×

Inscrivez-vous à notre newsletter


Revue de presse économique du 24 avril 2019

Mercredi 24 Avril 2019 - PAR

 

Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce mercredi: 

L'Economiste :

• Une campagne céréalière moyenne se confirme. Le ministre de l’Agriculture, Aziz Akhannouch, vient de le préciser devant la Chambre des représentants. "Hors céréaliculture toutes les autres composantes de la production agricole évoluent normalement", relève le ministre. Les indicateurs sont en effet au vert pour ce qui est de l'arboriculture fruitière, les rosacées et le maraichage de primeurs. L'élevage est aussi sécurisé, compte tenu du couvert végétal qui n'a pas pâti du retard des pluies en raison des rosées matinales qui ont sévi durant les mois de janvier à fin mars. Avec le retour des précipitations dans de nombreuses régions, l'espoir n'est pas perdu. Il est même fort probable que la situation s'améliore avec les pluies de ce mois d'avril qui sont déterminantes pour les céréales. 

• C’est une performance exceptionnelle que celle enregistrée par Marrakech sur les trois dernières années. Elle est même devenue un cas d'école, non seulement pour le Maroc, mais aussi pour l’Afrique. La ville est passée de 1,8 million de touristes en 2015 à 2.6 millions en 2018 en termes d'arrivées. Les nuitées ont connu également une embellie et ont atteint la barre des 8,6 millions avec une hausse de 30% en 3 ans et enfin les objectifs sur les taux moyens d'occupation ont été atteints.

Aujourd’hui le Maroc :

• Un Guichet unique mobile dédié aux Marocains résidant à l’étranger (MRE). Il prendra ses quartiers du 2 au 5 mai en Espagne. Le ministère charge des MRE et des affaires de la migration qui en fait l’annonce, précise que cette structure, destinée à servir nos compatriotes, sera ouverte dans les différentes circonscriptions consulaires de ce Royaume. Il s'agit notamment de celle de Malaga, Almeria, Barcelone, Bilbao, Gérone, Las Palmas, Madrid, Majorque Séville, Tarragone et Valence. Cette ouverture fait partie d'un programme qui sera mis en œuvre en Espagne en premier lieu avant de le généraliser dans l’avenir pour englober d’autres pays.

• Après la Tunisie, l’Egypte et la Jordanie, c'est au tour du Maroc de bénéficier du programme Souk Attanmia lancé officiellement lundi en grande pompe au profit des jeunes et femmes de la région de Guelmim-Oued Noun, et qui est un mécanisme combinant l'accès au financement et un accompagnement ciblé. Souk Attanmia est un projet phare de la Banque africaine de développement en Afrique du Nord (BAD financé par le ministère des affaires étrangères du Danemark depuis 2012 à travers son Programme de partenariat dano-arabe (DAPP) et qui est une initiative de coopération et de dialogue entre le Danemark et les pays cités contre une enveloppe financière de 150 millions d'euros sur 5 ans. Il a pour objectif de donner un nouvel élan aux jeunes, femmes, associations, coopératives et micro- entrepreneurs pour innover, entreprendre et concrétiser leurs idées.

Le Matin :

• La CGEM prépare sa contribution au futur "Small Business Act" (SBA). Sa commission TPE-PME, GE-PME et auto-entrepreneuriat tenait, le 23 avril au siège de l’organisation patronale à Casablanca, un workshop dédié à la co-construction du projet SBA. L’atelier avait pour objectif de mûrir les propositions et les recommandations de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) pour la conception et la mise en œuvre de ce dispositif très attendu par la communauté des affaires. À l’ouverture du workshop, Salaheddine Mezouar, président de la CGEM, a exhorté les membres de la commission à mener la réflexion pour mettre au point un projet pertinent qui prenne en compte les contraintes et les attentes des TPME.

• La dynamique du secteur monétique marocain n’est plus à démontrer. Les retraits par cartes sont certes importants, mais les paiements en ligne et sur les terminaux de paiements électroniques (TPE) restent sur une courbe ascendante. Ces paiements sont, en effet, boostés par l’offensive digitale des banques marocaines, des éditeurs de cartes bancaires, mais aussi par une forte digitalisation des services dans le pays. Ainsi, l’activité globale a enregistré à fin mars 2019, quelque 97,2 millions de transactions pour un encours total de 80,7 milliards de dirhams, selon le bilan trimestriel du Centre monétique interbancaire (CMI). Cet encours comprend les retraits, les paiements auprès des commerçants et marchands, les paiements sur les GAB et les opérations de Cash Advance, par cartes bancaires, marocaines et étrangères. 

