×

Inscrivez-vous à notre newsletter


TSR : Où comment mesurer la création de valeur autrement

Samedi 23 Fevrier 2019 - PAR bourse news

On s’intéressait tout récemment à la mesure de la création/destruction de valeur des secteurs admis à la cote de Casablanca. L’on a vu, via le calcul du ratio Price to Book, comment certains secteurs créent de la valeur à leurs actionnaires en 2018, alors que d’autres en détruisent. 

Cette thématique- création de valeur- a en effet pris une place centrale dans l’histoire de la finance moderne, ce qui a conduit au développement d’une batterie d’indicateurs qui tentent de la mesurer : EVA, ROCE-WACC, TSR, PBR... dont les sigles anglo-saxons sont parfois ésotériques.

Dans cet article, on se penchera sur les outils boursiers, et précisément le Total Shareholder Return (TSR), soit le taux de rentabilité de l’actionnaire compte tenu de la progression de valeur de l’action et des dividendes versés. Car, et on en parlait il y a quelques semaines, le dividende en lui-même ne crée pas systématiquement de la richesse pour l’actionnaire. Celui-ci ne fait que récupérer une partie de son patrimoine sous forme numéraire.

Le TSR s’exprime donc en pourcentage et correspond conceptuellement à l’addition du taux de rendement de l’action (Dividende/ prix de l’action) et du taux de plus-value (plus-value sur la période/ valeur initiale de l’action).

Dit autrement, c’est le taux de rentabilité de l’actionnaire qui a acheté l’action en début de période, a touché des dividendes, que parfois peut les réinvestir dans l’achat de nouvelles actions, et qui valorise en fin de période, son portefeuille sur la base du derniers cours de l’action.

En bref, il s’agit ni plus, ni moins, du taux de rentabilité actuariel.

Toutefois, pour être significatif, ce calcul doit être effectué sur une assez longue période (5 ans et plus) afin de lisser l’impact de variations boursières erratiques.

 


Appréciation du TSR des 5 grosses capitalisations de Casablanca


A titre d’illustration, ce tableau englobe le TSR des cinq premières capitalisations de la place de Casablanca, sur la période 2013-2018.

Valeurs

Total Shareholder Return

Maroc Telecom

48,29%

Attijariwafa Bank

44,81%

BCP

39,73%

LafargeHolcim*

71,53%

BMCE Bank

25,35%

 

On y voit que LafargeHolcim dégage le TSR le plus élevé. Celui-ci prend toutefois compte de la distribution d’un dividende exceptionnel en 2013, 2014, 2015 et 2016. Hors ces dividendes exceptionnels, le TSR du cimentier reste tout de même le plus élevée entre les cinq valeurs (+53,91%).

 


Création de valeur ou création de valeur(s)?


En substance, l’objectif d’une entreprise est de créer de la valeur, c’est-à-dire d’être capable de réaliser des investissements dont le taux de rentabilité dégagé est supérieur au taux de rentabilité exigé compte tenu du risque. Si cette condition est remplie, la valeur de l’action progressera ; dans le cas contraire, elle baissera.

Le concept de création de valeur s’est propagé très rapidement depuis une vingtaine d’années, au point de devenir un passage obligé du discours de la plupart des dirigeants de sociétés. On observe par ailleurs, une tendance à ne plus seulement apprécier la création de valeur pour les actionnaires mais pour l’ensemble des parties prenantes de l’entreprise : actionnaires, salariés, clients…On parle de valeur partenariale, de capital client, de capital humain, ou même titre que le capital financier.

 


Synthèse 


Généralement, on dénombre 4 familles de critères : ceux comptables (BPA, CFROI, ROE, ROCE), boursier (MVA, TSR), financiers (VAN) ou encore hybrides (EVA, ROCE-WACC). Il est conseillé de comprendre les faiblesses de chacun de ces indicateurs de créations de valeur, car tant que les pratiques restent diversifiés et les usages non encore normalisés, le choix pour une entreprise de tel ou tel critère pour présenter ses performances ou une opération n’est pas neutre…

 

Y.S

 

Sources documentaires : 17ème édition, Finance d'entreprise, Pierre Vernimmen, Pascal Quiry, Yann Le Fur, Dalloz.
Bourse de Casablanca
Partage RéSEAUX SOCIAUX