×

Inscrivez-vous à notre newsletter


Crypto-monnaies : L'Ether affiche 5000% de croissance depuis le début de l’année

Jeudi 22 Juin 2017 - PAR bourse news

Tout ce qu’il faut savoir à propose de l’Ethereum: ses caractéristiques, son fonctionnement, ses usages, et évidemment les raisons pour lesquelles les investisserus et gouvernements s’y intéressent.

 

Pendant que le bitcoin a brièvement frôlé un record de 3000 dollars avant de redescendre, la valeur de l'ether dépasse les 407 dollars et poursuit une croissance folle amorcée depuis le début de l'année.

Ethereum est un protocole d'échanges décentralisés permettant la création par les utilisateurs de contrats intelligents grâce à un langage Turing-complet. Ces contrats intelligents sont basés sur un protocole informatique permettant de vérifier ou de mettre en application un contrat mutuel, ils sont déployés et consultables publiquement dans la blockchain.

 

Une sorte d’ordinateur mondial toujours accessible et ultra-sécurisé.

Ethereum utilise une unité de compte dénommée Ether comme moyen de paiement de ces contrats. Son sigle correspondant, utilisé par les plateformes d'échanges, est « ETH ». Ethereum est la deuxième plus importante monnaie cryptographique décentralisée.

À l’heure actuelle, c’est la seconde crypto-monnaie en capitalisation et elle représente maintenant une valeur totale d’environ 36 milliards $. La capitalisation de Bitcoin, quant à elle, totalise 48,91 milliards $.

Cette monnaie cryptographique vise à bâtir un Web où les intermédiaires entre les clients et les services qu’ils recherchent n’existent plus. Plus besoin d’avocat, il suffit simplement de se mettre d’accord sur les modalités du contrat.

La sécurité est garantie par le protocole cryptographique complexe utilisé, et les domaines d’application de la monnaie sont nombreux (réseaux sociaux, vente en ligne, crowdfunding, etc…).

 

Quelle différence avec le Bitcoin?

Les raisons de ce succès sont assez simples. Les concepteurs de l'Ether, lancé en 2015, ont réussi à séduire les entreprises, quand le Bitcoin a surtout séduit les particuliers. La monnaie virtuelle développée par Vitalik Buterin est rapide et économique. C'est une monnaie de flux. Elle permet des paiements en quelques secondes, alors que les modalités de minage du Bitcoin, plus utilisé pour accumuler des stocks, ne permettent des transactions qu'à la minute.

Par ailleurs, contrairement à celui des Bitcoins, le nombre d'Ethers n'est pas limité. C'est d'ailleurs l'un des points qui opposent les deux communautés. Le logiciel qui gère les Ethers rétribuent les "mineurs" à raison de cinq Ethers par bloc miné, c'est-à-dire en moyenne toutes les 15 secondes, soit une émission potentielle de 10 millions de nouveaux Ethers par an. De quoi très rapidement dépasser le plafond des 21 millions de Bitcoins disponibles...

 

À 407 dollars, l’ether affiche 5000% de croissance depuis le début de l’année

Début juin, la valeur de la crypto-monnaie Ethereum a atteint un nouveau record à plus de 407 dollars. Depuis le début de l’année 2017, elle s’est donc appréciée de plus de 5000%. C’est évidemment le potentiel de sa « blockchain » qui a suscité un enthousiasme certain à travers le monde, mais il faut aussi prendre en compte le fait que divers gouvernements commencent à s’y intéresser.

Un certains nombre d’autres facteurs peuvent expliquer le succès de l’Ethereum. Entre autres, la création de l’Enterprise Ethereum Alliance (EEA), qui rassemble des entreprises telles que Microsoft et JPMorgan. De même, la rencontre récente de Vitalik Buterin, le fondateur de l’Ethereum (notre photo), avec le président russe Vladimir Poutine, laisse à penser que la Russie envisagerait l’utilisation possible de la crypto-monnaie. En outre, le gouvernement de Singapour a également réalisé un essai de numérisation de sa devise nationale en utilisant cette technologie.

Le regain d’intérêt pour le Bitcoin a donc poussé les investisseurs à se tourner vers d’autres crypto-monnaies. Et s’il existe des différences évidentes entre ce deux devises (Bitcoin/ Ether), comme nous l’évoquions ci-dessus, elles répondent finalement aux mêmes besoins.

 

Partage RéSEAUX SOCIAUX
Autre articles en relation