Jeudi 04 Aout 2022

Face à l'inflation, la Banque d'Angleterre envisage des hausses de taux plus fortes

Face à l'inflation, la Banque d'Angleterre envisage des hausses de taux plus fortes

La Banque d'Angleterre pourrait suivre jeudi l'exemple d'autres banques centrales et accélérer ses hausses de taux face à une inflation qui s'aggrave, au risque de pénaliser l'activité économique.
 


L'inflation britannique s'est encore accélérée en juin, à 9,4% sur un an, soit un record en 40 ans, alimentant une crise du coût de la vie qui menace particulièrement les ménages britanniques les moins riches.

"Après les hausses survitaminées de juillet de la Banque centrale européenne et de la Réserve fédérale américaine (de respectivement 0,50 et 0,75 point de pourcentage, NDLR), la Banque d'Angleterre va probablement aussi se sentir obligée d'augmenter la mise en août", jugent les analystes de BNP Paribas dans une note.

Le gouverneur Andrew Bailey a assuré dans un discours fin juillet qu'un relèvement des taux de 0,50 point de pourcentage était sur la table. Il s'agirait de la plus forte hausse depuis 1995, qui porterait le taux directeur britannique à 1,75%.

La flambée des prix du gaz, provoquée par la guerre en Ukraine, ainsi que les perturbations des chaînes d'approvisionnement et un marché du travail tendu par le cocktail du Covid-19 et du Brexit contribuent à renforcer l'inflation.

Les cours de l'énergie "continuent de grimper, ce qui nourrit notre prédiction que le plafond des prix de l'Ofgem (le régulateur britannique du marché de l'électricité, NDLR) va encore monter, et forcer la BoE à réviser une nouvelle fois [à la hausse] ses prévisions d'inflation", commente Fabrice Montagné, économiste de Barclays.

Pour l'instant, la BoE prévoit que l'inflation pourrait atteindre un pic à plus de 11% en glissement annuel dans les derniers mois de l'année.

La crise du coût de la vie a amené de nombreux observateurs à critiquer une attitude jugée attentiste de la BoE, même si elle a été parmi les premières à commencer à remonter ses taux fin 2021.

La politique de la banque centrale s'est notamment invitée dans les débats entre les candidats à la succession du Premier ministre Boris Johnson, qui s'accordent pour estimer que l'institution monétaire aurait dû agir plus vite.

Face à ces critiques, M. Bailey a rappelé l'importance de l'indépendance de la BoE.

"Nous pensons que la Banque doit agir avec vigueur face aux risques d'inflation, ou elle pourrait perdre le contrôle", prévient M. Montagné dans une note.

Avec AFP.

Articles qui pourraient vous intéresser

Mercredi 10 Aout 2022

Etats-Unis: L'inflation ralentit plus que prévu en juillet

Vendredi 29 Juillet 2022

Espagne: l'inflation à 10,8% en juillet, un record depuis 38 ans

Jeudi 28 Juillet 2022

La Fed frappe fort pour abattre l'inflation et assure que la récession n'est pas là

Lundi 25 Juillet 2022

Inflation ou récession, la Fed va de nouveau devoir jongler

S'inscrire à la Newsletter Boursenews

* indicates required