×

Inscrivez-vous à notre newsletter


Revue de presse économique du 17 juin 2019

Lundi 17 Juin 2019 - PAR

Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce lundi :

Le Matin :

• Avec 1,62 milliards de dollars, l'Afrique du Nord pèse 16% dans le total des financements approuvés par le Groupe de la Banque africaine de développement en 2018. Dans cette région, le Maroc reste le premier client de la Banque avec 878 millions de dollars, soit 58% des approbations. À l’échelle africaine, le Maroc est le deuxième bénéficiaire des engagements de la BAD en 2018, après le Sénégal, vu que ce dernier est appuyé également par le Fonds africain de développement.

• Un pas important vers l’émergence des entreprises des services énergétiques (ESCO). Ces structures prévues par la loi n 47-09 relative à l’efficacité énergétique, promulguée le 29 septembre 2011, font l’objet d’un projet de décret qui en fixe le cahier des charges. Élaboré par le ministère de l’Énergie, des mines et du développement durable, ce projet de décret, mis en ligne vendredi sur le site du Secrétariat général du gouvernement, fixe les dispositions régissant la création, l’organisation et le fonctionnement des ESCO. Celles-ci sont les seules habilitées à effectuer les études visant à réaliser des économies dans la consommation de l’énergie et la mise à niveau des équipements et installations énergétiques étudiées sur la base des résultats de ces études, précisent les auteurs de ce projet de décret.

L’Economiste :

• L’opération de recensement des jeunes s'est soldée par l'inscription de 133.820 jeunes sur la plateforme électronique du service militaire. Dans ce premier contingent, 13.614 jeunes filles (10,17%) ont rempli spontanément le formulaire d'inscription alors que le service militaire n'est pas obligatoire pour les filles. Pour les enfants des MRE, résidant à l'étranger, le service est facultatif. A partir de ce lundi 17 juin, les commissions régionales arrêteront la liste des appelés retenus pour le service militaire. Le premier contingent sera composé de 15.000 conscrits. La rentrée pour ces jeunes démarrera en septembre prochain et durera 12 mois. Le service militaire est obligatoire pour tout jeune âgé entre 19 et 25 ans. Aux yeux de la loi, la poursuite des études est un motif d'exemption du service militaire. 

• Le Trésor a prévu une sortie sur le marché international au cours de l'année, mais il ne se presse pas réellement pour réaliser cette opération au regard de la situation (apparente) des finances publiques et des conditions de financement sur le marché domestique. Le Trésor a emprunté à 2,97% sur 10 ans en début du mois. En dehors de l'Etat, les entreprises et les ménages peuvent emprunter à des conditions intéressantes, ce qui pourrait stimuler l'investissement et la croissance. Mais ce cercle vertueux est brisé par certains facteurs conjoncturels. L'effet positif de la détente des taux est neutralisé par le manque de confiance des chefs d'entreprise dans le futur, la fameuse visibilité dont parlent tant les opérateurs économiques. L’encours des crédits à l'investissement stagne et les levées de fonds sur les marchés des capitaux sont rares.
Aujourd’hui le Maroc : • C'est tout simplement une catastrophe qui se profile à l'horizon. En effet, la masse salariale des fonctionnaires est en train d'exploser tous les records non seulement dans le pays mais à l'échelle internationale. Les chiffres communiqués par le ministre de l'Economie et des finances sont édifiants. L'argentier du Royaume a fait savoir que l'augmentation des allocations familiales concerne plus de 380.000 fonctionnaires expliquant, la masse salariale atteindra, à l'horizon 2021, 38% du budget général de l'Etat, soit 141 milliards de dirhams en prenant en compte les dépenses relatives à la retraite et à la prévoyance sociale. Pour un Etat dont les recettes fiscales dépassent à peine les 200 milliards de dirhams par an, il devient évident que les équilibres financiers sont sérieusement menacés et que la seule solution sera l'endettement qui atteint déjà des proportions inquiétantes.

• Le textile marocain regagne des parts du marché européen. Les exportations marocaines d'habillement ont grimpé de près de 5% au premier semestre 2019. Cette performance confirme la belle trajectoire du secteur et ce en dépit du ralentissement de la demande européenne. « Ces excellents résultats ne sont pas le fruit du hasard. Ils témoignent de la vitalité de nos entreprises qui multiplient les efforts de compétitivité de toutes sortes au service d'une politique industrielle et commerciale tournée vers l'avenir, organisée par l'Association marocaine des industries du textile et de l'habillement avec le concours des pouvoirs publics », souligne Mohamed Tazi, directeur général de l’Amith. L’Opinion :

