×

Inscrivez-vous à notre newsletter


Revue de presse économique du 24 février 2020

Lundi 24 Fevrier 2020 - PAR bourse news

 

Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce lundi :

Le Matin :

• Fin de quarantaine pour les Marocains rapatriés de Chine. Aucun cas lié au nouveau coronavirus n'a été enregistré parmi les citoyens rapatriés de la ville chinoise de Wuhan, a rassuré le ministère de la Santé. La nouvelle a été vécue comme une délivrance pour les 167 rapatriés et leurs familles, mais aussi pour l’ensemble des Marocains. II faut dire qu'au vu de l'évolution de la situation épidémiologique en Chine et dans plusieurs pays et compte tenu de la sévérité du virus, il y avait de quoi s'inquiéter. C'est pourquoi la fin de la période de surveillance médicale étroite de ces citoyens rapatriés a été un moment de joie, mais aussi de gratitude. Gratitude pour la prise en charge exemplaire et pour le suivi médical professionnel aussi bien au sein de l'hôpital Sidi Saïd de Meknès (90), qu'à l'Hôpital militaire d'instruction Mohammed V de Rabat (77) conformément aux Hautes Directives Royales.

• Genève: Le Maroc participe à un side-event sur la convention contre la torture. Le Maroc, représenté par le ministre d'Etat chargé des droits de l’Homme et des relations avec le Parlement, participe à un side-event organisé, à Genève, par l'Initiative pour la convention contre la torture dans le cadre des travaux de la 43ème session du Conseil des droits de l'Homme (CDH). Organisée sous le thème "Mise en œuvre de la convention contre la torture: les meilleures pratiques pour les institutions Étatiques", cette activité parallèle s'inscrit dans la continuité des objectifs de l’Initiative pour la convention contre la torture lancée par le Maroc et un certain nombre de pays amis pour soutenir la ratification et la mise en œuvre de ladite convention, selon un communiqué du ministère d'État chargé des droits de l'homme et des relations avec le Parlement.

L’Economiste :

• Le salariat, le statut privilégié. A moins qu'un changement ne s'opère avec le programme Intelaka, monter son propre business n'intéresse pas trop les personnes à la recherche d'un emploi. L'année dernière près de 7 chômeurs sur 10 ont souhaité travailler en tant que salarié. Les proportions sont élevées chez les femmes autant que les hommes: 78,3% chez les premières contre 68,4% chez les seconds. Cette préférence pour le salariat est également importante chez les diplômés du supérieur: plus de 7 sur 10. Chez les non diplômés, le taux baisse à 64,9% mais reste important. Avec une population importante de primo-demandeurs et de chômeurs de longue durée, la préférence pour un secteur d’activité ne semble pas trop préoccuper.

• Financement participatif : L'Écosystème intègre "l’impact investing". La finance participative connaît plusieurs défis notamment en matière de diversification des produits ou encore de refinancement. Le marché national recèle un fort potentiel, admet Fouad Harraze, DG d'Al Akhdar Bank. Les banques participatives restent sur un segment à forte capacité de croissance, pourvu que le coût du crédit soit attractif. Des efforts sont également à réaliser en termes de célérité dans le traitement des dossiers, qui traînent entre la signature des documents d'achat d'un bien, leur légalisation et le temps que la commission de la banque rencontre le concessionnaire, lors de l'achat d'une voiture, pour valider les transactions. En définitive, le secteur souffre de lourdeurs et paperasse, face à la banque classique qui est plus réactive dans le traitement des dossiers.
Aujourd'hui le Maroc :

• AMO : Plus de 10 millions de bénéficiaires. Lors du Conseil d'administration, le directeur général de l'ANAM, Dr Khalid Lahlou, a présenté les chiffres phares du rapport annuel global de l'AMO au titre de l'exercice 2018. Le rapport fait état d'une population couverte de l'ordre de 10,1 millions de bénéficiaires. A fin 2018, les ressources de l'AMO ont été estimées à 12,37 milliards DH de cotisations et contributions. Quant aux dépenses, elles se sont chiffrées à 8,9 milliards DH dont 31,5% destinées aux médicaments. Le DG de l’ANAM a également fait savoir qu'à fin 2018, les deux régimes, à savoir la CNSS et la CNOPS, ont enregistré un excédent d'exploitation cumulé qui a atteint 36,07 milliards DH, soit 29,05 milliards DH à la CNSS contre 7,02 milliards DH à la CNOPS.

