Jeudi 25 Janvier 2024

BCE: statu quo monétaire attendu, patience avant les baisses de taux

info bourse actualite marches financiers boursier analyse technique graphique

La Banque centrale européenne (BCE) devrait prolonger jeudi le statu quo monétaire et continuer à repousser les attentes de ceux qui espèrent une baisse rapide des taux à la faveur du recul de l'inflation.

Pour la troisième fois d'affilée depuis octobre, l'institution devrait maintenir ses taux inchangés, celui rémunérant les dépôts, référence pour le crédit en zone euro, continuant ainsi de camper à un niveau historiquement haut de 4,00%.

Si le cycle inédit de resserrement monétaire est bien terminé, l'heure des baisses de taux n'est pas encore venue, ont martelé ces dernières semaines les responsables de l'institution de Francfort, qui a relevé ses taux à dix reprises depuis mi-2022 pour juguler une inflation bien trop élevée en zone euro.

La décision qui sera publiée jeudi, à l'issue de la réunion du Conseil des gouverneurs de la BCE, devrait répéter que ces taux maintenus suffisamment longtemps à leur niveau élevé vont "fortement contribuer" au retour de l'inflation à l'objectif de 2%.

Le loyer élevé de l'argent a freiné le financement de l'économie et la dernière enquête de la BCE suggère qu'un pic a été atteint concernant les conditions restrictives de crédit aux entreprises et aux ménages.

Celles-ci vont cependant encore peser sur la consommation et l'investissement au cours des prochains trimestres.

De quoi continuer à calmer les prix qui s'étaient envolés avec les effets de la guerre en Ukraine sur les coûts du gaz et du pétrole.

L'inflation en décembre s'affichait à 2,9% sur un an dans la zone euro, et 3,4% corrigée des prix très volatils de l'énergie et de l'alimentation, bien loin du sommet de 10,6% touché en octobre 2022.





En décembre, la BCE rejetait encore l'idée de discuter d'un prochain assouplissement monétaire.

Désormais, envisager de baisser les taux directeurs "n'est plus un tabou à Francfort, même il y a loin de la coupe aux lèvres", observe Bruno Cavalier, économiste chez Oddo BHF.

Plusieurs banquiers centraux membres de la BCE ont déclaré, notamment lors du Forum de Davos la semaine dernière, que les chances sont faibles de voir l'institution de Francfort assouplir sa politique monétaire avant l'été.

La présidente de la BCE, Christine Lagarde, a elle aussi jugé "probable" une baisse de taux à cette période, tout en insistant sur l'importance des "données" encore à venir, en particulier sur l'évolution des prix ou des salaires.

Juin apparaît comme "un horizon suffisamment éloigné pour convaincre les membres les plus récalcitrants du Conseil des gouverneurs" à toute baisse des taux, poursuit M. Cavalier.

En attendant, Mme Lagarde devrait prêcher la prudence et la patience lors de la traditionnelle conférence de presse de 13H45 GMT, tout en pointant le contexte de crises multiples.

Les prix de l'énergie sont, en effet, devenus moins prévisibles avec la guerre entre Israël et le Hamas, de même qu'avec les attaques de navires marchands en mer Rouge et dans le golfe d'Aden, qui font également grimper les coûts de transport.





Les marchés parient eux sur des baisses de taux cumulées d'environ 140 points de base à partir d'avril, rappelle Konstantin Veit, analyste de Pimco.

La prudence persistante chez les gardiens de l'euro est liée aux tensions sur les prix domestiques, qui s'avèrent encore fortes pour les entreprises, notamment dans les services, probablement à cause des salaires en hausse pour compenser les augmentations de prix.

La BCE attendra les résultats des négociations salariales de branches au premier trimestre en Allemagne et en Italie, et l'état des comptes nationaux en zone euro, publiés fin avril, avant de desserrer la vis monétaire, probablement à compter de juin, résument les économistes.

Aux Etats-Unis, où les marchés envisagent une première baisse des taux en mars, les responsables de la Réserve fédérale ont également modéré leurs attentes, indiquant qu'il reste encore beaucoup à faire pour ramener l'inflation à 2%.

 

BCE

Articles qui pourraient vous intéresser

Jeudi 25 Janvier 2024

Zone euro : la BCE laisse ses taux inchangés

Mardi 23 Janvier 2024

La BCE attendue prudente et patiente sur les baisses de taux

Mercredi 17 Janvier 2024

BCE: une baisse des taux "probable" à l'été, d'après Christine Lagarde

Vendredi 15 Decembre 2023

Zone euro : La BCE laisse ses taux directeurs inchangés

S'inscrire à la Newsletter Boursenews

* indicates required