Mercredi 03 Aout 2022

Société Générale essuie une lourde perte liée à son départ de Russie

Société Générale essuie une lourde perte liée à son départ de Russie

Société Générale a annoncé mercredi une perte nette de près de 1,5 milliard d'euros au deuxième trimestre, affecté par une charge exceptionnelle au titre de la cession en mai de sa filiale russe Rosbank.
 


Son produit net bancaire (PNB), équivalent du chiffre d'affaires, s'élève à 7 milliards d'euros d'avril à juin, en hausse de 12,8% sur un an, porté par l'ensemble des métiers.

Le deuxième trimestre 2022 "conclut deux ans d'intense et disciplinée exécution de nos différents projets stratégiques", commente le directeur général Frédéric Oudéa, cité dans un communiqué.

La banque de détail, rassemblant notamment les réseaux d'agences Société Générale et Crédit du Nord amenés à fusionner à partir de l'an prochain, affiche une progression de son produit net bancaire de 8,5% sur un an.

Boursorama, la banque en ligne du groupe, a passé en juillet la barre des 4 millions de clients.

Les réseaux de banque de détail à l'international, groupés avec l'assurance et des services spécialisés, voient leur PNB grimper de 15,8% sur un an, bien aidés par un trimestre "record" de la filiale de leasing automobile ALD.

La banque de financement et d'investissement, dernier tiers du revenu de la Société Générale, progresse quant à elle de 18,3%.

Société Générale a déjà connu un deuxième trimestre comparable en termes de résultat: elle avait enregistré au deuxième trimestre 2020 une perte de 1,26 milliard d'euros liée à la crise du Covid-19.


Si l'impact de la cession de Rosbank est particulièrement fort, il n'est pas une surprise pour le marché.

La banque française avait annoncé le 18 mai que la cession de se filiale russe au fonds d'investissement russe Interros fondé par l'oligarque Vladimir Potanine, proche de Vladimir Poutine, se traduirait par une perte nette chiffrée alors à 3,2 milliards d'euros.

"Nous avons su gérer notre sortie des activités russes (...) sans handicaper les développements stratégiques du Groupe", affirme M. Oudéa dans le communiqué.

Cette opération "aura un coût élevé (...) mais un impact limité en capital", avait-il précisé le 17 mai, lors de l'assemblée générale de la banque.

Rosbank avait rapporté 115 millions d'euros en 2021 à la Société Générale pour 643 millions d'euros de chiffre d'affaires, soit respectivement 2% et 2,5% de l'ensemble du groupe.

Pour l'activité banque de détail, la Russie était le troisième pays du groupe, après la France et la République Tchèque. Et le deuxième en termes d'effectifs, avec plus de 12.000 salariés, soit un dixième du total.

Hors l'impact russe, le résultat de la banque s'élève à +1,5 milliard d'euros. C'est davantage qu'au deuxième trimestre 2021.

Société Générale a par ailleurs indiqué jeudi que son ratio de solvabilité s'établissait au 30 juin à 12,9%, au-dessus de l'exigence réglementaire.

En intégrant les 842 millions d'euros engrangés au premier trimestre, la Société Générale n'accuse plus qu'une perte de 640 millions d'euros entre le 1er janvier et le 30 juin.

La banque cherche enfin un successeur à Frédéric Oudéa, qui a annoncé lors de la dernière assemblée générale du groupe qu'il ne se représenterait pas à l'issue de son mandat en cours, en 2023.

Articles qui pourraient vous intéresser

Samedi 13 Aout 2022

L'économie russe recule de 4% au 2e trimestre

Jeudi 11 Aout 2022

L'Ukraine a obtenu un moratoire de deux ans sur sa dette (Premier ministre)

Mardi 02 Aout 2022

L'Ukraine reprend les exportations de céréales

Jeudi 30 Juin 2022

Ukraine: un premier navire chargé de céréales quitte le port de Berdiansk, occupé par la Russie

S'inscrire à la Newsletter Boursenews

* indicates required