• Tourisme : le CRT d’Agadir Souss-Massa accélère son virage numérique. La région du Souss-Massa veut effectuer un véritable virage numérique pour mieux se positionner sur la toile à travers le lancement de la nouvelle plateforme interactive "Allsoussmassa.ma". La digitalisation du tourisme au niveau de la destination Agadir est donc une mutation non seulement inévitable mais surtout souhaitable, tant pour moderniser l’image de cette région que pour donner un nouveau souffle à la machine touristique régionale. Les enjeux majeurs étant de contribuer à la création et le partage de contenu touristique et ce, en encourageant l’investissement à travers des idées innovantes au profit du secteur touristique dans la région.

L’Opinion :

• Sommet mondial de l'Alliance des civilisations : Le 29 novembre 2020 à Fès. La ville de Fès a été choisie pour abriter le Sommet mondial de l'Alliance des civilisations prévu du 29 novembre au 02 décembre 2020, a annoncé, vendredi à Rabat, le Haut-Représentant de l'Alliance des civilisations des Nations-Unies (UNAOC), Miguel Angel Moratinos. "La ville de Fès a été choisie eu égard à son caractère ancestral et à sa symbolique spirituelle", a affirmé Mortinos dans une déclaration à la presse, à l'issue de ses entretiens avec le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l'étranger, Nasser Bourita. "La nécessité de sauver la planète est souvent évoquée, mais nous sommes également tenus à apprendre à vivre ensemble, à nous respecter les uns les autres et à comprendre l’existence de différentes religions, cultures et civilisations, et le Maroc incarne cela", a poursuivi le responsable onusien.

• Taounate : Reconversion de 9.400 ha de céréales en olivier en 2020. Une superficie totale de 9.400 ha de céréales seront convertis à la culture de l’olivier dans la province de Taounate, au titre de l’année actuelle, au profit de 4.000 agriculteurs, selon la direction provinciale d’agriculture (DPA). Lancé dans le cadre de la mise en en œuvre du Plan Maroc Vert, ce programme de développement de la filière oléicole sera réalisé avec une enveloppe budgétaire de l’ordre de 100 millions de DH. La culture des olives dans la province de Taounate couvre une superficie totale d'environ 150.000 ha, dont 70% sont concentrés dans les cercles de Ghafsai et Taounate.

Al Bayane :

• Dakhla dans le top 10 des meilleures destinations à visiter. L'agence de voyage australienne Intrepid Travel a classé Dakhla dans le top 10 des meilleures destinations à visiter en 2020, selon le guide touristique américain Lonely Planet. L’agence de voyage australienne encourage vivement les touristes à s'offrir une escapade à Dakhla mais aussi à Marrakech. La ville doit cette position à ses dunes de sable blanc, ses plages cristallines, ses fruits de mer et à l'hospitalité de ses habitants, souligne Intrepid Travel, notant que la ville s’impose progressivement comme une destination touristique de choix.

• Promotion de la paix et la sécurité en Afrique : le rôle du Maroc mis en exergue. Le rôle important joué par le Maroc, sous le leadership de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, dans la promotion de la paix et la sécurité en Afrique a été mis en exergue lors d'une conférence de haut niveau organisée vendredi au siège des Nations-Unies à New York, à l’initiative de l’Institut Amadeus en collaboration avec l’Académie diplomatique italienne (IDA). Intervenant lors de cette rencontre, tenue sous le thème "Façonner l’émergence de l’Afrique", le Représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU pour la République centrafricaine (RCA), Mankeur Ndiaye, s’est félicité de l’action et des initiatives du Royaume du Maroc en faveur de la paix et la stabilité en Afrique et dans le monde. Ndiaye a relevé l’importance du contingent marocain en RCA, qui contribue au maintien de la paix et à la protection de la population vulnérable de ce pays africain en proie à l’instabilité.