• L’Autorité Marocaine du Marché des Capitaux (AMMC) a visé, le 14 juin, le prospectus relatif à l’offre de vente au Public d'actions de Maroc Telecom. ll en ressort que le prix de vente au public (personnes physiques et morales) d'actions Maroc Telecom est de 125,3 DH. Destinée aux investisseurs qualifiés de droit marocain (3 caisses de retraite, 5 compagnies d'assurances et 3 banques), cette cession au public porte sur un nombre de 17.581.900 actions détenues par l'Etat et représentant 2% du capital et des droits de vote de Maroc Telecom. Soit une recette prévue de 2,18 milliards de dirhams. Cette opération (Offre publique de vente) démarrera le 26 juin prochain. Par ailleurs, le prix de vente en blocs aux institutionnels des actions représentant 6% du capital se fixe, de son côté, à 127 DH. • Une importante délégation d'élus des provinces du Sud, conduite par Yanja El Khattat, président du Conseil de la Région Dakhla-Oued Eddahaba, a eu une série d'entretiens avec des responsables irlandais (13-15 juin). Ces entretiens ont été marqués "par des échanges très prometteurs lors desquels les membres de la délégation ont mis en évidence la pertinence du plan d’autonomie proposé par le Maroc pour le règlement du différend régional autour du Sahara marocain", indique l'ambassade du Maroc à Dublin dans un communiqué. Les membres de la délégation marocaine ont réitéré que la proposition du Maroc constitue "la solution politique réaliste et réalisable qui s’inscrit parfaitement dans le cadre défini par les Nations Unies", rappelant que la résolution 2440 du Conseil de Sécurité invite toutes les parties à avancer vers "une solution politique réaliste, pragmatique, durable et reposant sur le compromis".

 

Al Bayane :

• Le président du Parlement Panafricain, Roger Nkodo Dang, a salué, vendredi à Panama city, le sens élevé du panafricanisme de SM le Roi Mohammed VI et la Très Haute Impulsion du Souverain pour l'ouverture d'une nouvelle page dans l'histoire des relations Afro-latino américaines et Caraïbes. Devant l'Assemblée générale annuelle du parlement d'Amérique latine et des Caraïbes (Parlatino), à laquelle a pris part également le président de la Chambre des conseillers, Hakim Benchamach, le président du parlement panafricain a salué l'approche migratoire humaniste et solidaire du Souverain. Nkodo Dang a ainsi rendu hommage au "sens élevé du panafricanisme de SM le Roi qui a régularisé la situation de milliers d'africains en route vers l'Europe sans espoir de retour, et où ces candidats à la migration subissent des traitements inhumains et dégradants dans les pays d'accueil tout au long de leur parcours".

• Le Maroc est prêt à ouvrir une nouvelle page de coopération sud-sud avec le Salvador, conformément aux orientations de SM le Roi Mohammed VI, a affirmé, samedi à San Salvador, le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Nasser Bourita. Le retrait de la reconnaissance de la pseudo "RASD" par le gouvernement du Salvador vient corriger une anomalie et une décision contraire au droit international et à la tendance internationale par rapport à cette question, a souligné le ministre lors d'un point de presse conjoint avec le président salvadorien, Nayib Bukele, relevant que cette décision ouvre la voie à un renforcement du partenariat entre les deux pays dans tous les domaines. Libération :

• Les entreprises du secteur privé marocain sont un acteur en faveur de l'intégration régionale de l'Afrique, a indiqué Hanan Morsy, la directrice en charge du département des politiques macroéconomiques, des prévisions et de la recherche de la Banque africaine de développement (BAD). "Le Maroc est en tête des pays en termes d'expansion d'entreprises du secteur privé en Afrique. Les entreprises marocaines sont implantées sur l'ensemble du continent", a expliqué Mme Morsy, en marge des Assemblées annuelles de la BAD tenues récemment à la capitale de la Guinée Équatoriale, relevant que ces entités jouent un rôle important en faveur de l'intégration régionale du continent. 

• La Caisse marocaine des retraites (CMR) est un acteur majeur dans la gestion des régimes de retraite du secteur public et un investisseur institutionnel de premier plan, a affirmé le ministre de l'Économie et des Finances, Mohamed Benchaaboun. Intervenant lors de la session du Conseil d'administration de la CMR, le ministre, président du Conseil, a indiqué que trois ans après l'adoption de la réforme paramétrique du régime des pensions civiles, le gouvernement a engagé la deuxième phase de la réforme globale des régimes de retraite nationaux par la réalisation d'une étude permettant une formulation des propositions concrètes à débattre avec les partenaires socioéconomiques, conformément aux conclusions du dialogue social. Il a également mis en valeur l’importance du contrat-programme conclu entre l'État et la CMR pour la période 2018-2020, appelant à accélérer l'achèvement des autres projets du contrat, eu égard à leur incidence positive sur le développement futur de la Caisse. 

