×

Inscrivez-vous à notre newsletter


Le digital, nerf de la guerre pour Umnia Bank

Jeudi 07 Mars 2019 - PAR bourse news

De gauche à droite : Adnane El Gueddari, Directeur Général d'Umnia Bank et Abdessamad Issami, Président du Directoire d'Umnia Bank. Photo : Boursenews / Sohaib Zefri.



C’est à la date de son deuxième anniversaire, qu'Umnia Bank a choisi de réunir la presse pour présenter ses réalisations annuelles. Des chiffres «très honorables» aussi bien en collecte de dépôts qu’en financements, estime le management de la banque participative. Les financements ont permis à la banque de couvrir près d'un milliard de DH des besoins de la clientèle.

« Ces résultats encourageants renforcent la stratégie d’Umnia Bank qui a cru en cette nouvelle finance et qui investi de manière importante pour servir ses clients », se félicite le management.

Par ailleurs et ce n’est plus à démontrer : pour les banques, le digital est un véritable levier de rentabilité, permettant de joindre l'efficacité commerciale à la réduction du coût. Ceci, Umnia Bank l’a bien compris et en fait désormais son axe stratégique prioritaire. Héritant de la vision de sa maison-mère, elle met le paquet sur l’innovation et sur les canaux digitaux.

«Nous considérons l’innovation comme étant un vrai axe stratégique. Elle nous permet de déployer les services à travers le canal digital, qui à son tour, contribue pour près de 10% à notre production. Et ceci nous a bien été reconnu par le marché», indique Abdessamad Issami, Président du directoire de la banque.

 


Digital : 3 attributs exclusifs


Umnia Bank revendique le premier site immobilier en ligne au Maroc avec accord de principe immédiat. Celui-ci réalise d’ores et déjà «une production équivalente à celle de deux agences bancaires».

Pour le financement automobile, Umnia Bank dispose du site UCars, lequel a connu un franc succès, toujours selon le management. «L'offre automobile via internet, contribue 3 fois à notre production sur ce segment», commente le top management.

Parallèlement, la banque a lancé l’application Ulink, à destinations des Marocains Résidents à l’étranger, qui permet l’ouverture de comptes à distance et la gestion des transferts d’argent depuis le mobile.

Ces trois services reposent sur le concept, « Any Time, Anywhere, Any Device», résume la banque. Objectif : rendre les services bancaires accessibles tout le temps, partout et sur tous les supports. Somme toute, ces 3 attributs exclusifs réconfortent le positionnement digital de la jeune banque.

 


Une dimension voulue universelle


Umnia Bank veut être une banque universelle et se donne tous les moyens pour y parvenir. Elle a dévoilé lors de la conférence sa nouvelle offre inédite de la banque au quotidien. Elle offre à l’ensemble de sa clientèle les frais de retrait sur tous les GAB des confrères.

Elle introduit également la facturation forfaitaire pour toutes les opérations courantes des particuliers et professionnels, la mobilité entre les agences, la gratuité de tenues de compte et celle des timbres prélevés lors des versements…Ces offres sont backées par une couverture spatiale constamment optimisée, avec aujourd’hui un réseau large de 26 agences reparties sur 16 villes du Royaume.

«N’importe quel client peut désormais retirer du cash dans les GAB confrères, sans qu’il ait à en supporter les frais. Nous voulons donner plus de services à notre clientèle avec le moins de frais possible. Cela pour être le plus proche d’eux», indique Issami.

La banque et ses actionnaires ne comptent d’ailleurs par s’arrêter en si bon chemin, ni lésiner sur les moyens. Réaffirmant leur confiance dans Umnia Bank et dans le potentiel du marché, ils ont validé en Conseil d’administration un plan moyen terme qui prévoit la poursuite de l’extension du réseau et les investissements dans le digital.

Aujourd’hui la banque couvre plus de 90% des besoins des clients particuliers clients, contre 75% des besoins pour les professionnels et 50% des besoins des entreprises et ce, à cause de l'écosystème participatif toujours incomplet (Takaful, comptes d'investissement, par exemple manquent toujours à l'appel). 

Ce qui va se faire d’ici 2020

L’écosystème participatif devrait s’étoffer d’ici 2020. Le management prévoit l’arrivée de nouveaux contrats sur le marché. On parle de l’Istisnaa, Mucharaka et Mudaraba pour booster notamment l’offre destinée aux entreprises.  Les garanties CCG (Caisse centrales de garanties) sont prévues pour la même année. Ils encourageront sans doute les banques à accorder des financements immobiliers aux ménages à revenus modestes ou non réguliers, comme c’est le cas pour Fogarim dans la banque conventionnelle. Pour l’année courante, c’est les très attendus comptes d’investissement participatifs qui doivent débarquer, en plus des contrats Ijiara et Salam.
Banque participative
Partage RéSEAUX SOCIAUX