×

Inscrivez-vous à notre newsletter


Etude: Les effets indirects du protectionnisme US "non négligeables"

Mercredi 10 Octobre 2018 - PAR bourse news

PARIS (Reuters) - Les conséquences de la politique protectionniste américaine ne se limiteront pas aux pays directement ciblés par ces mesures et les effets de contagion sur leurs partenaires commerciaux seront significatifs, du fait de l’internationalisation des chaînes de production, selon une étude publiée mardi par Coface.

D’après les estimations de ces effets indirects réalisées par les économistes de l’assureur-crédit, une hausse d’un point de pourcentage des droits de douanes aux Etats-Unis sur un pays donné va faire diminuer de 0,46% les flux d’exportation de valeur ajoutée d’un pays partenaire vers ce pays touché par les barrières tarifaires.

Selon leurs calculs, la baisse des exportations atteint 0,6% lorsque le champ est limité aux secteurs manufacturiers, pour lesquels les chaînes de valeurs sont plus largement développées que pour le secteur agricole ou le secteur minier, par exemple.

Les économistes de Coface sont parvenus à ce résultat grâce à une analyse portant sur 12 secteurs d’activité agrégés (dont neuf secteurs manufacturiers) dans 63 pays pour la période courant de 1995 à 2011.

“Le modèle statistique prend des données qui s’arrêtent à 2011 mais ces données sont essentiellement d’ordre structurel (...) et le nombre d’étapes de production qui sont réalisées à l’étranger - sauf exception comme le secteur de l’électronique -a très peu changé depuis 2011”, a expliqué lors d’une conférence de presse Julien Marcilly, économiste en chef de Coface.

Cette analyse suggère que le secteur des transports, qui inclut l’automobile, est particulièrement affecté par ces effets indirects, avec une baisse estimée à 4,4% en moyenne de la valeur ajoutée exportée par un pays partenaire vers un pays ciblé par une hausse de 1% des droits de douanes américains.

Dans ce secteur, le réseau de production est tellement internationalisé (avec la nécessité de multiples échanges et franchissements de frontières avant l’obtention du produit fini) que les Etats-Unis figurent parmi les premiers pays susceptibles de subir les effets indirects de leurs propres mesures tarifaires.

Avec l’Allemagne, le Japon, la Corée du Sud et la France, ils figurent parmi les principaux fournisseurs de la Chine et seraient donc eux-mêmes victimes de ces effets de contagion en cas de mise en place de mesures tarifaires sur les pièces et composants automobiles chinois, observent les économistes de Coface.

Si les effets indirects sur les exportations de valeur ajoutée des partenaires commerciaux des pays touchés par les droits de douanes américains sont significatifs, ils restent “plus faibles que l’effet direct”, a souligné devant la presse Melina London, co-auteure de cette étude.

“Cela peut s’expliquer par le fait que le pays partenaire peut réorienter une partie de ses exportations vers d’autres pays fournisseurs des Etats-Unis mais pas affectés par les barrières tarifaires. Cela permet donc de limiter l’effet contagion sur les exportations des biens intermédiaires par les pays partenaires”, note Julien Marcilly dans un communiqué diffusé par Coface.

Partage RéSEAUX SOCIAUX
Autres articles en relation