Akhbar Al Yaoum :

• Bouazza Kherrati, président de la Fédération marocaine des droits du consommateur (FMDC), a mis en garde le citoyen marocain contre l'utilisation excessive des pesticides et des dangers y afférents. « Il est temps d’alerter le citoyen marocain contre l’utilisation arbitraire de ces produits toxiques cancérogènes qui seraient derrière plus de 120 nouveaux cas de cancers, des troubles du système immunitaire et des malformations congénitales », a-t-il relevé. Malgré les réunions marathoniennes entre l'Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA) et les directeurs des marchés de gros pour interdire la vente de la menthe sans autorisation dans les marchés de gros, les supermarchés et les champs, des dysfonctionnements entravent toujours le processus de contrôle des denrées alimentaires, agricoles ou domestiques, selon lui. • Les recettes fiscales brutes se sont chiffrées à 89,7 milliards de dirhams (MMDH) à fin mai 2019 contre 84,3MMDH un an auparavant, en augmentation de 6,4%. C’est ce que fait savoir la Trésorerie générale du Royaume (TGR) dans son dernier bulletin des statistiques publiques. Cette progression résulte de la hausse de 9,3% des impôts directs et de 6,5% des impôts indirects au moment où les recettes non fiscales, les droits de douane ainsi que les droits d’enregistrement et de timbre ont affiché des baisses respectives de 75,5, 6,8 et 0,8%. Pour ce qui est des recettes brutes de l’IS, elles ont été de 16,9 MMDH à fin mai 2019 contre 17,2MMDH un an auparavant, en diminution de 1,7%.

Al Ahdat Al Maghribia : 

• Le Maroc est en passe de battre son record national pour atteindre un taux de donneurs de sang de 1% par rapport à la population générale, soit le taux minimum recommandé par l’OMS pour répondre aux besoins nécessaires en produits sanguins, a affirmé le directeur du Centre national de transfusion sanguine et d’hématologie (CNTSH), Mohamed Benajiba. Notant que le centre ne se contentera pas de l’objectif de 1pc de l’OMS, mais il s’agit d’augmenter annuellement les dons de sang de 4% pour atteindre à l’horizon 2025 un pourcentage de dons situé à 2% de la population, et surtout atteindre 100% de dons volontaires à partir de 2019, tout en focalisant les efforts sur la fidélisation des donneurs de sang pour atteindre, en 2025, un taux de 80% de donneurs réguliers.

• Le Conseil supérieur de la communication audiovisuelle (CSCA) a décidé d’adresser un avertissement à la Société nationale de radiodiffusion et de télévision (SNRT), à la "SOREAD 2M" et à Médi 1 TV, suite à un message publicitaire de la société "Orange Telecom" diffusé du 09 au 13 mai 2019. Le CSCA a considéré que ce passage du spot est susceptible, même en l’absence d’incitation directe, de constituer une normalisation et une banalisation, par l’humour, du fait de rejoindre des entités et des régions connues pour être des centres abritant des organisations classées comme terroristes.

Al Alam : 

• Le Salvador a décidé de retirer sa reconnaissance de la pseudo "RASD", et de soutenir l'intégrité territoriale du Maroc, a annoncé samedi le gouvernement salvadorien. "Le Gouvernement du Salvador informe le Gouvernement du Royaume du Maroc de sa décision de retirer sa reconnaissance de la "RASD" et de rompre tout contact avec cette entité", a annoncé le gouvernement salvadorien dans un communiqué conjoint signé par le ministre des Affaires étrangères et de la coopération internationale, Nasser Bourita et son homologue salvadorienne Alexandra Hill Tinoco, en présence du président du Salvador, Nayib Bukele. De même, "le Gouvernement du Salvador soutient l'intégrité territoriale du Royaume du Maroc et sa souveraineté nationale, ainsi que son initiative d’autonomie comme seule solution à ce différend régional", conclut le communiqué conjoint.

• Nizar Baraka, secrétaire général du PI, a indiqué que la vision globale du parti du nouveau modèle de développement au Maroc requiert "la transformation d'une société de rente à une société d'égalité des chances". A l'occasion du 45è anniversaire de la disparition de Feu Allal El Fassi à Tanger, Baraka a précisé que cette vision prônée est fondée sur "la répartition équitable des richesses" à travers l'encouragement de l'esprit d'entreprenariat, le soutien aux PME et la lutte contre le monopole et les disparités sociales et territoriales, a-t-il relevé. Cette vision repose également sur la généralisation de l'accès aux sources de revenus pour permettre à tous d'accéder aux moyens de production et d'ascension sociale, souligne-t-il, appelant à placer la problématique de l’emploi au cœur des politiques publiques. 

