×

Inscrivez-vous à notre newsletter


Revue de presse économique du 24 mai 2019

Vendredi 24 Mai 2019 - PAR

Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce vendredi :

Le Matin :

• Sa Majesté le Roi Mohammed VI a procédé, jeudi au quartier El Korea à la préfecture d'arrondissements d'Al Fida-Mers Sultan à Casablanca, à l'inauguration de la section régionale du Centre National Mohammed VI des Handicapés (CNMH), une initiative de nature à donner une nouvelle impulsion aux efforts d'intégration des personnes à besoins spécifiques. À l’instar des Centres régionaux des handicapés de Safi, Marrakech, Oujda et Fès, le nouvel établissement permettra à la région de Casablanca - Settat de disposer d'un espace d'encadrement médical et socio-éducatif des personnes atteintes de déficience physique ou mentale et d'un cadre propice devant fédérer les actions des ONG et assurer une prise en charge intégrée des personnes cibles.

• Sa Majesté le Roi Mohammed VI, Amir Al-Mouminine, accompagné de S.A.R. le Prince Héritier Moulay El Hassan, de S.A.R. le Prince Moulay Rachid et de S.A. le Prince Moulay Ismaïl, a présidé, jeudi au Palais Royal à Casablanca, la quatrième causerie religieuse du mois sacré de Ramadan. Cette causerie a été animée par Saad Ben Thaql Al-Ajmi, professeur à l’instance générale de l’enseignement au Koweït, sur le thème «La question de la contestation dans l’esprit des pieux ancêtres», à la lumière du verset coranique : «Puis, si vous vous disputez en quoi que ce soit, renvoyez-le à Allah et au Messager, si vous croyez en Allah et au Jour dernier. Ce sera bien mieux et de meilleur aboutissement» (Sourat An-Nisa).

Aujourd’hui Le Maroc :

• L’Agence nationale des ports (ANP) s'apprête à une deuxième levée de fonds après celle réussie en 2017 de 500 millions de dirhams. L'Autorité marocaine des marchés des capitaux a visé le 22 mai la note d'information relative à l'émission par l'ANP d'un nouvel emprunt obligataire. L'opération porte sur un montant de 1 milliard de dirhams. Les investisseurs qualifiés de droit marocain peuvent ainsi souscrire à cette émission du 29 au 31 mai avec une possibilité de clôture anticipée le 30 mai. En optant pour cette émission obligataire, l'ANP entend diversifier ses sources de financement en vue de saisir les opportunités qu'offre le marché obligataire. L’ambition étant de capitaliser sur le succès de la première émission, de profiter d'un effet de levier favorable à la rentabilité des fonds propres, d'optimiser le coût d'endettement en profitant de la baisse des taux, de renforcer le haut du bilan par un complément de la dette à long terme. 

• Il y a deux ans, le gouvernement annonçait en grande pompe la fin du monopole des « arrondissements » sur la légalisation des documents et des copies conformes. Deux ans plus tard, le gouvernement constate impuissant l'échec de la réforme. C'est ce que révèle une circulaire du Chef de gouvernement Saâd Dine Otmani, exhortant les responsables à activer la réforme de longs mois après son entrée en vigueur! Et pour cause. Le numéro un de l'Exécutif semble être en colère en raison des données qui remontent du terrain. Plus loin encore, le ministère chargé de la réforme de l’administration et de la fonction publique reçoit un déluge de plaintes de la part des usagers au sujet du blocage des procédures au niveau de nombreux établissements et institutions publics concernés par la réforme. 

L’Economiste :

• Il a fallu 4 ans et deux gouvernements pour que les décrets d’application de la régionalisation avancée soient enfin votés. Toutefois, rien n'est encore gagné. Ce chantier de démocratisation et de modernisation des structures de l’État reste encore tributaire d'un autre processus. La charte de déconcentration, qui permettra de doter les collectivités régionales d'une plus grande autonomie, de moyens financiers et d'élites, peine encore à voir le jour. Encore un autre grand projet du Maroc pris en otage par la lenteur de l'administration et les querelles politiciennes.

• L'enregistrement des actes et le paiement des droits de timbre en ligne via le site de l'administration fiscale ont connu quelques soubresauts depuis leur entrée en vigueur en janvier 2019. De nombreux usagers ont reçu un Niet des tribunaux de commerce qui ne reconnaissaient pas les documents électroniques. Pourtant la mesure figurait bien dans la loi de finances 2018 et devait entrer en application progressivement par les comptables et les adouls. Le ministre de la Justice, Mohamed Aujjar et le président délégué du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire, Mustapha Farès, ont diffusé, mercredi 22 mai, une note de service aux greffiers de l'ensemble des tribunaux. Ils confirment que la procédure électronique a la même force juridique que le papier. 

