EMISSION DU 09/09 - par bourse news Bourse: Les investisseurs en effervescence après la défaite cuisante du PJD

                     Institutionnels, traders et gérants de fonds se félicitent de la défaite du PJD et anticipent un regain d'optimisme en Bourse à court et moyen termes. 

 

 

Il est tout juste 7h du matin, ce 9 septembre, lendemain d'élections historiques qui ont connu une défaite cuisante du PJD au pouvoir depuis 10 ans. Nous prenons contact avec des opérateurs de marché pour prendre le pouls et constatons un fort enthousiasme. Gérants d'OPCVM, intermédiaires en Bourse...Les professionnels de marché sont sur leur 31 et ne cachent pas leur envie d'en découdre après ces résultats favorables au  "monde des affaires".

Il faut dire que le courant n'est jamais bien passé entre le PJD et le monde du business et particulièrement avec les marchés financiers qui ont souvent accusé l'Exécutif sortant de retarder les réformes, de mal les comprendre et d'appréhender à outrance l'innovation financière. La réforme de la Loi sur le prêt de titres, fin prête et en attente de publication, symbolise cette coagulation. Il aura fallu attendre un Benchaaboun, RNIste somme toute, et extrêmement offensif, pour voir les choses commencer à bouger un peu plus vite.

"La Bourse devrait réagir beaucoup plus à la défaite du PJD qu'à la victoire du RNI", présage un gérant de fonds, qui se souvient de 2016 et de la hausse du marché actions avant les élections où les opérateurs pariaient sur une défaite du PJD avant de déchanter. 

Pour cet autre gérant, la majorité gouvernementale qui se profile, bien que disposant de plusieurs possibilités, sera menée par le RNI beaucoup plus pro-business et avec qui le courant passe plus vite. 

Le fossé entre investisseurs et PJD s'est fortement creusé après le blocage institutionnel qui a suivi les élections de 2016 et qui a provoqué un retard dans l'adoption de la Loi de Finances suivante en mettant l'investissement public à l'arrêt. Ce blocage avait coûté des milliards de dirhams à l'économie marocaine pendant 6 mois mais le parti gagnant s'était enfermé dans des débats qualifiés de populistes et loin des aspirations des chefs d'entreprises. 

Désormais, le marché fait la pari de la constitution d'un gouvernement beaucoup plus rapidement que d'ordinaire vu la structure des résultats des votes et une accélération de certaines réformes engagées sous la tutelle de ministères RNI. Une sorte de continuité accélérée. 

«Les actions ont déjà intégré ces résultats et ont connu une bonne performance ces trois dernières semaines anticipant l’arrivée de vent frais au pouvoir, je prévois donc une réaction symbolique à court terme mais un soutien plus marqué aux actions à moyen terme», tempère un gérant. A suivre !  

 

Lire aussi : Bourse de Casablanca: le marché en feu après les résultats électoraux