Bayane Al Yaoum :

• Les résultats de l'examen national normalisé du baccalauréat seront affichés le 26 juin courant, a annoncé vendredi le ministère de l'Education nationale, de la Formation professionnelle, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique. L'opération de correction des épreuves des candidats a débuté dans tous les centres des académies régionales de l'éducation et de la formation avec la participation de près de 44.200 professeurs, a indiqué le ministère, qui fait état d'un taux de présence de 96,8 pc chez les candidats scolarisés et de 56,7 pc des candidats libres.

• Abdelahad Fassi Fehri, ministre de l'Aménagement du territoire, de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Politique de la Ville, a invité, vendredi à Paris, les MRE à saisir les opportunités d’investissement dans l’immobilier au Maroc, "un secteur prometteur". "Le secteur est prometteur. Il y a de réelles opportunités", a affirmé le ministre qui intervenait à l'occasion de l'inauguration du Salon de l'immobilier marocain SMAP-Immo. "Le secteur a connu un bond en 2011-2012, suivie d’une légère récession. Mais actuellement et depuis cinq mois, il est sur une tendance haussière. Et c’est le moment de venir investir dans l’immobilier au Maroc".

Al Massae :

• L'indice de la production des industries manufacturières hors raffinage de pétrole a enregistré une hausse de 2,7% au cours du premier trimestre 2019 par rapport à la même période de 2018, selon le HCP. Cette évolution résulte notamment de la hausse des indices de la production des "industries chimiques" de 7,2%, des "autres produits minéraux non métalliques" (5,3%) avec une augmentation de l'indice de la production du ciment (7,9%), des "articles d’habillement et fourrures" (10,4%), des "produits métalliques" (12,1%), des "produits de l’industrie textile" (3,7%), de "l’industrie automobile" (1,5%) et des "équipements de radio, télévision et communication" (5,2%), précise le HCP dans une note d'information relative à l'indice de la production industrielle, énergétique et minière (IPIEM) au titre du T1-2019.

• Casablanca Finance City (CFC) et Toronto Finance International (TFI) ont signé, jeudi à Toronto, un accord de partenariat visant à favoriser une coopération accrue entre les deux places financières. Signé par la directrice Stratégie, marketing et communication de CFC, Manal Bernoussi et la présidente de Toronto Finance International, Jennifer Reynolds, le protocole d’accord établit les bases d’une coopération durable en vue de promouvoir des opportunités d’investissement entre le Canada, le Maroc et l’Afrique. L’accord permettra de fournir une plate-forme destinée à promouvoir les meilleures pratiques dans les domaines de la finance verte et des infrastructures vertes.

Al Ittihad Al Ichtiraki :

• Driss Lachgar, premier secrétaire de l’USFP, a reçu Fofana To Honk, membre du bureau politique et de la commission centrale du parti communiste au Viêt Nam. Les deux parties ont, entre autres, examiné les moyens de renforcer les relations bilatérales entre les deux partis. Cette rencontre a été également l’occasion de traiter des questions d’ordre économique et politique.

• Le service préfectoral de la police judiciaire de Marrakech, en coordination avec les services de la Gendarmerie royale relevant de la commune rurale "Sidi Abdellah Ghiat" dans la province d'El Haouz", a arrêté vendredi cinq touristes britanniques d'origine pakistanaise, pour leur implication présumée dans la falsification et le trafic de devise, coups et blessure et proxénétisme. Les suspects s'étaient rendus dans une agence de change au niveau du quartier Gueliz pour échanger une somme de 1.170 livres sterling, dont 32 billets de coupures de 20 livres se sont avérés faux, explique la DGSN dans un communiqué, faisant savoir que l'employé de l'agence, qui a découvert l'opération de falsification, a été victime d'une agression par l'un des mis en cause dans l'objectif de faciliter la fuite des prévenus.

Rissalat Al Oumma :

• Les Directions des marchés de gros de fruits et légumes au Maroc ont renforcé les mesures relatives à l’introduction de la menthe aux marchés. Les vendeurs en gros doivent désormais produire des analyses de laboratoire attestant que ce produit ne contient pas de résidus de pesticides. La Direction du marché de Casablanca, qui connait la commercialisation de 50% de la production nationale de la menthe, a interdit vendredi dernier l’accès au marché de deux camions chargés de tonnes de menthe car ne disposant pas d’analyses de laboratoire. Elle a également empêché un autre camion dont la menthe qu’il transportait contenait, selon le certificat présenté, un taux élevé de pesticide.

• Le Réseau Marocain pour le Droit à la Santé a affirmé que certaines sociétés d’industrie pharmaceutique ont réussi à faire pression sur le gouvernement pour augmenter les prix de quelques médicaments. En réduisant la production ou arrêtant l’importation de certains médicaments, des laboratoires et des sociétés pharmaceutiques ont créé délibérément une crise de stock de certains types de médicaments fondamentaux, ce qui a conduit le gouvernement à acquiescer à une hausse des prix, souligne l’association.

 

Revue de presse
Partage RéSEAUX SOCIAUX