×

Inscrivez-vous à notre newsletter


Revue de presse économique du 23 janvier 2020

Jeudi 23 Janvier 2020 - PAR

Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce jeudi :

Le Matin :

• Sa Majesté le Roi Mohammed VI, Amir Al-Mouminine, a reçu, le 22 janvier 2020, au Palais Royal de Rabat, le Cardinal Cristobal Lopez Romero, Archevêque de Rabat. A l'occasion de cette Audience Royale, le Cardinal Cristobal Lopez Romero a exprimé à Amir Al-Mouminine, ses vifs remerciements pour la Très Haute Bienveillance dont le Souverain a fait preuve, en dépêchant une délégation de Haut Niveau, afin de représenter Sa Majesté le Roi au consistoire du 5 octobre 2019 au Vatican, qui a vu le Pape François élever l'Archevêque de Rabat à la dignité de Cardinal. Cette Audience Royale s'inscrit dans l'esprit de co-connaissance célébré par Amir Al-Mouminine et le Souverain Pontife, lors de la Visite historique du Pape François au Maroc, les 30 et 31 mars 2019.

• La Chambre des représentants a adopté à l'unanimité deux projets de loi visant à établir la compétence juridique du Royaume sur l'ensemble de son domaine maritime. Il s’agit du projet de loi n° 37.17 modifiant et complétant le Dahir portant loi n° 1.73.211 du 26 Moharrem 1393 (2 mars 1973) fixant la limite des eaux territoriales, ainsi que du projet de loi n° 38.17 modifiant et complétant la loi n° 1.81 instituant une zone économique exclusive de 200 miles marins au large des côtes marocaines. Dans un exposé devant les députés, le ministre des Affaires étrangères, de la coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita, a souligné que les deux textes revêtent une importance capitale dans le contexte de l'actualisation de l’arsenal juridique national relatif aux espaces maritimes du Royaume.

L’Economiste:

• La consommation du poisson cru, peu cuit, mariné, ou conservé dans des préparations à faible teneur en sel et en acide acétique présente un danger pour la santé. Une recherche menée sur une quarantaine d'années (1979-2019), sur la base des données du Système européen d'alerte rapide, révèle que «l'un des motifs majeurs des refoulements du poisson marocain exporté est la présence des parasites». Le risque augmente avec l'âge et la taille du poisson. Et les symptômes se traduisent par des gastrites aiguës, notamment les ulcères ou encore la diarrhée et les vomissements. Les conclusions des investigations de l'équipe de chercheurs de l'IAV-Hassan II et de l'Institut national de recherche halieutique sont sans ambiguïté.

• La priorité pour la mobilisation du foncier public est donnée au soutien des politiques d'investissement productif et des programmes stratégiques de l'Etat. C'est dans ce sillage que plusieurs stratégies sectorielles ont été lancées et ont nécessité un accompagnement de la direction des domaines de l'Etat relevant du ministère des Finances. Ainsi, sur la période 2002-2019, celle-ci a mobilisé une superficie globale de plus de 226.000 ha. Le secteur de l'énergie a bénéficié de 64.725 ha, destinés essentiellement au développement de parcs éoliens et solaires. L'habitat social s'est vu octroyer 22.386 ha et l'industrie 14.719 ha pour réaliser des projets de plateformes industrielles, de zones d'activités et d'artisanat et de diverses unités industrielles. Le tourisme a eu droit à 10.270 ha pour servir à la création de nouvelles stations balnéaires.
Aujourd'hui Le Maroc :

• C'est probablement une révolution qui est en train de se préparer. La loi sur la gestion des déchets, adoptée en 2006 mais restée en veilleuse depuis, est en passe d'être activée dans une expérience pilote à Casablanca. Les autorités vont réprimer le jet d'ordures et autres déchets en dehors des endroits prévus à cet effet. Des sources au sein de la ville précisent que les premiers concernés par ce dispositif sont les grands pollueurs comme les usines mais également les restaurants et autres établissements professionnels. La loi concernant la gestion des déchets et leur élimination prévoit de lourdes sanctions. Une amende de 10.000 à 2.000.000 de dirhams et/ou un emprisonnement de 6 mois à 2 ans.