Libération :

• Colloque sur la démocratie participative à la Chambre des représentations. "La démocratie participative entre problématiques actuelles et perspectives de développement" est le thème d'un colloque scientifique qui sera organisé mardi par la commission des pétitions à la Chambre des représentants. Ce colloque s'inscrit dans le cadre de l'approche participative adoptée par la commission des pétitions en expliquant à la société civile l'expérience de la Chambre des représentants et sa mission constitutionnelle aux niveaux national et international, indique la Chambre des représentants dans un communiqué. Au programme de cette conférence qui sera marquée par la participation de différents acteurs parlementaires, gouvernementaux, associatifs et experts marocains et étrangers, figurent deux séances de débat sur "la démocratie participative au Maroc: entre expériences et problématiques actuelles" et "les perspectives de développement de la participation démocratique au Maroc à la lumière des expériences internationales".

• Les jeunes de Dakhla sensibilisés à l’addiction. L'Association Maroc Industrie a lancé, à Dakhla, un projet relatif au programme de prévention des jeunes contre l'addiction au tabac et aux drogues, sous le thème ''Fort sans addiction". Initié dans le cadre d'une convention de partenariat avec l'Académie régionale d'éducation et de formation (AREF) de Dakhla-Oued Eddahab, ce projet cible tous les jeunes qui poursuivent leurs études au niveau collégial et secondaire dans la région, vu qu’ils figurent parmi la catégorie la plus vulnérable à ce phénomène menaçant la sécurité sociale. Organisé en coordination avec les directions provinciales de l'éducation et de la formation d’Oued Eddahab et d’Ouesserd, cette initiative prévoit la sensibilisation des générations montantes aux dangers du tabagisme et de la consommation de drogues et à ses effets néfastes.

Akhbar Al Yaoum :

• Coronavirus: Ait Taleb appelle à une conjonction des efforts des pays africains. Le Maroc s’engage sur le plan continental, en mettant à contribution ses plateformes techniques, son expérience et l’expertise de ses ressources humaines, sous l’égide du Centre Africain pour le Contrôle et la Prévention des maladies (CDC-Afrique), a affirmé à Addis-Abeba le ministre de la Santé, Khalid Ait Taleb. Intervenant lors de la réunion ministérielle d’urgence de l’Union africaine sur l’épidémie du Coronavirus (COVID-19), Ait Taleb a souligné que cette urgence mondiale de Santé Publique impose une conjonction des efforts des pays du continent africain avec plus d’efficience des actions entreprises. Le ministre a mis en avant le dispositif mis en place par le Maroc à travers l’élévation du niveau de vigilance du Centre National d’Opérations d’Urgence de Santé Publique du Ministère de la Santé du vert à l’orange, l’activation du Poste Central de Coordination des actions du Secteur de la Santé avec celles du Ministère de l’Intérieur, la Gendarmerie Royale, la Santé Militaire et autres Départements concernés.

• Crédit du Maroc: Baisse de 13,6% du RNPG en 2019. Le Résultat net part du Groupe (RNPG) du Crédit du Maroc (CDM) s'est établi, en 2019, à 508,8 millions de dirhams (MDH), en baisse de 13,6% par rapport à l'exercice précédent, en intégrant l'impact non récurrent du contrôle fiscal sur l'année 2019, a annoncé le directeur général adjoint du groupe en charge des finances, Karim Diouri. Après neutralisation des éléments exceptionnels 2018 (cession d'une partie du terrain des Arènes) et non récurrents 2019 (contrôle fiscal), le RNPG, au 31 décembre 2019, progresse de 7,3% à 546 MDH, a tenu à préciser Diouri, lors de la présentation des résultats financiers 2019 du Groupe, faisant savoir que le Directoire proposera à la prochaine Assemblée Générale la distribution d’un dividende unitaire de 18,70 DH contre 8 DH au titre de l’exercice 2018, soit un taux de distribution de 50,08%. Le résultat brut d'exploitation consolidé s'est amélioré, en 2019, de 5,4% à 1,11 milliard de dirhams (MMDH), en intégrant des charges générales d’exploitation (incluant l'impact non récurrent du contrôle fiscal en 2019) en hausse de 3,4%, selon M. Diouri, relevant que le coefficient d’exploitation s'est situé, en conséquence, à 53,8%, en amélioration de 49 points de base par rapport à 2018.

