×

Inscrivez-vous à notre newsletter


[Interview]. Thami Kabbaj : «Je veux démocratiser la liberté financière»

Jeudi 13 Fevrier 2020 - PAR bourse news

Thami Kabbaj nous reçoit pour une interview avant sa conférence à Casablanca où 300 personnes sont venues à sa rencontre.


 

En pleine promo pour son dernier best-seller «AGIR», Thami Kabbaj donnait une conférence mercredi soir à Casablanca. Trader, analyste technique, auteur...Nous sommes partis à la rencontre de ce personnage clivant, difficile à placer dans une case, particulièrement pour la génération des plus de 30 ans qui l'ont connu d'abord pour ses travaux sur la psychologie de l'investisseur au début des années 2000 et ses deux grands succès : L'Art du trading et Psychologie des grands traders, toujours en tête des ventes des ouvrages bourse et finance francophones. Nous sortons de cette entrevue, convaincus que Thami Kabbaj assume son nouveau statut qu'il vit à toute allure. Celui qui expliquait les krashs boursiers en prime time de la télévision française s'est imbibé d'une nouvelle mission : Celle de l'éducation financière. Il prêche l'apprentissage, la bonne gestion de l'argent, l'investissement malin et la quête de la réussite. Il assume un rapport décomplexé à l'argent, une vision à long terme de l'investissement et la recherche de la liberté financière. Thami Kabbaj veut pousser à AGIR. Il a accepté de répondre à nos questions. 

 

Boursenews : On vous a connu comme trader à succès, analyste technique puis auteur de best-sellers. Mais aujourd'hui vous donnez l'impression d'être sur un tout autre registre. Comment vous définissez-vous actuellement ? 

Thami Kabbaj : Je suis quelqu'un qui veut démocratiser la liberté financière. Je me suis effectivement intéressé au trading et aux marchés financiers il y a des années parce que j'étais convaincus que c'est un moyen d'acquérir ma liberté financière. Mais, autour de moi, je me suis vite rendu compte que le trading n'était pas fait pour tout le monde. J'ai même remarqué que parmi mes étudiants (Thami Kabbaj tient la TKL AcademyNdlr), beaucoup souhaitaient atteindre la liberté financière mais n'étaient pas confortables avec le trading. Il fallait donc trouver le moyen de démocratiser la liberté financière par d'autres moyens et je me suis alors replongé dans mon parcours pour trouver les ressources nécessaires. 

Boursenews : Et qu'avez-vous découvert en replongeant dans votre parcours ? 

Thami Kabbaj : Etudiant, je voulais réussir. Je suis devenu trader, j'ai réussi à Londres, j'ai fait de l'analyse technique à Paris et j'étais invité par les plus grands médias du monde pour commenter et analyser les marchés. Mon parcours était une réussite puis vint le divorce et la descente aux enfers. S'ensuit une longue remontée où j'ai écrit mes bouquins. Les gens ne connaissaient de moi que la facette à succès. Un jour, j'ai compris que je n'avais rien à cacher. Une remarque désobligeante a suffi à me le faire comprendre. Je me suis alors dit que parler de mes échecs allait aider beaucoup plus de personnes et c'est ce qui s'est passé puisque AGIR, où je m'inspire de mon parcours, dont mes échecs, s'est vendu à plus de 10.000 exemplaires en 10 mois. L'Art du trading a cumulé, lui, 18.000 exemplaires vendus en 13 ans. AGIR a beaucoup plus marqué les esprits alors que l'Art du trading est pourtant un best-seller dans le monde du trading. AGIR touche un public plus large. 

Boursenews : Parlez-nous de «AGIR». A qui s'adresse-t-il ? 

Thami Kabbaj : AGIR est un état d'esprit. Nous sommes dans un contexte particulier où le chômage augmente, l'économie se robotise, le système des retraites montre ses limites, etc. Les gens se demandent s'ils ont d'autres choix que de subir cette situation. AGIR pousse à changer d'état d'esprit, à se dire qu'il y a des choix. C'est un point de départ. On me dit qu'au Maroc, les gens sont pessimistes et attendent par exemple que l'Etat les aide ou de manière générale que la solution vienne des autres. Je remarque la même chose partout dans d'autres pays. Or, la solution vient de nous. On peut prendre sa vie en main. Dans la conférence que je donne à Casablanca, j'explique ce processus dans le détail. Cela passe par plusieurs étapes. AGIR est un cercle vertueux que je vais expliquer ce soir. 

Boursenews : Venons-en maintenant aux marchés. Quand la Bourse baisse, les analystes techniques sont demandés pour identifier les niveaux importants. Quand elle progresse, les fondamentalistes sont sollicités pour justifier les valorisations élevées. Or, les Bourses internationales ne font que progresser actuellement. L'analyse technique a-t-elle toujours sa place dans cet environnement ? 

Thami Kabbaj : L'analyse technique a encore une place énorme sur les marchés ! Ceux qui suivent mes vidéos depuis longtemps, voient que je suis haussier. Ceci en analysant la psychologie du marché. Les fondamentaux sont importants à long terme et l'analyse technique donne de bons résultats à court terme. Regardez le cas Tesla actuellement et la remontée rapide des cours qui a mis à mal toute la vision fondamentale sur la valeur. C'est purement technique ce qui se passe dessus. De manière générale, je pense qu'il ne faut pas qu'il y ait d'opposition entre fondamental et technique. Chaque discipline a ses forces et ses faiblesses. Il s'agit de les combiner intelligemment. J'ai la chance d'être agrégé d'économie et de pouvoir combiner les deux approches. Par contre, dans ce débat, je n'aime pas l'hypocrisie de certains gérants qui publiquement préconisent de ne pas faire de l'analyse technique mais en privé m'appellent pour demander mon avis. Je préfère les investisseurs qui ont suffisamment d'ouverture d'esprit pour accepter les deux approches. 

 

Prenons le cas de Nouriel Roubini, Ray Dalio et les autres... des fondamentalistes qui nous expliquent depuis des années que les marchés sont surévalués. Les marchés n'ont pas baissé pour autant. L'adage boursier célèbre dit que le marché a toujours raison. C'est de l'analyse technique pure. Il ne faut pas se battre contre le marché, la tendance est votre alliée. Il faut le comprendre. Vous pouvez faire la meilleure analyse fondamentale au monde, si le marché ne l'approuve pas, l'analyse ne vaut rien. Le marché doit valider. 

 

Boursenews : Quel message allez-vous faire passer aux jeunes Marocains, venus nombreux vous écouter ce soir ? 

Thami Kabbaj : Premièrement, il faut reprendre confiance en soi. Il ne faut pas se dire que l'herbe est plus verte ailleurs. Je suis né au Maroc, j'ai voyagé un peu partout et j'ai compris qu'il n'y a pas de formule miracle : Le potentiel est partout important. Mais il faut AGIR. C'est une question d'état d'esprit, de «Mindset». J'insiste sur ce point beaucoup plus qu'avant. On peut échouer, rater sa vie, juste parce qu'on n’a pas le bon état d'esprit. Ma mission est d'apporter cet état d'esprit, cette envie de bien faire, ce côté positif...

 

Thami Kabbaj animera par la suite sa conférence devant une salle comble de 300 personnes.  

A.H

 

S'inscrire à la Newsletter Boursenews

* indicates required
Actualité financière maroc Actualité bourse maroc
Partage RéSEAUX SOCIAUX