Jeudi 08 Decembre 2016

Exclusif : Qui fait quoi dans la structuration du Sukuk marocain

Exclusif : Qui fait quoi dans la structuration du Sukuk marocain


Mohamed Boussaid, ministre des finances a déclaré ce matin que le premier Sukuk souverain marocain sera émis au premier semestre de 2017. Il a également déclaré publiquement que cette émission se fera en devise locale, sans apporter plus d'informations sur la taille de l'opération.

Selon nos informations, 3 institutions travaillent sur cette opération. Il s'agit du Trésor bien entendu, puisque c'est ce département du ministère des finances qui réalisera l'opération. Mais également de Maghreb Titrisation et la Banque Islamique de développement (BID). "Pour l'heure nous travaillons sur les aspects juridiques qui représentent des frottement avec la réglementation en vigueur", nous annonce un responsable qui a préféré garder l'anonymat.

Une opération similaire à de la titrisation 
Les Sukuk sont des produits financiers adossés à un actif tangible et à échéance fixe, le sakk confère un droit de propriété sur les actifs de l’émetteur, et son porteur reçoit une partie du profit attaché au rendement de l’actif sous jacent. Ainsi, L'intérêt est remplacé par un profit prévu à l'avance à risque quasi-nul. Cette forme d'obligation est et similaire aux asset-backed securities, à la différence que les sukuk ne versent pas d’intérêts mais des revenus corrélés aux actifs sous-jacents. Cette opération se réalise avec l’intervention d’une société ad Hoc, appelée SPV (Special purpose vehicle). Les investisseurs percevront alors l’usufruit  de ces actifs en fonction du prorata de leur investissement. Selon notre interlocuteur, ce type de montages rend les Sukuk identiques à ce que l'on peut retrouver dans une opération classique.
C'est d'ailleurs ce qui explique que Maghreb Titrisation soit impliquée dans cette opération. Quant à la BID, elle intervient comme conseillé dans ce deal qui sera, rappelons-le, libellé en Dirham. 


Les Sukuk sont un moyen de financement mais surtout un moyen de mobilisation de l’Epargne. Ils permettent de rémunérer un placement en évitant l’usage de l’intérêt (Riba). Ainsi, l’investisseur possède une part de propriété dans un actif sous-jacent. En échange,  celle-ci lui assure un revenu. Pour cela, la société émettrice doit  repérer les actifs destinés à la vente  afin de les proposer aux investisseurs Sukuk. 

La structuration de cette première émission souveraine servira de Benchmark à l'ensemble de la place. Car les Sukuk sont un préalable pour le démarrage de l'activité des banques participatives. Cet outil leur permet de pricer les opérations sur leur marché interbancaire fermé.

Pour aller plus loin, cette vidéo explique comment s'organise le marché des capitaux marocain pour accueillir la finance participative avec l'intervention Said Amaghdir, professionnel de la gestion d'actifs et président de l'Association marocaine pour les professionnels de la finance participative -Sharia Compliant – (AMFP). 

 

 

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

S'inscrire à la Newsletter Boursenews

* indicates required