×

Inscrivez-vous à notre newsletter


Total: Résultat net en hausse de près de 30% en 2017

Mardi 06 Fevrier 2018 - PAR

 

PARIS (Reuters) - Le résultat net de Total au titre de 2017 “sera de près de 30% supérieur” à celui de 2016, a déclaré son PDG, Patrick Pouyanné, lors d‘un entretien au journal Le Monde publié mardi.

Le résultat net ajusté de Total, qui présentera ses résultats annuels jeudi, s’était établi à 8.287 millions de dollars au titre de 2016 tandis que son résultat net part du groupe avait atteint 6.196 millions.

Patrick Pouyanné avait déjà déclaré le 25 janvier, sur BFM Business, que les bénéfices de Total au titre de 2017 s’étaient établis “au-dessus de 10 milliards”, sans plus de précisions.

“Ces bons résultats sont le fruit de trois éléments : discipline sur les dépenses, croissance de la production et hausse des prix du brut”, dit au Monde le PDG du groupe, rappelant également l‘ambition de Total de faire croître sa production de 5% par an en moyenne jusqu‘en 2022.

“Après avoir beaucoup investi, le groupe verra son cash-flow augmenter tout en conservant sa discipline d‘investissement, parce qu‘on ne maîtrise pas les prix du pétrole”, a poursuivi Patrick Pouyanné.

Soulignant que les “grands investissements” du secteur n‘avaient pas encore repris, il a en outre estimé que le monde risquait de “manquer de pétrole” après 2020.

“Notre projet en Iran, ‘South Pars 11’, progresse bien, sans retard, et nous continuons à travailler, même si la situation au Congrès américain est assez floue”, a également dit le PDG de Total en référence aux menaces de nouvelles sanctions américaines à l‘encontre de Téhéran.

“Si les Américains décident de sortir du traité nucléaire et que les sanctions secondaires se remettent en place, cela nous posera une vraie question. C‘est encore de la politique-fiction, mais à un moment donné, il faudra quand même éclaircir l‘horizon des sociétés européennes travaillant en Iran”, a-t-il ajouté.

Patrick Pouyanné a également redit que Total réfléchissait avec les autorités françaises et européennes “aux moyens de protéger les investissements déjà lancés en Iran, même en cas de retour des sanctions”.

 

Partage RéSEAUX SOCIAUX
Autre articles en relation