Mardi 25 Avril 2017

Morocco Capital Market Days : Déjà 150 rencontres One-On-One pour les émetteurs marocains à Londres

Morocco Capital Market Days : Déjà 150 rencontres One-On-One pour les émetteurs marocains à Londres
Source photo : Bourse de Casablanca 

 

C'est aujourd'hui que prennent fin Les Morocco Capital Market Days à Londres. Organisées par le London Stock Exchange et la Bourse de Casablanca, ces journées, deuxièmes du genre, étaient l'occasion d'exposer aux investisseurs étrangers les derniers développements règlementaires et organisationnels que connaît le marché boursier marocain et, surtout, organiser des rencontres one-on-one entre les émetteurs marocains et les investisseurs londoniens.

 

Abdeselam Aboudrar, ambassadeur du Maroc au Royaume-Unis, au micro de Boursenews 

 

Discours de Lamia Boutaleb, secrétaire d'Etat auprès du ministre du Tourisme, du transport aérien, de l’artisanat et de l’économie sociale, chargée du tourisme, lors du MCMD 2017. Boursenews


D'ailleurs, la journée du 25 avril a été exclusivement dédiée à ces rencontres et notre équipe sur place a déjà constaté pas moins de 150 entretiens jusqu'à présent. Ces entretiens individuels concernent Addoha, Alliances, Attijariwafa bank, Banque Centrale Populaire, BMCE Bank of Africa, Cosumar, Disway, Label'Vie, Managem, Oulmès, Salafin, Taqa Morocco ou encore Wafa Assurance. En face, une trentaine de fonds et 200 participants étaient présents pour s'informer sur les perspectives de ces entreprises. Pour Mohammed Fikrat, patron de Cosumar, "l'intérêt de ce type de rencontres est de faire connaître les perspectives des valeurs cotées à la Bourse de Casablanca et de partager avec les investisseurs internationaux qui sont fortement présents ici nos ambitions". Pour lui, au-delà de "vendre" le business de Cosumar aux investisseurs étrangers, cette rencontre est également l'occasion de faire de la diplomatie économique. "En même temps, c'est une sorte de diplomatie économique puisque notre pays a de fortes ambitions et forcément nous devons être dans les radars des investisseurs internationaux", explique-t-il à Boursenews.

 

Jaouad El hamri au Micro de Boursenews



Le Brexit dans toutes les bouches 

Aussi bien pour les Marocains que pour leurs homologues étrangers, le phénomène Brexit est considéré comme une opportunité. "Le Brexit peut être une opportunité pour les deux pays", nous explique le CEO du London Stock Exchange, Xavier Rolet. Pour lui, "cela libère la Grande-Bretagne de ses contraintes avec l'Europe et permet au Maroc de drainer des capitaux plus facilement". 

Pour le CEO, le Maroc doit tout de même poursuivre les réformes pour assurer son attractivité à long terme. Deux points sont mis en avant : L'approfondissement des règles de gouvernance et la modernisation continue des infrastructures de marché avec des mécanismes de compensation et de dénouement plus développés. Il s'accorde avec Karim Hajji sur les priorités du marché boursier que sont le développement des PME et prône la poursuite des privatisations pour dynamiser le marché et mobiliser l'épargne nationale. Quant à Karim Hajji, DG de la Bourse de Casablanca qui tenait plusieurs réunions en marge de cette manifestation, le travail vient à peine de démarrer : Il y a des chantiers structurants sur lesquels nous travaillons avec le London Stock Exchange, comme le programme Elite et les outils de cotation et d'infrastructure de marché. Le travail avec les dirigeants de ce marché se prolonge au quotidien et ne se résume pas à ces deux journées. Pour lui, l'impératif est de maintenir une visibilité accrue pour la Bourse de Casablanca aux yeux des investisseurs internationaux. 

 

Notre live depuis le London Stock Exchange 



 

Soyons pragmatiques !

C'est ce que clame l'Ambassadeur du Maroc au Royaume-Uni, Abdeslam Aboudrar. Pour lui, le Maroc dispose d'une stabilité politique et sécuritaire sans égale dans la région. Mais les hommes d'affaires britanniques privilégient le pragmatisme. "Essayez de faire des échanges de manière concrète et ciblée", recommande-t-il aux autorités et émetteurs marocains. C'est le moyen le plus efficace pour que le Maroc ne soit pas considéré comme "petit et peu actif".

Articles qui pourraient vous intéresser

Mercredi 08 Fevrier 2023

Bourse de Casablanca : Le masi valide une figure chartiste haussière de court terme

Mercredi 08 Fevrier 2023

Bourse de Casablanca: Porté par les bancaires, le masi termine en nette hausse

Mardi 07 Fevrier 2023

Bourse de Casablanca : Attijariwafa bank fait sursauter le masi

Mardi 07 Fevrier 2023

Bourse : Les secteurs les plus sensibles à la hausse des taux

S'inscrire à la Newsletter Boursenews

* indicates required