×

Inscrivez-vous à notre newsletter


SocGen conclut des accords sur les litiges du Libor et la Libye

Lundi 04 Juin 2018 - PAR

PARIS (Reuters) - La Société générale a annoncé lundi être parvenue à des accords de principe avec les autorités judiciaires américaines et françaises pour mettre fin à deux litiges aux Etats-Unis relatifs au taux interbancaire Libor et au dossier du fonds souverain libyen.

La banque française indique dans un communiqué ne pas être en mesure à ce stade de révéler le montant des amendes qu’elle s’apprête à payer pour clore ces deux dossiers mais elle assure que ce montant est couvert par le provision d’environ un milliard d’euros enregistrée dans ses comptes.

“Ces versements n’auront donc pas d’impact sur les résultats de Société générale”, fait ainsi savoir l’établissement bancaire, qui précise que des audiences devant les juridictions américaine et française sont prévues ce lundi et mardi pour entériner ces accords.

Ces dernières semaines, la Société générale avait indiqué à plusieurs reprises qu’elle était sur le point de régler ces deux contentieux, qui pèsent sur son cours de Bourse.

Dans le cadre de ses négociations pour clore le litige relatif au Libor, la banque a déjà été contrainte de se séparer en mars de son directeur général délégué Didier Valet.

Dans le dossier libyen, elle avait par ailleurs conclu l’an dernier un accord amiable qui s’était traduit par le versement de 963 millions d’euros à la Libyan Investment Authority (LIA).

Parallèlement à ces deux dossiers du Libor et du fonds libyen, la SocGen mène toujours des discussions avec les autorités américaines pour solder un troisième litige touchant des soupçons de violation d’embargo.

L’issue de ce contentieux est quant à elle plus lointaine et ne devrait pas intervenir avant plusieurs semaines, voire plusieurs mois, selon la banque.

Pour couvrir les amendes qu’elle encourt dans tous ces litiges, la SocGen a passé pour quelque 2,3 milliards d’euros de provisions.

En Bourse, l’action Société générale gagne 1,75% à 38,20 euros vers 10h30, en tête de l’indice CAC 40, soutenue par des informations de presse selon lesquelles la banque française et le groupe italien UniCredit étudient une fusion.

Partage RéSEAUX SOCIAUX
Autres articles en relation