Mardi 28 Mai 2019

Revue de presse économique du 28 mai 2019

Revue de presse économique du 28 mai 2019

Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce mardi :

Le Matin :

• Sa Majesté le Roi Mohammed VI, Amir Al Mouminine, accompagné de S.A.R. le Prince Héritier Moulay El Hassan, de S.A.R. le Prince Moulay Rachid et de S.A. le Prince Moulay Ismaïl, a présidé, lundi au Palais Royal à Casablanca, la cinquième causerie religieuse du mois sacré du Ramadan. Cette causerie a été animée par le professeur Mohamed Laaroussi, chef de service de cardiologie à l'hôpital Ibn Sina à Rabat, sous le thème "Les secrets du cœur entre les signes religieux et les changements scientifiques", à la lumière du verset coranique : "Que ne voyagent-ils sur la terre afin d’avoir des cœurs pour comprendre, et des oreilles pour entendre ? Car ce ne sont pas les yeux qui s’aveuglent, mais ce sont les cœurs dans les poitrines qui s’aveuglent" (Sourat Al-Haj). 

• Sa Majesté le Roi Mohammed VI a procédé, lundi à Casablanca, au lancement du Programme national d’appui aux micro-projets et à l’auto-emploi au profit des ex-détenus - Ramadan 2019, une illustration nouvelle de la sollicitude Royale constante en faveur d'une intégration socio-professionnelle de cette frange de citoyens. Initié par la Fondation Mohammed VI pour la Réinsertion des Détenus, ce programme, qui mobilise cette année une enveloppe budgétaire globale de plus de 13,5 millions de dirhams (contre 8,1 millions au titre de l'année précédente), devra bénéficier à 478 anciens détenus, originaires des régions de Casablanca-Settat, Rabat-Salé-Kénitra, Marrakech-Safi, l'Oriental, Fès-Meknès, Tanger-Tétouan-Al Hoceima, Laâyoune-Sakia El Hamra, Guelmim-Oued Noun, Souss-Massa et Drâa-Tafilalet.

L’Economiste :

• Le rallongement des délais de paiement préoccupe la Confédération patronale. La CGEM s'apprête à dévoiler tout un dispositif qui s'articule autour de plusieurs volets. La Confédération sollicite l'Etat régulateur pour mettre en place des mesures dissuasives, notamment sanctionner les mauvais payeurs par des amendes directes et lourdes, leur interdire l'accès aux commandes publiques ou encore la non-déductibilité des factures de fournisseurs non réglées dans les délais impartis. La CGEM appelle aussi à l'instauration des intérêts moratoires de l'ordre de 5% au minimum. Il est aussi prévu d'élargir, aux effets de commerce, les sanctions appliquées au chèque impayé.

• Ils sont logés au sein des chambres de commerce et bénéficient d'une subvention de l'Etat mais n'arrivent toujours pas à atteindre la vitesse de croisière. Les centres consulaires de gestion et de comptabilité agréés (Cecogec) ne connaissent pas l'affluence espérée. Le rôle de ces centres est d'assister les petites unités à tenir leur comptabilité, améliorer leur gestion et in fine sortir de l'informel. Une situation à mettre en partie sur le manque de communication sur ces structures et aussi sur la crainte du fisc. De nombreux petits opérateurs préfèrent rester loin des radars des impôts. Pour Abdellatif Lahnichi, directeur du centre de Rabat, la dynamisation de ces centres nécessite l'introduction de nouvelles mesures comme l'élargissement de la liste des bénéficiaires aux sociétés et le relèvement du seuil d'abattement de la base imposable de 15 à 20% 

Aujourd’hui le Maroc :

• La scène politique retient son souffle. La Chambre des représentants organise aujourd'hui une séance plénière pour l'adoption des projets de loi prêts. Mais un seul parmi tous attire l'attention. Il s'agit bien évidemment du projet de loi relatif au statut de Bank Al-Maghrib (BAM). Et pour cause. Le texte suscite depuis quelque temps la controverse. Lors de son passage à la deuxième Chambre, le texte a subi une modification permettant d'éditer les billets de banque en langue amazighe. Seulement les députés de la première Chambre ont vu les choses autrement, supprimant au passage cette disposition en commission. Mais rien n'est encore joué puisque le vote de la séance plénière de mardi sera décisif. Il faut dire que depuis le vote en commission, beaucoup d'eau a coulé sous les ponts. Le groupe parlementaire du Rassemblement constitutionnel (majorité parlementaire) réunissant les députés RNI et ceux de l’UC s'est dit favorable à l’amendement de l’article 57 du projet de loi portant statut de BAM, sur l’utilisation de l’Amazigh dans la monnaie nationale.