Al Bayane :

• Nezha El Ouafi, secrétaire d’État chargée du Développement durable, a indiqué que son département a décidé d’actualiser l'étude nationale sur la biodiversité et d’établir une évaluation nationale des écosystèmes du Royaume, en prélude à l'élaboration d'une stratégie post-2020. Afin d'atteindre cet objectif, un accord de partenariat avec l'Institut scientifique de l'université de Mohammed V sera conclu, afin d’accompagner le secrétariat dans l’actualisation de l’étude nationale sur la biodiversité et dans d’autres domaines ayant trait au développement durable, a-t-elle fait savoir lors d'une rencontre organisée à l'occasion de la journée internationale de la biodiversité. Par ailleurs, El Ouafi a souligné que le Maroc a jeté les bases d'un développement durable à travers de nombreuses réformes politique, institutionnelle, juridique, sociale et économique.

• La CGEM a tenu une séance de travail avec les représentants des institutions internationales, des agences et banques de développement et des représentations diplomatiques au Maroc. Première de son genre, cette rencontre, à laquelle ont pris part plusieurs administrateurs de la CGEM, a permis de discuter des moyens de consolider et de structurer un partenariat responsable, engagé et durable autour d'une plateforme commune et de créer de nouvelles synergies en faveur du renforcement du secteur privé marocain. Lors de son intervention, Salaheddine Mezouar, président de la CGEM, a souligné l'importance d'un secteur privé solide, contributeur, ouvert et à même de stimuler la relance de l'investissement privé générateur de croissance et d'emploi. 

 

L’Opinion :

• Pour l'actuel mois de Ramadan, le centre de transfusion sanguine de Rabat a totalisé 12.139 poches de sang, ce qui représente 52,77 % de l'objectif à atteindre, qui est de 23.000 poches. «Cet objectif reste atteignable compte tenu que, généralement, les dons augmentent vers la fin de Ramadan», a expliqué Mohammed Benajiba, directeur du centre national de transfusion sanguine. « Nous disposons de quatre camions de transfusion ou unités mobiles de collecte, au niveau de Fès, de Rabat et de Casablanca. Et l'on a surtout un programme national qui cible les collectes au niveau des 240 mosquées mobilisées pour le mois de Ramadan, là où la population est importante », a dit Benajiba dans un entretien.

• Dans son rapport annuel sur les droits de l'Homme et la démocratie dans le monde en 2018, l'Union européenne s'est félicitée du développement des droits de l'Homme au Maroc, en particulier depuis l'adoption de la Constitution de 2011, qui était à l'origine de l'achèvement de la structure législative associée aux droits et libertés. Le rapport de l'UE a salué l'adoption par le Maroc de lois relatives au développement du système des droits de l'homme dans le pays, faisant référence aux nouvelles lois sur la réorganisation du Conseil national des droits de l'homme (CNDH) et la création de mécanismes nationaux lui permettant d'empêcher la torture et la surveillance. Le rapport a aussi salué l'adoption par le Maroc de la loi contre la violence à l'égard des femmes et la loi sur le droit à l'information.

Libération :

• Le bureau de la Chambre des représentants a tenu mardi 21 mai sa réunion hebdomadaire sous la présidence de Habib El Malki, président de ladite Chambre. L’ordre du jour portait sur le programme des activités dans les domaines du contrôle, de la législation et des relations internationales, ainsi que la mouture du projet de budget de la Chambre des représentants. Au début de cette réunion, le bureau de la Chambre a fixé les dates des séances plénières. Il a également abordé quelques procédures législatives et pris des décisions les concernant conformément aux dispositions du règlement intérieur. En matière de diplomatie parlementaire, le bureau a décidé que la Chambre des représentants prenne part, à travers ses sections spécialisées, au Forum annuel des diasporas et au sommet sur le leadership des femmes politiques. 

• L’appel d’offres international relatif à la conception, au financement, à la construction, à l’exploitation et à la maintenance du projet Noor Midelt I, d'une puissance installée de 800 MW, a été attribué au consortium mené par EDF Renouvelables (France) et composé de Masdar (Emirats arabes unis) et Green of Africa (Maroc), annonce l'Agence marocaine pour l’énergie durable (MASEN). "Chez MASEN, nous sommes tout à fait satisfaits des résultats de cet appel d’offres et confiants en les capacités du groupement retenu à mener à bien ce projet. Noor Midelt I est un projet technologiquement disruptif. Il y aura, dans le monde, un avant/après Midelt, comme il y a eu un avant/après Ouarzazate", indique MASEN, citant le PDG de l'Agence, Mustapha Bakkoury. 
Al Ittihad Al Ichtiraki :

• Les travailleurs marocains en Espagne sont classés en première position, avec 270.432 travailleurs inscrits à la sécurité sociale à fin avril 2019, selon des statistiques du ministère espagnol du Travail, Immigration et Sécurité sociale. Ils ont ainsi maintenu leur position sur la liste de travailleurs issus des pays non européens, suivis par les Chinois (105.451 affiliés), les Equatoriens (73.323) et les Colombiens (67.796).

• Le syndicat national de des industries du pétrole et du gaz a rejeté le peu de cas fait par le gouvernement des appels lancés pour trouver une solution permettant la reprise des activités de la Samir, soulignant que la responsabilité du sauvetage incombe à l’Etat marocain à travers l’encouragement des investissements lourd. Pour le bureau syndical des travailleurs de la Samir, affilié à la CDT, le Maroc doit continuer à avoir des industries de raffinage du pétrole afin d’assurer la sécurité énergétique nationale et créer les conditions de la concurrence entre les opérateurs du secteur.