Al Massae :

• L'Intérieur veut rationaliser les dépenses. Le ministère de l'intérieur a donné des instructions aux régions, gouvernorat, provinces et communes les incitant à rationaliser certaines dépenses, notamment celles relatives au transport, aux voyages, aux frais de location, d'aménagement et d'ameublement des bâtiments administratifs et celles relatives à l'organisation de cérémonies, de conférence et de séminaires. Une circulaire du ministère insiste également sur la rationalisation de la consommation d'énergie dans les locaux des collectivité territoriales et de l'éclairage public.

• Accord entre l'Education nationale et la fondation OCP. Un accord de partenariat a été signé entre le ministère de l'Education nationale et la fondation OCP pour l'équipement, en outils didactiques et pédagogiques, de 24 centres préparatoires pour les lycées des douze académies pédagogiques. Cet accord, qui sera mis en œuvre sur une période de trois ans, devrait bénéficier à 8.000 étudiants de lycées publics pour améliorer leurs conditions de réussite. Il est de nature à motiver davantage les étudiants pour qu'ils puissent réussir les concours d'accès aux grandes écoles d'ingénieurs, nationales et étrangères.

Al Ahdath Al Maghribia :

• La Charte de la déconcentration administrative fin prête. La mise en application de la Charte de la déconcentration administrative se fera à partir du mois prochain, d'après le Chef du gouvernement, Saâd Dine El Otmani, surtout que les schémas directeurs du déploiement administratif des différents départements ministériels sont fin prêts. Le décret portant Charte de la déconcentration a été promulgué en décembre 2018, rappelle Saâd Dine El Otmani qui s'est rendu à Guelmim accompagné d’une importante délégation gouvernementale. Cette charte est un pas en avant pour l’administration marocaine, indique-t-il, relevant que la mise en œuvre des contrats-programmes Etat-régions sera aussi effective très prochainement.

• Les notaires en colère. Le Conseil national de l'ordre des notaires au Maroc (CNONM) a dénoncé le fait de considérer les honoraires des notaires comme une marchandise soumise à la loi de l'offre et de la demande. Cette réaction fait suite à la publication, au Bulletin officiel, d'un rapport du Conseil de la concurrence sur le plafonnement des honoraires des notaires. Le CNONM a demandé au gouvernement à adopter la formulation concertée avec le ministère de la Justice et les autres départements, selon laquelle "le notaire a droit à des honoraires en fonction de la tarification en annexe". Par ailleurs, le CNONM a appelé à une grève générale les 27 et 28 février 2020, exprimant son rejet de l'adoption du décret fixant les honoraires des adouls comme critère pour fixer ceux des notaires.

Al Alam :

• Bachelor, une réforme appuyée. Dans un communiqué, l'alliance des professeurs de l'enseignement supérieur du Parti de l'Istiqlal a apporté son plein soutien au Bachelor, chantier stratégique de la réforme pédagogique universitaire, dont la dynamique a été enclenchée depuis la rencontre pédagogique nationale organisée à Marrakech, en octobre 2018. L'alliance a également jugé impératif l'adoption d'un nouveau modèle pour l'enseignement supérieur, en phase avec le développement socio-économique et prenant en considération les évolutions de l'Enseignement supérieur à l'échelle mondiale. Les professeurs istiqlaliens ont également insisté sur l'adoption d'un système pédagogique moderne répondant aux exigences du développement national et ouvert aux expériences internationales.

• Une mission économique italienne attendue au Maroc. Dix-huit municipalités italiennes de la région du Canavais (nord) organisent, en avril prochain, une mission économique au Maroc, destinée à renforcer les relations de coopération dans les domaines commercial et économique. Un communiqué au nom des 18 maires des communes italiennes de Canavais précise que cette mission qui comprendra des représentants du Canavais, relevant de la région du Piemonte, vise également à consolider la coopération avec le Maroc en matière de gestion territoriale. L'organisation de cette mission fait suite à une récente réunion institutionnelle dans la ville de Rivarolo Canavese, qui a abouti à la signature d'une Déclaration conjointe entre les 18 communes de la région de Canavais et l'ambassade du Maroc en Italie.
 

Revue de presse
Partage RéSEAUX SOCIAUX