Jeudi 21 Mai 2015

Revue de presse du 21 mai

Revue de presse du 21 mai

 L'activité royale, les funérailles à Casablanca du lieutenant Yassine Bahti décédé suite au crash de son avion F-16 au Yémen et le rapport que la Cour des comptes vient de publier sur l'évaluation de la fiscalité locale sont les principaux sujets qui focalisent l'attention des quotidiens nationaux de ce jeudi.

Sur un autre sujet, les journaux consacrent un large espace aux funérailles du Lieutenant Yassine Bahti, décédé le 10 mai suite au crash de son avion F-16 au Yémen, qui se sont déroulées, mercredi au cimetière Chouhada de Casablanca, dans une ambiance de piété et de recueillement, ajoutant qu'après les prières d'Addohr et du mort à la mosquée Tissir 2, le cortège funèbre s'est dirigé vers le cimetière où le défunt a été inhumé, dans un climat de forte émotion et de deuil, en présence notamment de membres de sa famille, du Wali de la région du Grand Casablanca, gouverneur de la préfecture de Casablanca, des gouverneurs de la région du Grand Casablanca et de plusieurs autres personnalités civiles et militaires.
 
Quelques articles qui font la Une de vos journaux aujourd'hui :
 
Le Matin :
 
En fin d'après-midi, le Souverain est arrivé à Dakar pour une visite de travail et d'amitié en République du Sénégal, première étape d'une tournée africaine qui devra conduire le Souverain en Guinée-Bissau, en Côte d'Ivoire et au Gabon. A sa descente d'avion à l'aéroport international Léopold Sédar Senghor, S.M. le Roi a été accueilli par le Président sénégalais Macky Sall. 

Un nouveau portail dédié aux MRE. Dans le cadre du renforcement des liens entre les Marocains résidant à l'étranger et leur mère patrie, le ministère de tutelle a lancé mercredi une toute nouvelle plateforme web. La mise en ligne de cette plateforme tombe à point nommé quelques semaines avant le coup d'envoi de l'opération Marhaba qui démarrera le 05 juin 2015.
 
Aujourd'hui le Maroc:

- Collectivités, ces cancres de la fiscalité. Disparités, précarité, complexité, ambiguïté...La Cour des comptes n'y est pas allée de main morte dans son diagnostic de la fiscalité locale. Dans son dernier rapport rendu public, un chiffre résume la situation inquiétante des finances des collectivités territoriales du pays. Entre 2009 et 2013, les restes à recouvrer des taxes locales sont passés de 13 à 16,8 milliards de dirhams, soit une aggravation de l'ordre de 29 pc.

- Le panier de la ménagère s'est renchéri en avril. L'indice des prix à la consommation a connu, au cours du mois d'avril 2015, une hausse de 0,2 pc par rapport au mois précédent. Cette variation est le résultat des hausses de l'indice des produits alimentaires de 0,2 pc et de l'indice des produits non alimentaires de 0,1 pc, explique le Haut-Commissariat au plan dans une note d'information relative à l'indice des prix à la consommation du mois d'avril 2015.
 
L'Economiste.:

- Benkirane III: Les nouveaux visages de l'exécutif. Le remaniement pour Benkirane III est finalement arrivé hier. Avant de s'envoler pour l'Afrique, le Souverain a nommé quatre ministres aux postes vacants. Il s'agit de Abdelaziz El Omari à la tête du ministère des Relations avec le parlement et la société civile, à la place de Habib Choubani. Ce député du PJD a été chef du groupe parlementaire à la Chambre des représentants. La deuxième ministre du PJD, désignée ministre déléguée à l'Enseignement supérieur, est Jamila Moussali. La députée, élue à la faveur de la liste nationale des femmes, remplace Soumya Benkhaldoune. Le troisième est Driss Merroune, qui devient ministre en charge de l'Aménagement du territoire et de l'urbanisme. Cet ingénieur de formation est parlementaire à la Chambre des conseillers. Dernier ministre du MP, Khalid Barjaoui. Ce doyen de la faculté de droit à Rabat devient ainsi ministre délégué de l'Education nationale et de la formation professionnelle.

- Impôts locaux. La Cour des comptes prescrit une remise à plat. Très complexe, problème de gouvernance et dysfonctionnements au niveau de l'assiette et du recouvrement...La fiscalité locale gagnerait à être plus lisible, simplifiée et mieux interprétée. Le reste à recouvrer, 16,8 milliards de dirhams, illustre bien la cacophonie qui caractérise tout ce système. Dans son rapport sur la fiscalité locale qu'il vient de publier, la Cour des comptes souligne que la fiscalité des collectivités territoriales n'est pas uniquement une ressource financière destinée à couvrir les charges des services publics locaux, mais c'est aussi un instrument de politique économique qui participe à la consolidation du processus de décentralisation.

Articles qui pourraient vous intéresser

S'inscrire à la Newsletter Boursenews

* indicates required