Mardi 07 Mars 2023

France: Face à la flambée des prix, un "trimestre anti-inflation" et un projet de chèque alimentaire

info bourse actualite marches financiers boursier analyse technique graphique

Pour tenter d'éteindre l'incendie de l'inflation sur les produits alimentaires à la veille de la mobilisation sur les retraites, le gouvernement a annoncé un "trimestre anti-inflation", opération commerciale qui laisse une grande liberté aux grandes surfaces, ainsi qu'un chèque alimentaire qui devrait voir le jour en 2023.
 


L'opération commerciale qui vise à offrir, dixit le ministre de l'Economie Bruno Le Maire, "le prix le plus bas possible" sur une large sélection de produits laissée au choix des distributeurs, doit se prolonger jusqu'en juin.

Il en coûtera "plusieurs centaines de millions d'euros" au secteur, selon le ministre qui a scellé l'accord lundi à Bercy en présence des principaux représentants du secteur (Carrefour, Intermarché, Système U, Casino, Aldi...), à l'exception notable du leader en termes de parts de marché, E.Leclerc.

Bruno Le Maire a annoncé en outre "un chèque alimentaire pour les plus modestes". Il "se fera sur une base territoriale, sans doute le département, de façon à être au plus près des consommateurs et au plus près des producteurs agricoles également", a-t-il précisé, assurant qu'une "expérimentation sera lancée dans les tout prochains mois".

Pour financer le "trimestre anti-inflation", les enseignes puiseront dans leurs marges. Mais certaines n'ont pas attendu cette annonce pour lancer leurs propres opérations commerciales, destinées à attirer ou fidéliser leurs clients dans un contexte où les consommateurs sont à la recherche de petits prix ou de promotions.

L'enjeu politique est majeur pour le gouvernement qui planche depuis des mois avec le secteur pour tenter de maîtriser l'inflation alimentaire, évaluée à 14,5% en un an en février par l'Insee.





Les modalités de l'opération, avec ce "prix le plus bas possible", font s'interroger toutefois l'association de consommateurs UFC-Que Choisir. "En l'absence de définition règlementaire sur ces prix, un prix prétendument +cassé+ pourrait n'être que le prix habituel", avait expliqué début février à l'AFP Olivier Andrault, chargé de mission agriculture/alimentation de cette association.

M. Le Maire a assuré lundi que les services de son ministère, notamment la Direction générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des fraudes (DGCCRF), effectueraient des contrôles en magasins pour s'assurer que les distributeurs ne feront pas peser l'opération commerciale sur leurs fournisseurs agro-industriels ou agricoles.

Les produits concernés seront par ailleurs identifiables grâce à un logo tricolore "trimestre anti-inflation". Et l'essentiel des opérations commerciales portera sur les produits de marque distributeur, c'est-à-dire ceux qui comme Reflets de France, Marque Repère, Marque U, sont propriétés des enseignes et n'entrent pas dans le cadre des négociations annuelles avec les industriels.

En échange de cet accord, les distributeurs ont obtenu de Bercy qu'à l'issue de ce "trimestre anti-inflation", les négociations commerciales avec les fournisseurs de l'agro-industrie, qui se sont achevées le 1er mars, soient relancées.

"Nous rouvrirons les négociations commerciales, avec les grands industriels de façon à ce que la baisse des prix de gros, que nous observons sur les marchés mais qui n'est pas encore transmise aux produits de consommation courante, puisse se traduire" aussi en rayons, a expliqué le ministre de l'Economie.

Articles qui pourraient vous intéresser

Jeudi 11 Avril 2024

USA: Les derniers chiffres de l’inflation "pourraient retarder" la baisse des taux d’intérêt

Jeudi 21 Mars 2024

Inflation au Maroc: Leçon d'une inflexion réussie

Jeudi 21 Mars 2024

Maroc: L'inflation à 0,3% en février

Lundi 18 Mars 2024

Marchés & Stratégie : Inflation et politique monétaire, le grand débat

S'inscrire à la Newsletter Boursenews

* indicates required