• Un bilan fade pour l'activité microfinance au premier trimestre de l'année. Bien que ce secteur se soit montré résilient les mois derniers en dépit des enjeux conjoncturels auxquels il fait face, la performance au titre des trois premiers mois est au ralenti. Une régression qui laisse augurer d'un avenir flou à cette activité ayant longtemps desservi une large population de Marocains aussi bien au niveau urbain que rural. Le premier chiffre qui interpelle dans la note trimestrielle des tendances du secteur établie par le Centre Mohammed VI de soutien à la microfinance solidaire est le repli des taux de renouvellement des prêts. Si l'on compare le premier trimestre 2019 à fin décembre 2018, on relève une baisse de 2 points en termes de renouvellement. Libération :

• Le dirham s'est apprécié de 0,13% par rapport à l’euro et de 0,24% vis-à-vis du dollar lors de la période allant du 16 au 22 mai 2019, selon Bank Al-Maghrib (BAM). Au cours de cette période, aucune opération d’adjudication n’a été réalisée sur le marché des changes, indique BAM dans une note sur ses indicateurs hebdomadaires. Au 17 mai, les réserves internationales nettes se sont quasiment stabilisées, d’une semaine à l’autre, à 232,3 milliards de dirhams (MMDH). Elles se sont accrues, en glissement annuel, de 1,4%, indique BAM.

• Le Groupe OCP a réalisé durant le premier trimestre 2019 un chiffre d'affaires de 12,52 milliards de dirhams (MMDH), en hausse de 20% par rapport à celui enregistré à la même période de l'exercice précédent, a annoncé le leader mondial des produits phosphatés. Cette performance a été soutenue d'une part, par l’augmentation des volumes exportés d’acide et d’engrais, et d’autre part, par la hausse des prix sur les trois segments (roche, acide et engrais), ce qui a largement compensé la légère baisse des volumes d’exportations de la roche, a expliqué le Groupe. 
 Bayane : 



• L'infrastructure sanitaire dans la province de Sidi Kacem s'est renforcée par la mise en service d’une unité de radiologie au centre hospitalier provincial, réalisée pour un coût global de plus de 12,3 MDH, avec comme objectif de réduire les délais d’attente et garantir la continuité du service de radiologie. Cette unité de radiologie, qui bénéficiera à 522.270 habitants de la province et à 300.000 personnes issues des provinces limitrophes, a été construite selon des normes modernes et de haute qualité, dans le but de rapprocher les services médicaux de la population locale, alléger la pression sur les centres hospitaliers et réduire les disparités territoriales.

• La Chambre des représentants poursuit son action d'institutionnalisation de la coopération avec les parlements nationaux africains sur la base d'une diplomatie parlementaire solidaire et d'un soutien mutuel au service des causes continentales et des intérêts et droits africains, conformément à la vision marocaine et la stratégie du Royaume dans le continent, a affirmé le président de cette institution législative, Habib El Malki. Dans une déclaration à la presse à l'occasion de la Journée mondiale de l'Afrique (25 mai), Malki a souligné l'importance stratégique du retour du Royaume à sa famille africaine, sous la conduite sage et éclairée de SM le Roi Mohammed VI, rappelant que ce retour constitue une grande valeur ajoutée pour l’action conjointe africaine et pour la dynamisation de coopération Sud-Sud et de la solidarité africaine à laquelle le Souverain accorde un grand intérêt.

L’Opinion :

• Une avancée notable a été réalisée dans la numérisation des données documentaires, a indiqué le ministère de la Culture et de la Communication - département de la Culture-, faisant état de la numérisation d'un total de 7.000 éléments du patrimoine culturel national. Dans le souci de sauvegarde et de mise en valeur du patrimoine culturel national, le ministère poursuit ses efforts de documentation et d'archivage des différentes composantes de cet héritage par sa numérisation dans un système informatique doté d’un portail électronique inventoriant les données du patrimoine culturel national, souligne le ministère dans un communiqué.

• La scolarisation des enfants en situation de handicap est encore faible au Maroc, du fait d'un système éducatif qui ne répond ni à leurs attentes, ni à leurs besoins et encore moins à leurs droits. Le constat est du Conseil Supérieur de l'Education, de la Formation et de la Recherche Scientifique dressé (CSEFRS) dans son projet d'avis sur l’Education des personnes en situation d’handicap. Le taux de scolarisation des enfants en situation de handicap âgés de 4 à 15 ans est seulement de 55,1% en 2014, sachant que, selon l'enquête nationale de handicap de 2014, le nombre de personne handicapées est de 2.264.672.
Al Ittihad Al Ichtiraki :

