×

Inscrivez-vous à notre newsletter


Records en Bourse après le double soulagement du commerce et du Brexit

Lundi 16 Decembre 2019 - PAR

 

PARIS (Reuters) - Wall Street est attendue dans le vert et les Bourses européennes progressent nettement à mi-séance lundi, la confirmation officielle d’un accord commercial - même partiel - entre les Etats-Unis et la Chine ayant dégagé la voie vers de nouveaux records pour les actions.

Les contrats à terme sur les principaux indices new-yorkais préfigurent une ouverture de Wall Street en légère hausse, ce qui pourrait suffire au Standard & Poor’s 500 pour atteindre un nouveau plus haut historique.

À Paris, le CAC 40 gagne 1,01% à 5.978,83 points vers 12h15 GMT après avoir touché, à 5.980,71, son plus haut niveau depuis juillet 2007.

À Francfort, le Dax prend 0,65% et à Londres, le FTSE 100 avance de 2,19%, l’impact du soulagement suscité par les résultats des élections législatives se conjuguant à celui lié au commerce.

L’indice paneuropéen FTSEurofirst 300 est en hausse de 1,18%, l’EuroStoxx 50 de la zone euro de 0,82% et le Stoxx 600 de 1,2% après avoir inscrit un record à 417,03.

Robert Lighthizer, le représentant au Commerce de Donald Trump, a salué dimanche la conclusion d’un accord commercial de “phase un” entre Washington et Pékin qui doit selon lui se traduire par un quasi-doublement en deux ans des exportations américaines vers la Chine.

Même si le texte n’est pas signé et si Pékin affiche toujours sa prudence, “c’est une affaire conclue”, a assuré Robert Lighthizer.

Le compromis, annoncé vendredi, évite dans l’immédiat un nouveau relèvement des droits de douane américains sur plus de 150 milliards de dollars de produits chinois. Pour autant, certains observateurs soulignent que s’il éloigne une menace immédiate, l’accord est loin de résoudre le problème de fond.

“D’une part le niveau des tarifs reste bien supérieur à ce qu’il était en début d’année. D’autre part, ce ‘deal’ a énormément coûté en termes de croissance mondiale”, explique ainsi Stéphane Déo, stratège de LBPAM.

“Enfin, et surtout, cet accord porte sur les domaines ‘faciles’; l’accord de ‘phase 2’ sera beaucoup plus difficile à négocier.”

Les indices PMI “flash” européens sont par ailleurs venus illustrer une nouvelle fois l’impact économique des tensions commerciales, traduisant une croissance toujours faible, notamment dans le secteur manufacturier.

VALEURS EN EUROPE

Si le secteur des matières premières est le premier bénéficiaire du soulagement général sur le commerce avec une hausse de 2,5% pour l’indice Stoxx des ressources de base, celui de l’automobile reste à la traîne (-0,06%), les constructeurs allemands Volkswagen et BMW perdant respectivement 0,95% et 0,51%.

Les banques britanniques continuent par ailleurs de profiter de la dissipation des incertitudes sur le Brexit: Barclays prend 3,26%, Standard Chartered 3,07% et Lloyds Banking Group 2,29%.

A Paris, le cimentier Vicat est en tête du SBF 120 avec un bond de 6,2%, porté par un relèvement de recommandation de Barclays.

A la baisse, Electrolux chute de 10,61% après avoir revu à la hausse son estimation du coût de sa réorganisation aux Etats-Unis.

TAUX

Les rendements des emprunts d’Etat de référence de la zone euro, qui étaient orientés à la hausse en tout début de séance, ont effacé leurs gains après les chiffres mitigés des indices PMI “flash”.

Celui du Bund allemand à dix ans est pratiquement inchangé à -0,299% après être monté à -0,28%.

Son équivalent américain prend plus de deux points de base à 1,8452%.

CHANGES

Sur le marché des devises, le dollar cède du terrain face à un panier de devises de référence et les devises les plus sensibles aux tensions commerciales, comme le yuan et le dollar australien, cèdent du terrain après leur forte hausse de vendredi, qui les avait portés au plus haut depuis quatre mois.

L’euro s’apprécie face au billet vert à 1,1143 mais reste sous le pic de quatre mois atteint vendredi à 1,1199.

La livre sterling, elle, maintient sa surperformance par rapport aux autres grandes devises, toujours portée par la nette victoire des conservateurs britanniques aux élections de jeudi, qui place à Boris Johnson en position favorable pour un Brexit au 31 janvier.

PÉTROLE

Les cours du brut varient peu et restent proches de leurs récents plus hauts de trois mois, soutenus eux aussi par l’accord commercial partiel entre les Etats-Unis et la Chine.

Le Brent gagne 0,29 % à 65,41 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) est pratiquement inchangé à 60,08 dollars.

 

Wall Street
Partage RéSEAUX SOCIAUX