• Les organismes adhérents aux régimes de retraite de base ont atteint en 2018 un effectif de 239 800 employeurs dont 97,9% relèvent du secteur privé. C’est ce qui ressort d’un rapport sur le secteur de la prévoyance sociale au titre de l'année 2018 de l’Autorité de contrôle des assurances et de la prévoyance sociale (ACAPS). Sur l'ensemble de ces employeurs, seuls 2,9% adhèrent à un régime complémentaire, soit un effectif de 7.300 adhérents. L’effectif des actifs cotisants s'est élevé à 4,3 millions à fin 2018 contre 4,2 millions en 2017, soit en évolution de 2,4%. Dans le secteur privé, le nombre d'actifs cotisants de la CNSS a enregistré une progression de 2,6% pour atteindre 3,5 millions salariés. En revanche, le nombre des actifs cotisants du CMR- RPC a connu une baisse de 1,8% par rapport à 2017 alors que celui du RCAR-RG a enregistré une augmentation de 20,5% entre les deux exercices .

Al Bayane :

• Le Maroc et le Royaume ambitionnent de construire un partenariat stratégique dans le domaine de l'investissement, a indiqué, mardi à Londres, le ministre d'État du Royaume Uni chargé du Commerce International, Conor Burns. Dans une déclaration à la presse en marge du dialogue des affaires Maroc-Royaume Uni tenu dans la capitale britannique, au lendemain du Sommet afro-britannique sur l'investissement, Burns a souligné que le Royaume Uni espère que le continent africain le perçoit "comme un partenaire de choix aussi bien en termes d'investissements que du commerce, ajoutant que le Royaume Uni "veut établir une relation spéciale avec le Maroc en Afrique du Nord". Interrogé si l'on peut dire que les deux pays sont en train de construire un partenariat stratégique dans le domaine de l'investissement, le ministre a répondu "Oui, C'est bien cela notre ambition".

• Le président d'une commune rurale relevant de la wilaya de Marrakech a été arrêté, mardi par la police et sous la supervision du parquet général, en flagrant délit de réception de la somme de 110.000 dh, qu'il aurait exigée d'un Marocain résidant dans un pays européen en contrepartie d'un service administratif. Selon un communiqué du procureur général du Roi près la cour d'appel de Marrakech, l'arrestation a fait suite à une plainte, précisant que le mis en cause a été placé en garde à vue dans l'attente de l'achèvement de l'enquête.
Libération :

• Le Maroc et le Royaume Uni sont en train "d'écrire une nouvelle page dans l'histoire" de leurs relations économiques, a souligné, à Londres, le ministre délégué auprès du ministre des Affaires Étrangères, de la coopération africaine et des Marocains résidant à l'étranger, Mohcine Jazouli. "La Grande Bretagne qui quitte l'Union européenne, après avoir signé avec le Royaume un accord de partenariat de continuité économique, compte faire du Maroc un hub, un pays pivot et un gateway vers l'Afrique pour renforcer ses investissements et ses exportations" vers le continent, a-t-il ajouté dans une déclaration à la presse. Le dialogue des affaires Maroc-Royaume Uni, poursuit le ministre, a pour but de faciliter les rencontres entre les hommes d'affaires marocains et britanniques, notant que les deux pays "ont besoin de monter leur volume d'affaires", aussi bien en termes d'échanges qu'en termes d'investissements.

• BMCE Bank of Africa a été désignée l'employeur le plus attractif au Maroc en 2019 par le site de l'e-recrutement "ReKrute" qui a dévoilé, mardi à Casablanca, son classement des 25 entreprises les plus attractives en matière d'emploi. Dans ce classement rendu possible grâce à des solutions informatiques et le Big Data, "ReKrute" a attribué un score de 76% à la BMCE BOA qui a été suivie par Attijariwafa Bank (75%) et le groupe Peugeot Citroën Automobiles Maroc qui occupait la troisième position grâce à un score de 75%. Pour récompenser les entreprises qui savent attirer et fidéliser les talents au Maroc, le leader de la transformation RH digitale s'est appuyé sur l'analyse de plusieurs centaines de millions de requêtes effectuées par 1,5 million de cadres lors de leur recherche d'emploi sur le portail de recrutement ReKrute.

L'Opinion :

• Accord de libre-échange Maroc-Turquie. Les investissements turcs au Maroc sont plutôt insignifiants et essentiellement liés à des marchés de travaux réalisés par les entreprises turques (export de services) ou à l’ouverture de points de vente de produits turcs au Maroc, a indiqué abdellatif Maâzouz, président de l’Alliance des économistes Istiqlaliens. "Les exportations turques représentent une concurrence non soutenable pour nos industries", insiste-il. Les 20 produits les plus exportés par le Maroc à destination de la Turquie vendent entre 11 millions et 3 milliards de DH. C'est le secteur automobile qui arrive en tête avec, à peine, 3 milliards de DH à l'export en 2016 tandis que les phosphates et dérivés ont cumulé 1,6 milliard de DH. Alors que les produits de la mer enregistrent près de 650 millions de DH, le textile exporte moins de 57 millions de DH.