Al Bayane :

• Une conférence nationale marquant le lancement du processus de renouveau de la politique de l'aménagement du territoire et l’élaboration d’une conception unifiée aux niveaux central et territorial, s’est tenue lundi à Rabat. Organisée par le ministère de l’Aménagement du territoire, de l’urbanisme, de l’habitat et de la politique de la ville, la conférence s’inscrit dans le cadre du programme gouvernemental 2017-2021, dans lequel l’exécutif s’est engagé à élaborer "une politique publique de l’aménagement du territoire en tant que référence de base renfermant une série d’orientations stratégiques fixant les choix de l’État en la matière sur les plans national et régional, compte tenu des spécificités de chaque territoire. Le gouvernement veille à renforcer l'harmonisation territoriale des interventions publiques au niveau du territoire national, à garantir la cohérence et l'articulation entre les choix de l'aménagement et l'encadrement des documents relatifs à la planification territoriale stratégique. 

• Le ministre de la Santé, Anas Doukkali, a indiqué que son département se penche sur l’élaboration d’un projet pour la réforme du RAMED conformément aux Hautes Directives Royales. Bien que chaque projet structurant se heurte à des difficultés, le bilan des sept années de mise en œuvre du RAMED demeure globalement positif sur le plan aussi bien quantitatif que qualitatif. Plus de 38 millions de prestations médicales ont été fournies, y compris des soins de santé très coûteux au sein des Centres hospitaliers universitaires, comme la greffe d'organes, a-t-il précisé à la Chambre des représentants.
Libération :

• Le ministère de l'Intérieur - Direction Générale des Collectivités Locales - a annoncé la poursuite du chantier de généralisation du guichet numérique unique des autorisations d’urbanisme et économiques, comme levier de simplification et de digitalisation des procédures, de renforcement de la traçabilité et d'amélioration des prestations rendues au citoyen et à l’entreprise. L’objectif premier de la plateforme est de permettre une gestion numérique fluide, traçable et transparente des autorisations administratives à caractère urbanistique et économique, explique la Direction Générale des collectivités locales.

• Les membres de la Chambre des représentants ont exprimé leur solidarité inconditionnelle avec les détenus palestiniens qui croupissent dans les prisons israéliennes d’occupation, à l’occasion de la journée du prisonnier palestinien célébrée le 17 avril de chaque année. Lors d'une séance plénière consacrée aux questions orales, la première Chambre a saisi l'occasion de la célébration de cette Journée pour réitérer les positions du Maroc soutenant la cause palestinienne, en particulier dans cette conjoncture difficile.

L’Opinion :

• Les 24 et 25 avril se tiennent à Marrakech, les assises nationales du commerce. Des assises qui, à travers les discussions et débats entre le département de tutelle et les professionnels, se solderont par un certain nombre de recommandations à inclure dans la feuille de route du développement du secteur en cours d'élaboration. Aux dernières nouvelles, ces assises, et contrairement à celles de la fiscalité prévues les 3 et 4 mai 2019, ne seront assorties d'aucune note de cadrage. Au fait, il s'agirait beaucoup plus de séances d'écoute et de concertation autour de la stratégie de développent du secteur. L'enjeu consiste à retenir des propositions qui, à leur tour, seront soumises aux prochaines assises nationales sur la fiscalité.

• Deux nano-satellites construits par les étudiants marocains de l’ENSIAS (Ecole Nationale Supérieure d'informatique et d'Analyse des Systèmes) de l'Université Mohammed V de Rabat ainsi que des étudiants de l'UPE (Université Privée de Fès) seront lancés en mai. La fondation KSF Space souligne que ces nano-satellites auront pour mission d'étudier la couche d'ozone et les changements climatiques. Les deux nano-satellites marocains, en compagnie d'autres satellites appartenant à des universités de l'Inde, du Mexique et du Royaume Uni, seront lancés par une capsule spatiale.
Akhbar Al Yaoum :

• Le gouvernement s'active pour les sociétés privées. Après avoir exigé du parlement de tenir une session extraordinaire pour adopter deux projets de loi offrant de nouveaux avantages aux sociétés du secteur privé, le gouvernement s’est hâté d’inscrire à l’ordre du jour de sa réunion de jeudi deux projets de décret portant application des deux nouvelles lois adoptées par le parlement. Ces textes, qui seraient examinés lors du prochain conseil de gouvernement, concernent les lois se rapportant aux sûretés mobilières et aux marchés publics. Ces nouvelles démarches législatives et réglementaires permettraient aux sociétés du secteur privé de bénéficier de nouvelles sources de financement.

