Samedi 02 Octobre 2021

Bourse de Casablanca : Faut-il enterrer les valeurs cycliques ?

marché financier marché boursier marocain actualités marchés financiers info finance

 

 

 

 

Les valeurs cycliques ont bien progressé cet été avant la publication de leurs résultats semestriels, provoquant des réactions mitigées. Faut-il pour autant enterrer la thématique Value ? 

 

 

Profitant de flux acheteurs bien nourris pendant les mois d'août et septembre, l'indice Masi a pris 6,27% au cours du troisième trimestre, sur fond de publications trimestrielles puis semestrielles globalement en ligne avec les attentes des analystes. Les souscriptions auprès des OPCVM ont également entretenu la hausse des actions sur fond de taux bas. Désormais, le MASI se trouve à quelque 200 points au-dessus de ses sommets de 2020, et tout début de correction provoque des sueurs froides chez les investisseurs. 

 

En filtrant par les volumes, ce sont les secteurs cycliques qui ont le plus profité des flux durant cet été. L'immobilier, le BTP, les bancaires ou encore les assurances, l'énergie et la distribution automobile ont été les plus recherchés. En revanche, le marché s'est montré plus réservé et sélectif sur les dossiers défensifs, à l'image de Maroc Telecom et l'agroalimentaire

 

Mais la saison des semestriels s'est mal terminée pour les cycliques avec des réactions, parfois violentes, aux publications. Sonasid est l'exemple le plus significatif avec un marché qui a sanctionné les risques futurs sur les marges de manière agressive, sans s'attarder sur des résultats semestriels largement supérieurs aux attentes. 

 

 

Les immobilières ont également subi le même sort avec des indicateurs, certes en redressement, mais qui restent bien en deçà des niveaux d'avant-crise. Les analystes financiers ne manquent pas de le rappeler d'ailleurs dans leurs notes de recherche : Le secteur est celui qui est le plus en retard par rapport aux performances d'avant crise (voir ici) et graphique ci-dessous: 

 

 

 

Est-ce la fin de la Value ? 

Dans une étude récente publiée cette semaine, les équipes de la DEPF, relevant du ministère des Finances, ont effectué un travail fouillé sur la rotation sectorielle de cash au niveau de la Bourse de Casablanca entre 2007 et aujourd'hui. L'une de leurs conclusions est que «les avancées enregistrées en matière de vaccination contre la pandémie et son corollaire l’assouplissement significatif des mesures de restriction à la mobilité, ainsi que le lancement effectif du plan de relance de l’économie nationale, sont autant de facteurs qui pousseront les investisseurs à se positionner sur des segments cycliques dans le futur proche». Une conclusion qui se justifie également par le manque d'alternatives sur le marché des capitaux.

 

Le graphique ci-dessous montre que des rotations sectorielles se sont opérées, à différents degrés et à différents moments, durant ces douze dernières années. Il indique, également, que les secteurs cycliques ont cédé du terrain aux secteurs défensifs durant les phases de décélération de l’activité économique nationale en 2010-2011, 2013-2014 et 2019-2020. La rotation la plus marquée a été observée en 2010-2011, avec une surpondération des secteurs défensifs à raison de 95% en moyenne. En 2020, le déclenchement de la crise sanitaire a ravivé, quoique pour une durée très courte, l’intérêt des investisseurs pour les secteurs défensifs. 

Source : DEPF

 

Mais la rotation en faveur des secteurs cycliques a repris de manière significative à partir du dernier trimestre de l’année 2020, sur fond d’optimisme économique et du retour progressif à la normale de l’activité dans son ensemble. Le graphique montre que la thématique retour à la normale est implémentée dans les portefeuilles depuis le début de cette année et qu'aucune rotation à la faveur des défensives n'a été opérée jusqu'à juin.

 

Si l'on ajoute à cela les derniers éléments conjoncturels, liés notamment aux chiffres de la croissance, au rebond des économies partenaires et aux taux bas, on peut imaginer, et comme l'écrit la DEPF que «l’intérêt pour le placement axé sur les secteurs cycliques devrait se poursuivre pour le reste de l’année 2021».  Le déploiement du plan de relance devrait à son tour profiter à une revalorisation des secteurs cycliques alors que les titres de croissance commencent à afficher des niveaux de valorisation élevés.

 

 

Source : DEPF 

 

A.H

Articles qui pourraient vous intéresser

Lundi 20 Mai 2024

Bourse de Casablanca: Le masi démarre la semaine sur une note positive

Vendredi 17 Mai 2024

Bourse de Casablanca: Le masi remonte la pente en fin de séance

Jeudi 16 Mai 2024

Bourse de Casablanca: Le masi finit proche de l'équilibre

Mercredi 15 Mai 2024

Bourse de Casablanca: Deuxième séance de correction

S'inscrire à la Newsletter Boursenews

* indicates required