• La ville d'Oujda a accueilli une réunion de communication et de sensibilisation autour du Programme national d’approvisionnement en eau potable et d’irrigation 2020-2027, lancé par SM le Roi Mohammed VI pour une enveloppe de 115,4 milliards de dirhams (MMDH). Intervenant à l’ouverture de cette rencontre, le Wali de la région de l’Oriental, gouverneur de la préfecture d’Oujda-Angad, Mouad El Jamai, a souligné que ce programme est le fruit de la vision éclairée de Sa Majesté le Roi et traduit la volonté du Souverain de poursuivre la politique des barrages et infrastructures hydrauliques afin de renforcer et diversifier les ressources d’approvisionnement, accompagner la hausse de la demande, garantir la sécurité hydrique du Royaume et lutter contre les effets des changements climatiques. Le programme vise aussi à promouvoir le développement économique et durable de l’ensemble des régions et à garantir l’essor des zones rurales en renforçant les ressources en eau destinées à l’irrigation.
Akhbar Al Yaoum :

• La baisse des prix des médicaments se poursuit. Les prix de plus de 100 médicaments ont été revus à la baisse après la publication de la décision gouvernementale dans le dernier numéro du Bulletin officiel. Au total, 19 médicaments sont concernés par cette nouvelle baisse. Le Ministère a pris la décision de réduire les prix des médicaments, après avoir examiné les demandes de détermination du prix de vente de médicaments originaux pour le public, soumises par les institutions pharmaceutiques industrielles concernées. Ces baisses varient entre quelques dirhams et des centaines de dirhams pour les médicaments dont le prix dépasse 1000dh/unité.

• Le Conseil économique sociale et environnemental (CESE) a dévoilé sa vision pour la réforme du secteur foncier et pour l'élaboration d'une stratégie nationale de la politique foncière. La vision du CESE, qui a été présenté sous forme d'une étude élaborée par le Conseil suite à une saisine du chef du gouvernement, a été dévoilée lors d'une rencontre de communication tenue au sein de la Bibliothèque nationale du Royaume. Dans ce sens, le CESE fait état notamment de logements inaccessibles en raison de leurs prix exorbitants, appelant à aménager des espaces urbains libres de toute contrainte au développement, mettre en œuvre une réforme progressive du statut des terres collectives qui garantit les droits individuels et collectifs et mettre en place une gouvernance foncière efficace et efficiente dotée d'un cadre de gestion et d'instruments adaptés aux évolutions de la demande.

Al Massae :

• Les prix des produits alimentaires poursuivent leur flambée. La dernière note du HCP sur l'indice des prix à la consommation indiquent que les prix des légumes ont augmenté de 1.8, tandis que les prix du lait, du fromage, des œufs et des huiles ont connu une hausse de 0.3%. Les prix des fruits ont, pour leur part, augmenté de 0.2%. En revanche, le HCP affirme que certains produits ont connu une baisse des prix, citant notamment des baisses de 2.1% des prix des poissons et fruits de mer, entre novembre et décembre 2019. Durant cette même période, les prix des viandes ont reculé de 0.8%, le café et le thé de 0.4% et les carburants de 0.2%.

• L'absence continue d'une longue liste de médicaments inquiète les professionnels de santé. Il s'agit notamment de médicaments nécessaires au traitement des troubles psychiatriques et psychologiques, mais aussi de médicaments contre le cancer et des maladies chroniques comme la thyroïde. Plus grave encore, les médicaments prescrits pour les maladies respiratoires, telles que les rhumes et les grippes qui sont monnaie courante en cette saison hivernale, sont aussi absents des tiroirs. Face a cette situation, les pharmaciens se trouvent embarrassés quand ils ne peuvent pas fournir toute la liste des médicaments prescrits dans l'ordonnance.