Al Alam :

• Étudiants en médecine : vers une année blanche ? Les professeurs de la faculté de médecine et de pharmacie à Casablanca ont exhorté les étudiants de regagner les classes. Ainsi, ils ont appelé les représentants des ministères de de l’éducation nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, et la Santé, et les représentants des étudiants, à tenir en urgence une réunion en présence d’une commission de médiation. Les professeurs ont demandé également la mise en œuvre d’un accord final entre les ministères concernés et la coordination nationale des étudiants en médecine et en médecine dentaire.

• Intervenant lors de l’examen du bilan de mi-mandat du gouvernement, Noureddine Mediane, président du PI à la Chambre des Représentants, a indiqué que la construction des nations ne va pas de pair avec le discours qui alimente le désespoir, véhicule le nihilisme et jette la poudre aux yeux. Il faudrait procéder à un diagnostic objectif et audacieux en faveur de la nation et mettre en avant des propositions pour remédier aux failles, a relevé Mediane. Présenter le bilan de mi-mandat ne constitue pas un moment politique important, a-t-il souligné, notant que pour de larges couches sociales, le gouvernement, qui est divisé et préoccupé par les prochaines législatives, a perdu sa boussole.

Al Massae :

• Le Maroc serait obligé d'importer cette année des millions de tonnes de céréales pour couvrir les besoins des ménages marocains, à cause de la sécheresse qui a affecté la production de cette année, selon la FAO. La production céréalière accuserait cette année une baisse significative. Le Maroc devrait importer environ 8,2 millions de tonnes de céréales, au lieu de 6 millions importées l’année dernière, selon la même source.

• Le Conseil supérieur du pouvait judiciaire a prononcé des sanctions disciplinaires à l’encontre de 4 magistrats de la Cour d’appel de Kenitra, soupçonnés d’avoir commis de fautes graves. Sur la base d’investigations menées par des magistrats inspecteurs suite à une plainte que le Conseil a reçue du Crédit agricole du Maroc, qui a accusé ces magistrats d’avoir condamné cette banque à payer des sommes excessives en tant que réparation d’un préjudice inexistant, le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire a puni ces magistrats par une exclusion temporaire avec suspension de salaires.

Bayane Al Yaoum :

• La population totale des pays du Maghreb s'accroîtrait de 99,8 millions en 2018 à 131,9 millions en 2050, selon une étude publiée par le 52ème numéro des ''Cahiers du plan''. Cette évolution aurait des impacts dont les effets seraient ressentis essentiellement dans les domaines de l’emploi, de la protection des personnes âgées, de l’urbanisme, de l’eau, de la santé et des effets induits par l’activité humaine (risques industriels, pollutions, réchauffement et changement climatique…). Néanmoins, le Maroc et l’Algérie continueraient à abriter 77,2% de la population du Maghreb en 2050.

• L’Espagne s’est maintenue comme le premier partenaire commercial du Maroc au premier trimestre 2019, aussi bien en termes d’exportations que d’importations, selon des données publiées par l'Office statistique de l'Union européenne (Eurostat). Elle s’est maintenue en 2018 comme le premier partenaire commercial du Maroc, pour la septième année consécutive. La valeur des exportations espagnoles vers le Maroc s'est élevée à 2.091 millions d'euros à fin mars dernier, en baisse de 1,28% par rapport à la même période de l’année précédente, précise la même source, faisant observer que le Royaume a été, durant cette période, la 8è destination mondiale des biens espagnols et la deuxième en dehors de l’Union européenne .

Rissalat Al Oumma :

• Le bilan d'étape de l’action gouvernementale a suscité des réactions divergentes des Groupes et Groupements parlementaires de la majorité et de l'opposition lors de son examen, mercredi, à la Chambre des représentants. Le groupe du rassemblement constitutionnel a qualifié ce bilan de « positif à bien des égards », exprimant son soutien aux initiatives prises par le gouvernement et visant l’augmentation des budgets sectoriels sociaux. Driss El Azami, président du groupe PJD, a affirmé que le gouvernement a donné la priorité aux secteurs sociaux, notamment la santé et l’enseignement. En revanche, les critiques de l’opposition étaient véhémentes. Mohamed Aboudrar a qualifié ce bilan de « maigre ». Il a souligné que le rythme de l’exécution des réformes est très lent et que le gouvernement tient un discours hybride, situé entre la majorité et l’opposition. 

• Le Royaume du Maroc a pris note, "avec regret", de la démission de l'envoyé personnel du secrétaire général des Nations Unies pour le Sahara marocain, Horst Köhler, indique le ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale (MAECI), dans un communiqué. Le Maroc rend hommage à Köhler, pour les efforts qu’il a déployés depuis sa nomination en août 2017, saluant la constance, la disponibilité et le professionnalisme avec lesquels M. Köhler s’est acquitté de ses fonctions, selon la même source.

 

Revue de presse
Partage RéSEAUX SOCIAUX