• Sa Majesté le Roi Mohammed VI, Amir Al-Mouminine a procédé, après la prière du vendredi à la mosquée "Al Israa wa Al Miaaraj" à Casablanca, à la remise du Prix Mohammed VI aux majors du Programme de lutte contre l'analphabétisme dans les mosquées au titre de l’année 2017-2018. Il s’agit de Fatema Laâdam (Salé), Yamna Abjaou (Tantan), Mina Esskouri (Nouaceur), Hayat Sennoun (Oujda) et El Hassania Mennouna (Zagora). A cette occasion, le ministre des Habous et des Affaires islamiques, Ahmed Toufiq a prononcé une allocution devant SM le Roi, Amir Al Mouminine, dans laquelle il a souligné que le Programme de lutte contre l'analphabétisme dans les mosquées a bénéficié, depuis son lancement en l'an 2000 et jusqu'à 2018, à plus de 3 millions de personnes, auxquelles s'ajoutent celles qui suivent le Programme sur la Chaîne Mohammed VI du Saint Coran, diffusé deux fois par jour, et sur le site Web du ministère des Habous et des Affaires islamiques.



• Les éléments du service préfectoral de la police judiciaire de Casablanca ont procédé sur la base d'informations précises fournies par les services de la Direction générale de la surveillance du territoire, à l'arrestation de deux ressortissants espagnols, accompagnés de deux Marocains, pour leur implication présumée dans une affaire de possession d'une quantité d'or soupçonnée provenir ou être liée à des activités criminelles. Les recherches et investigations menées dans le cadre de cette affaire ont permis d'interpeller les quatre suspects à bord d'un véhicule immatriculé à l'étranger, en possession de 78 plaques d'or, d'un poids total de 11,7 kg, à la recherche d'acheteurs potentiels, indique la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN).



Akhbar Al Yaoum :

• La diplomatie marocaine est appelée plus que jamais à multiplier les efforts et à entreprendre pour la première fois des négociations politiques bilatérales avec de petites formations politiques, loin des deux plus grands partis, populaire et socialiste. Ces derniers dominaient, jusqu’à dimanche dernier, la scène politique européenne. Ainsi, la diplomatie marocaine doit se défendre, depuis les coulisses de l’UE, les intérêts stratégiques du Royaume, notamment l’intégrité territoriale et les accords commerciaux relatifs à l’agriculture et à la pêche maritime, établis entre Rabat et Bruxelles. Cette nouvelle donne s’est imposée suite aux résultats presque définitifs des législatives européennes, qui ont signalé une défaite retentissante de LREM de Macron contre le RN de Marine le Pen, un parti d’extrême droite. A ceci s’ajoute la régression des deux partis traditionnels et alliés du Maroc, à savoir les partis populaire et socialiste, contre la montée en puissance des blocs des libéraux et des verts. 

• Saad Dine El Otmani, chef du gouvernement et secrétaire général du PJD, a indiqué que son parti a réussi à insuffler la confiance, la crédibilité et la moralisation de la vie politique, soulignant que "certains se raffermissent par des médias ou par l’administration pour faire pression sur le PJD". Or, poursuit El Otmani, le PJD est un parti politique qui, essaie tant que possible de servir l’intérêt de la nation tout en s'attachant aux constantes de la Nation, prévues par la Constitution de 2011.

Al Ahdath Al Maghribia :

• Le nombre de personnes en situation de handicap a atteint 12,5% du total de la population marocaine, selon une enquête nationale sur le handicap menée par le Secrétariat d’Etat chargé de la famille. Chaque famille sur quatre est concernée par le handicap, selon cette enquête menée avec l’assistance technique de l’organisation Handicap International. Cette étude a aussi relevé que cette tranche de la population bénéficie d’une faible éducation, en précisant que 66,1% de cette catégorie n’ont aucun niveau scolaire.



• Les prix des légumes ont rebondi de 50 à 100%, après un léger recul durant la deuxième semaine du ramadan. Les commerçants expliquent cette hausse par l'augmentation de la demande par rapport à l’offre au cours de cette période. Selon les marchands de détails, cette flambée des prix résulte de l’augmentation des prix dans les marchés de gros, à l’instar du marché de gros de Casablanca, ce qui les a poussés à incrémenter les prix au niveau des pointes de ventes. Les commerçants du souk de Bernoussi à Casablanca appellent, quant à eux, à entreprendre les mesures nécessaires pour que les prix référentiels affichés aux marchés de gros, à l’occasion du mois de ramadan, soient respectés afin de préserver le pouvoir d'achat des citoyens.



Al Alam :



• Nizar Baraka, secrétaire général du PI, a indiqué que le bilan de mi-mandat du gouvernement est en deçà des attentes des citoyens, car il s’agit d’un bilan sectoriel et non d’un bilan gouvernemental. Baraka n’a pas manqué de critiquer les politiques publiques, notant que le gouvernement n’a apporté aucune solution aux importants dossiers toujours en suspens. La baisse du taux de croissance, la hausse du chômage, la précarité qui touche la classe moyenne, l'érosion du pouvoir d’achat et l’accentuation des disparités sociales et spatiales sont autant de facteurs qui expliquent cet état de fait.