Al Alam :

• Le président délégué du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire, Mustafa Fares, a appelé les responsables judiciaires à faire des tribunaux du Royaume des modèles en matière de gestion judiciaire efficiente et des espaces de réalisation d’une justice « rapide » et « avancée ». Les tribunaux ne peuvent rester les bras croisés devant les intermédiaires et les intrus qui se font des fortunes sur le dos des citoyens, a ajouté Fares, qui s’exprimait à l'ouverture de la session officielle de la nouvelle année judiciaire. Il a exhorté les responsables judiciaires à préserver le caractère sacré des tribunaux et le prestige du personnel judiciaire, et ce à travers le respect de la déontologie et des devoirs juridiques, appelant à veiller à la mise en oeuvre des lois et des règles fixant les conditions d’accès à ces établissements. • Les moyens de promouvoir des approches de développement durable soucieuses des ressources animales ont été au menu d'un séminaire international organisé par l'Institut national de la recherche agronomique (INRA) en présence de décideurs, de professionnels et d'acteurs de développement de divers horizons. Le séminaire vise à échanger les connaissances sur la conservation des ressources génétiques et discuter des apports des nouvelles approches de biobanking et de génomique pour une meilleure conservation et un développement durable de l'élevage. L'évènement marque l'aboutissement du projet de recherche H2020 de l'Union Européenne IMAGE "Innovative Management of Animal Genetic resources" qui rassemble 28 partenaires, principalement des établissements de recherche dont l'INRA et qui cherche à mieux caractériser les ressources génétiques animales et à rationaliser leur conservation en s'appuyant sur la génomique et la bio-informatique.

Al Ahdath Al Maghribia :

• Le Secrétaire général des Nations-Unies, Antonio Guterres, a reçu, mardi au siège de cette organisation à New York, le maire d’Al-Hoceima, Mohamed Boudra, en sa qualité de président de l'organisation Cités et Gouvernements Locaux Unis (CGLU-Monde). Lors de cette rencontre, le Secrétaire général de l’ONU a félicité Boudra pour son élection en novembre dernier pour un mandat de trois ans à la tête de la CGLU, qui est la plus grande organisation mondiale représentative des gouvernements locaux et régionaux, tout en lui souhaitant plein succès dans ses nouvelles fonctions. Dans une déclaration à la presse à l’issue de cette entrevue, Boudra a indiqué que le Secrétaire général a rappelé que l’organisation des Nations-Unies célèbre cette année son 75è anniversaire, et pour marquer cette occasion, un dialogue global a été lancé avec l’ensemble des organisations en vue d’une évaluation de l’action de l’ONU et de ses perspectives d’avenir, dans le cadre de la réforme qu’il veut pour l'instance internationale.

• Le Wali de Bank Al-Maghrib (BAM), Abdellatif Jouahri, a mis en avant l'importance de la disponibilité de données économiques et statistiques fiables, compte tenu de l’ampleur de la tâche que constitue la production statistique pour une meilleure prise de décision publique. La statistique officielle est obtenue à l’issue d’un processus rigoureux de collecte et contribue à la détermination des besoins, au suivi et l’évaluation des politiques publiques ainsi qu’à la prévision des évolutions économiques et sociales, souvent par le biais de modèles sophistiqués qui sont très exigeants en matière de données, a souligné Jouahri, à l’ouverture d’un séminaire sur "Le système national d’information et de modélisation: Fondements théoriques et enjeux de développement". Le Wali de BAM a rappelé, à cette occasion, l’importance de l’information pour la prise de décision, notant que le Maroc jouit, en comparaison avec ses pairs, d’une bonne position en matière de développement de son système statistique, en étant parmi les premiers pays des régions Afrique et MENA à adhérer à la Norme Spéciale de Diffusion des Données du Fonds monétaire international (FMI).


Rissalat Al Oumma :

• Le Groupe OCP a lancé, dans la commune de Houara Oulad Raho dans la province de Guercif, la 6ème étape de la deuxième phase de son dispositif «Al Moutmir itinérant» dédié à l'arboriculture. Ce deuxième volet accompagne le programme de développement déployé par les ingénieurs agronomes OCP et permettra la promotion auprès des agriculteurs des meilleures pratiques agricoles en vue d'une agriculture prospère et durable, indique un communiqué du groupe. Cette deuxième phase permet d’élargir le champ d’intervention du programme en visant en plus de la culture de l’olivier, d’autres cultures comme le palmier et le pommier et en intégrant de nouvelles provinces notamment Imouzzer Kandar, Midelt, Guelmim, Zagoura et Guercif.

