×

Inscrivez-vous à notre newsletter


Kenya: Batterie de mesures pour la lutte contre les produits pharmaceutiques contrefaits

Jeudi 27 Juillet 2017 - PAR

 Les autorités kényanes ont mis en oeuvre une batterie de mesures dans le cadre de leurs efforts de lutte contre la prolifération des produits pharmaceutiques contrefaits sur le marché local, a déclaré le directeur des services médicaux au ministère de la Santé, Jackson Kioko.

"Le gouvernement a mis en place un mécanisme efficace pour s'assurer que les produits médicaux fabriqués localement ou importés de l'étranger respectent les normes requises de qualité, de sécurité et d'efficacité", a souligné le responsable, cité par des médias locaux.

L'acquisition de nouvelles technologies, la mise en place d'une réglementation rigoureuse et la sensibilisation du public sont les principales mesures à entreprendre pour revitaliser la guerre contre les médicaments et les équipements médicaux contrefaits, a expliqué le responsable qui s’exprimait lors de la première conférence de conformité pharmaceutique réglementaire au Kenya, récemment à Nairobi.

"Nous avons intensifié la lutte contre les médicaments de mauvaise qualité à travers la mise en place d’un régime efficace d'inspection et d'enregistrement", a-t-il ajouté, relevant que le gouvernement a également investi dans des laboratoires modernes pour s'assurer que seuls les médicaments efficaces puissent être approuvés.

"Il n’y a aucun doute que les médicaments contrefaits sont devenus un immense problème de santé publique dans le pays. La mondialisation et la libéralisation du commerce des produits pharmaceutiques ont également aggravé la menace", a expliqué M. Kioko.

C’est dans ce sens, a-t-il dit, que le gouvernement a multiplié les investissements dans les équipements numériques pour renforcer le suivi et la déclaration des produits de contrefaçon en temps réel.

Le Kenya est l'un des pays africains confrontés à une énorme prolifération de médicaments contrefaits sur le marché en raison de lacunes réglementaires, d'un suivi insuffisant et de l'ignorance chez les consommateurs, souligne-t-on.

 

Kenya
Partage RéSEAUX SOCIAUX