Al Massae :

• Après le bras de fer entre la CNOPS et les médecins du secteur privé, le ministre de la Santé Anas Doukkali a appelé les parties concernées à une réunion urgente pour amener les médecins du privé à annuler leur décision de refuser les prises en charge de la CNOPS lors des accouchements par césarienne. Selon des sources du journal, le ministre de la santé, le directeur de la CNOPS et des représentants des médecins vont se réunir pour chercher une solution appropriée au problème posé par les césariennes. La réunion permettrait également de déterminer les cas où seraient utiliser les césariennes afin d’en réduire le nombre, qui s’est considérablement accru ces dernières années.

Al Ahdath Al Maghribia :

• Des escarmouches entre les composantes de la majorité au Parlement. La première séance de contrôle de l’action du gouvernement, lors de la session d’avril, a été marquée par des échanges vifs entre Aziz Akhannouch, ministre en charge de l’agriculture, et Abdallah Bouano, président PJD de la commission des finances et du conseil de la ville de Meknès. Dans une question orale adressée au ministre, Bouano s’est demandé pourquoi le ministère de l’agriculture continuait à organiser le Salon international de l’agriculture dans des tentes bien que le conseil communal de Meknès ait offert un lot de terrain pour construire un bâtiment destiné à ce Salon. Il a également demandé pourquoi le ministère a annulé un colloque national sur l’agriculture, qui aurait été l’occasion de révéler les résultats de la production agricole, précisant que le report de cette rencontre était l’une des raisons derrière le recul du nombre de visiteurs de ce Salon.

Al Alam :

• La hausse des droits d’inscription pour les étudiants non européens entrera en vigueur à la rentrée prochaine, selon deux textes publiés dimanche dans le Journal officiel français. Plus nombreux parmi les étrangers dans les universités françaises, les étudiants marocains seraient les plus concernés. Selon Campus France, Il y a plus de 38000 étudiants marocains en France, dont 43% sont de sexe féminin. A la rentrée prochaine, les étudiants extracommunautaires devront s’acquitter de 2.770 euros en licence et 3.770 euros en master et doctorat, des sommes plus de dix fois supérieures à celles que doivent payer les étudiants européens.

Al Ittihad Al Ichtiraki :

• Le ministère public, en partenariat avec le bureau multi-pays de l'ONU Femmes, a lancé sa campagne de communication et de sensibilisation sur la lutte contre la traite des êtres humains. A travers cette campagne lancée à l'occasion de la clôture du programme "accès aux services judiciaires pour femmes et enfants victimes de la traite humaine au Maroc", le ministère public et l'organe onusien ambitionnent de sensibiliser le public ainsi que les partenaires nationaux et les organisations de la société civile sur ce fléau, ses manifestations, ainsi que sur le cadre législatif marocain, qui, par le biais de la loi n° 27.14, lutte contre ce phénomène et protège les droits des victimes.

Bayane Al Yaoum :

• Le ministère de l'Éducation nationale, de la formation professionnelle, de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique, département de l'Education nationale, a annoncé avoir suspendu la réunion prévue mardi 23 avril avec les syndicats de l'enseignement les plus représentatifs et les représentants des enseignants-cadres des Académies régionales de l’Education et de la Formation (AREF). Cette décision intervient suite au non-respect par certains cadres des AREF des engagements pris par leurs représentants lors de la réunion du samedi 13 avril, à laquelle ont pris part le président de la commission régionale du Conseil national des droits de l'Homme (CNDH) et le président de l'Observatoire national du système de l'Education et de la formation (ONEF) ainsi que les secrétaires généraux des syndicats de l'enseignement les plus représentatifs et les représentants des enseignants-cadres des Académies, visant à reprendre les cours le lundi 15 avril.

Rissalat Al Oumma :

• Dans le cadre des efforts visant à faire face aux menaces terroristes liées à l'organisation dite "Etat islamique", le Bureau central d'investigations judiciaires (BCIJ) relevant de la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST) a démantelé mardi une cellule terroriste composée de six individus, âgés entre 22 et 28 ans, s'activant à Salé. Les perquisitions ont permis la saisie d’appareils électroniques, d’armes blanches sous forme de coutelas ainsi que de manuscrits à caractère extrémiste, indique un communiqué du BCIJ.

 

Revue de presse
Partage RéSEAUX SOCIAUX