• La mise en place de systèmes d'information coordonnés, conformes aux normes internationales permettrait d'obtenir un avantage comparatif décisif dans des environnements et des marchés de plus en plus concurrentiels, a indiqué, le ministre de l'Economie, des Finances et de la Réforme de l’Administration, Mohamed Benchaaboun. Dans une allocution lue en son nom lors d'un séminaire sous la thématique "Le système national d'information et de modélisation : Fondements théoriques et enjeux de développement", Benchaaboun a relevé que les systèmes d'information coordonnés, conformes aux normes internationales, fiables et capables de répondre aux besoins récurrents et émergents, tant en quantité qu’en qualité, sur les plans national et régional permettent l'obtention d'un avantage comparatif décisif dans des environnements et des marchés de plus en plus concurrentiels". Le ministre a relevé que l'accès à l’information est non seulement un outil de pilotage des politiques publiques mais également "un facteur de production", dans la mesure où elle contribue à la prise de décision pour créer sur le marché des produits de grande valeur ajoutée et pour éclairer les décideurs sur des choix stratégiques à la faveur d’un développement durable et inclusif.

Bayane Al Yaoum :

• Le Maroc et le Royaume ambitionnent de construire un partenariat stratégique dans le domaine de l'investissement, a indiqué, à Londres, le ministre d'État du Royaume Uni chargé du Commerce International, Conor Burns. Dans une déclaration à la presse en marge du dialogue des affaires Maroc-Royaume Uni tenu dans la capitale britannique, au lendemain du Sommet afro-britannique sur l'investissement, Burns a souligné que le Royaume Uni espère que le continent africain le perçoit "comme un partenaire de choix aussi bien en termes d'investissements que du commerce, ajoutant que le Royaume Uni "veut établir une relation spéciale avec le Maroc en Afrique du Nord". Interrogé si l'on peut dire que les deux pays sont en train de construire un partenariat stratégique dans le domaine de l'investissement, le ministre a répondu "Oui, C'est bien cela notre ambition", notant que le départ du Royaume de l'Union européenne est une chance pour voir comment ce pays "peut faire les choses autrement" et "s'engager avec d'autres parties du monde qui ont peut être été plus au moins négligées quand il était membre de l'UE".

• Lors de sa réunion hebdomadaire, le bureau politique du PPS a examiné la situation socio-économique de plusieurs régions du Royaume. Dans un communiqué, le PPS a souligné que le décloisonnement et la réduction des disparités spatiales sont tributaires de la mise en place de politiques publiques efficientes, et ce via l’instauration d’une « réelle démocratie locale » qui donne aux instances locales et régionales élues les attributions et les prérogatives à même de répondre aux exigences des citoyens.

Al Ittihad Al Ichtiraki :

• BMCE Bank Of Africa a clôturé la 3ème édition de son cycle de conférences régionales sur la loi de finances 2020, au profit de sa clientèle entreprise, TPE, PME, professions libérales et clientèle privée. Ce cycle de conférences vise à répondre au mieux aux besoins en information de la clientèle de BMCE Bank Of Africa concernant la loi de finances 2020. Ce cycle de formation s’assigne pour objectif de regrouper les clients d'une région autour d'un certain nombre de personnes de la banque, notamment les gestionnaires locaux ainsi que des personnes du siège, a indiqué le Directeur général délégué en charge de la banque au Maroc, Omar Tazi, dans une déclaration à la presse. Pour ce thème, un expert-comptable a été invité afin d'expliquer les différentes particularités et dispositions de cette nouvelle loi de finances, et de répondre à certains nombre de questions, a-t-il précisé, notant qu'"il s'agit notamment de la contribution libératoire, que ce soit la reconduction sur la partie devises mais aussi sur la partie dirhams".

• L'indice du prix à la consommation (IPC) annuel moyen a enregistré, au terme de l’année 2019, une augmentation de 0,2% par rapport à l’année 2018, indique le HCP, notant que c’est la conséquence de la hausse de l’indice des produits non alimentaires de 0,9% et de la baisse de celui des produits alimentaires de 0,5%. Les variations enregistrées pour les produits non alimentaires vont d’une stagnation pour le «Transport» à une hausse de 3,1% pour l’«Enseignement», ajoute la même source, soulignant que sur cette base, l’indicateur d’inflation sous-jacente aurait connu une hausse de 1,0% au cours de l’année 2019 par rapport à l’année 2018.

S'inscrire à la Newsletter Boursenews

* indicates required
Revue de presse
Partage RéSEAUX SOCIAUX