EMISSION DU 19/10 - par bourse news Bourse de Casablanca : CDMC revient sur les faits marquants du trimestre écoulé

La place boursière casablancaise qui a démarré l’année sous de bons auspices, à l’issue d’un exercice 2015 dans le rouge, parvient à maintenir ses principaux indicateurs dans le vert, pour terminer le troisième trimestre 2016 en nette progression. Les analystes de Crédit du Maroc Capital ont décortiqué les faits marquants du trimestre écoulé, caractérisé, entre autres, par l'IPO Marsa Maroc.


Après un premier semestre positif, placé sous le signe de l’accélération de la réforme du marché boursier marocain, notamment avec la mise en place de l’Autorité Marocaine du Marché des Capitaux (AMMC) avec des prérogatives élargies comparé à l’ancien régulateur du marché des capitaux (CDVM) et la clôture du processus de démutualisation de la société gestionnaire, la Bourse de Casablanca corrobore la tendance haussière entamée dès début 2016. En effet, la place casablancaise, pour qui la première moitié de l’année s’est soldée par un gain de +6,5%, a vu ses deux baromètres, Masi et Madex, s’adjuger respectivement +5,61% à 10.039,14 points et +5,78% à 8.214,61 points, entre juillet et septembre 2016, plaçant ainsi leur performance "Year-To-Date" (YTD) respective à +12,47% et +13,22 %, rappellent les analystes du Broker. 

Selon les analystes de Crédit du Maroc Capital (CDMC), cette prouesse intervient dans un contexte marqué notamment par l’accroissement de la masse bénéficiaire des sociétés cotées de 14,3% à 15,2 milliards de dirhams (MMDH) à fin juin 2016. Concernant la majorité des secteurs cotés, cette embellie semestrielle est redevable, notamment, à l’amélioration de la performance d’un nombre non négligeable de sociétés qui, après avoir subi le poids de plusieurs aléas, ont développé une certaine résilience face à un contexte macro-économique en fluctuation, ont-ils expliqué. Cette performance coïncide également avec la conjonction de plusieurs événements, dont l’adoption du Projet de loi relatif à la Bourse des valeurs, aux sociétés de Bourse et aux conseillers en investissement financier par la Chambre des conseillers, relève la société de bourse dans son "Bilan trimestriel CDMC marché Actions T3 2016".

D'une dimension globale, ce projet qui promet de nombreuses avancées vise, entre autres, la relance de la Bourse et le renforcement du rôle du marché des capitaux dans le financement et le développement de l’économie nationale, ajoute la même source. Le 3ème trimestre de l’année a été aussi marqué par la concrétisation tant attendue de l’introduction en bourse (IPO) de l’opérateur portuaire, Marsa Maroc, le 19 juillet 2016, qui a enrichi la cote d’un volume mensuel de 516,44 millions de dirhams (MDH). L’opération a été souscrite à 12 MMDH pour 1,9 MMDH proposés. Le nombre d’actions demandées a été de 185,9 millions de titres, pour 29,3 millions réellement attribués. Au final, le taux de satisfaction s’est établi à 15,79%.

La publication de CDMC évoque aussi l’intégration du producteur privé d’électricité, Taqa Morocco, de l’indice MSCI Frontier Markets Morocco, suite à la révision trimestrielle des indices du Morgan Stanley Capital International (MSCI), ainsi que la validation par l’AMMC de l’offre publique d’achat (OPA) obligatoire visant les actions Ciments du Maroc initiée par HeidelbergCement France. L’OPA porte sur 5.441.450 titres pour un prix unitaire de 1.130 dirhams. Il en ressort un taux de participation ne dépassant guère les 0,07%, selon les analystes de CDMC, qui notent que sur le nombre total des titres visés par l’offre, seulement, 3.753 actions ont été présentées à travers 15 apporteurs de titres. Parmi les faits marquants du trimestre, la société de bourse évoque aussi la radiation des actions Holcim Maroc de la cote suite à la fusion avec Lafarge Ciments et la publication de la lettre de cadrage fixant les principaux axes du projet de Loi de Finances 2017.

Ces derniers, seront axés, selon l’exécutif, sur l’accélération industrielle afin de poursuivre la mise en œuvre de la transformation structurelle de l’économie nationale, le renforcement de la compétitivité du tissu productif et la promotion des investissements privés, ainsi que la valorisation du capital humain et la réduction des disparités sociales et territoriales. Pour sa part, la capitalisation globale du marché au titre du troisième trimestre de l’année s’établit à 507,5 MMDH, en appréciation de 30,3 MMDH par rapport au 30 juin 2016, soit un rebond de 6,4%. Par compartiment, les échanges sur le marché officiel ressortent en augmentation de 20,9% à 4,65 MMDH, souligne la publication, notant que quatre valeurs ont capté 53,3% des transactions.

Au niveau du marché de gré à gré, le volume d’affaires trimestriel se hisse à 2,37 MMDH en forte ascension de +2,28 MMDH par rapport à une année plus tôt. S’agissant des perspectives et à la lumière de ce qui précède, les analystes de CDMC estiment que l’évolution de la Bourse de Casablanca durant le dernier trimestre de l’année "devrait se dessiner en fonction, notamment, des orientations exprimées par le nouveau gouvernement dans le cadre de la Loi de Finances 2017". Selon la société de bourse, "le marché casablancais demeure en attente de concrètes décisions politiques à même de l’inscrire dans une croissance solide et pérenne".