre au niveau territorial à partir de 2024.

Le lancement officiel de la phase initiale du programme de développement intégré des zones fragiles a été donné mercredi 14 juin 2023 dans la région de Béni Mellal-Khénifra, a-t-elle affirmé, relevant que ce programme sera généralisé au reste des collectivités territoriales fragiles.

S'agissant des questions ayant trait à l'urbanisme et à l'habitat, poursuit la ministre, une nouvelle approche a été adoptée pour assurer la promotion du monde rural afin de renforcer la cohésion territoriale, réduire les disparités spatiales et améliorer les conditions de vie des habitants du monde rural.

Elle a salué, à cet effet, le Dialogue national de l'urbanisation et de l'habitat, dans le cadre duquel un atelier consacré au monde rural et à la réduction des disparités territoriales avait abouti à de nombreuses recommandations.

Parmi ces recommandations, fait-elle valoir, figure la révision de la loi sur la construction en milieu rural, sur laquelle se penche actuellement le ministère, la mise en place d'une gouvernance adaptée aux spécificités des zones rurales, l'accélération de l'accès des zones rurales aux documents d'urbanisme (84% de ces zones sont actuellement couvertes), et la mise en œuvre de l'assistance architecturale et technique.