Jeudi 05 Janvier 2023

Immobilier : Le resserrement de la politique monétaire fait craindre un frein sec

marché financier marché boursier marocain actualités marchés financiers info finance

Les sociétés immobilières cotées ont déclenché un nouveau mouvement de baisse à la Bourse de Casablanca alors que les craintes sur la demande et le renchérissement des charges financières nourrissent des méfiances.
 

En tout juste 4 séances en 2023, le secteur immobilier coté affiche déjà une baisse de 5% contre 3,31% pour le MASI (jeudi 5 à 10H). Les craintes sur le secteur ont été ravivées par le renchérissement des taux des crédits immobiliers que les banques revoient à la hausse pour les nouveaux contrats dès le lendemain des décisions de relèvement de taux de Bank Al-Maghrib, et ce sans délai aucun. Cela fait donc 3 mois qu'une reprise des taux immobiliers est constatée sur le marché.


 En novembre, les prêts à l'habitat ont connu une hausse de 2,9% en rythme annuel alors que les crédits aux promoteurs ont reculé de 5% sur la période.


Les promoteurs immobiliers sont également concernés. Les taux devraient impacter aussi bien le coût de leurs dettes bancaires que celui de leurs dettes privées et mettre sous pression des marges qui subissent déjà le poids de l'inflation. D'ailleurs, aux Etats-Unis, alors que le resserrement de la politique monétaire a démarré bien avant nous, la dégradation du marché immobilier s'est vite fait ressentir en l'espèce de quelques mois en 2022. Le nombre de permis de construire délivrés est tombé à son plus bas niveau depuis juin 2020 avec une accélération de la baisse en décembre.  

Les permis de construire constituent un indicateur clé du niveau de la demande sur le marché immobilier.

 






Tendance permis de construire Etats-Unis.
 



Au Maroc, outre ces éléments, les investisseurs restent attentifs aux nouvelles mesures fiscales promises pour soutenir la demande et pour lesquelles des décrets sont attendus alors que les instances représentatives du secteur se sont montrées mitigées face aux propositions de Fatima-Zahra Mansouri, la ministre de tutelle.

Quant aux indicateurs avancés, hors ventes de ciment, ils ne tiennent pas encore compte de l'effet hausse des taux. Jusqu'au troisième trimestre et avant la première hausse du taux directeur, le marché de l'ancien montrait plutôt de la vigueur avec un indice des prix des actifs immobiliers en hausse de 1,3% par rapport au T3-2021, et des prix et des transactions en hausse portés par la saison estivale.

Récemment, la ministre de l'Economie et des Finances a offert un sursis au secteur concernant l'harmonisation des règles comptables des promoteurs en repoussant à 2025 l'entrée en vigueur du Plan comptable qui était prévue initialement pour janvier 2023. Ce report permettra aux opérateurs du secteur immobilier de disposer d’un délai supplémentaire pour adapter leurs procédures et permettrait, également, aux acteurs du secteur, notamment, ceux cotés en Bourse, de mener des études d’impact de la mise à jour sur leurs indicateurs financiers.


 

Articles qui pourraient vous intéresser

Jeudi 23 Mai 2024

Bourse de Casablanca: Le masi termine en territoire négatif

Mercredi 22 Mai 2024

Bourse de Casablanca: Le masi poursuit sa correction

Mercredi 22 Mai 2024

Bourse de Casablanca : Les étrangers détiennent 27% de la capitalisation boursière

Mardi 21 Mai 2024

Bourse de Casablanca: Hausse avortée à la clôture

S'inscrire à la Newsletter Boursenews

* indicates required