• Les services vétérinaires de l’Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA) à Fès ont saisi et détruit deux tonnes de sardines impropres à la consommation. Dans le cadre des opérations de contrôle, 122 cageots de sardines ont été saisis, en provenance de Casablanca et à destination du marché de gros aux poissons de Fès. C’est la deuxième opération du genre, conduite par la direction régionale (Fès-Meknès) de l’ONSSA, après une première saisie de 4 tonnes de denrées alimentaires impropres à la consommation au cours des dix premiers jours du ramadan.
Al Massae :

• Les secrétaires généraux de la majorité s'apprêtent à tenir en juin une nouvelle réunion, sous la présidence de Saad Dine El Otmani, chef de gouvernement, sur fond de désaccords sur le projet de loi-cadre sur l’enseignement, bloqué dans la commission de l’enseignement, de la culture et de la communication à la Chambre des représentants, à cause de l’attitude du groupe PJD contre l’enseignement des matières scientifiques en français. El Otmani aurait demandé aux secrétaires généraux de la majorité de donner une occasion aux groupes parlementaires d’accommoder leur différend au lieu de politiser le sujet et rejeter sa résolution sur la responsabilité des partis, en dehors du parlement, selon des sources du journal.

• Bien que le gouvernement ait adopté une loi portant interdiction d’utilisation des sacs plastique et après une vaste campagne menée par les autorités contre les usines de production de ces sacs, une commission se penche actuellement sur l’élaboration d’un nouveau texte prévoyant des sanctions sévères contre les vendeurs de ces sacs. Les membres de cette commission tentent d’élaborer en effet un projet de loi modifiant et complétant la loi 77.15 portant interdiction de la fabrication, de l'importation, de l'exportation, de la commercialisation et de l'utilisation de sacs plastique.

Bayane Al Yaoum :

• Le ministère du transport tient aujourd’hui une réunion avec les professionnels du transport international des voyageurs pour examiner les problèmes du secteur, notamment la question qui a fait déborder le vase avec l’Espagne, dont la douane au port d'Algesiras exige que les autocars se débarrassent de leurs bagages avant de passer la frontière. Mustapha Jeffal, président de la Fédération marocaine du transport international des voyageurs, a affirmé que les professionnels ont reçu une invitation de la part du ministère, suite à la dernière contestation qu’ils ont organisée à l’entrée du port Tanger Med, et où plus de 32 autocars ont participé. Les professionnels comptent beaucoup sur cette réunion pour trouver une solution définitive à ce problème.

• Des acteurs associatifs et politiques ont appelé, samedi à Rabat, au renforcement du positionnement des femmes dans les instances politiques, en prévision des prochaines échéances électorales. Participant à un débat initié sous le thème "Le positionnement des femmes dans les instances politiques au Maroc, bilan et défis à la veille des élections de 2021", par le réseau ConnectinGroup International, en partenariat avec la Fondation Friedrich Naumann pour la liberté, ces acteurs ont salué l'apport de la Constitution de 2011 qui a permis d’asseoir les bases d’une participation effective de la femme dans le processus de prise de décision.

Rissalat Al Oumma :

• Une appréciation positive formulée par la Direction des études et des prévisions financières (DEPF) quant à la dynamique économique du Maroc. La dernière note de conjoncture de ce département relevant du ministère de l’économie et des finances met en exergue une évolution sectorielle positive au titre de ces premiers mois de l’année 2019. La DEPF fait ressortir un redressement soutenu de la plupart des branches d’activité. Tel est le cas pour les activités secondaires dont la reprise se confirme notamment au niveau énergétique et industriel. Un bon comportement des activités tertiaires a été également constaté. Une performance tirée par la bonne dynamique des activités du transport, du tourisme et des télécommunications.



• Le palmarès des Pavillons bleus 2019 dévoilé. Le Maroc arrive en tête de liste des pays arabes, en occupant la 42e place à l’échelle mondiale en termes de nombres de plages labellisées "Pavillon bleu". Par ce classement, le Maroc a surclassé des pays avancés tels que la Russie, la Belgique, le Japon et la Corée du Sud. Sur l’échelon africain, le Maroc arrive deuxième, avec un seul port et 20 plages labellisés Pavillon bleu. L’Afrique du Sud est en première position avec 49 plages, 8 ports de plaisance et 12 bateaux.

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Mercredi 09 Mars 2022

Revue de presse économique du 9 mars 2022

Mardi 01 Mars 2022

Revue de presse économique du 1er mars 2022

Mercredi 23 Fevrier 2022

Revue de presse économique du 23 février 2022

Lundi 21 Fevrier 2022

Revue de presse économique du 21 février 2022

S'inscrire à la Newsletter Boursenews

* indicates required