×

Inscrivez-vous à notre newsletter


Revue de presse économique du 16 juillet 2019

Mardi 16 Juillet 2019 - PAR bourse news

Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce mardi : 

Le Matin :

• Le Chef du gouvernement, Saâd dine El Otmani, a présidé lundi à Rabat la 77e session de la Commission des investissements, dans sa deuxième édition au titre de l'année 2019. Neuf projets de conventions et d’avenants aux conventions d’investissement ont été examinés lors de cette réunion, pour un montant global de plus de 5 milliards de dirhams et devant générer 717 postes d’emplois directs. Les projets d’investissement concernent les secteurs de l’industrie, du tourisme, des infrastructures, du transport et de l’énergie. La Commission des investissements, qui s’était réunie le 27 mars 2019, avait approuvé 28 projets de conventions et d’avenants aux conventions d’investissement pour un montant global de 23 milliards de dirhams devant permettre la création de 4.346 emplois directs. 

• Une journée d’information sur le projet d’aménagement hydroagricole pour la sauvegarde de la plaine de Saiss a été organisée samedi à Fès. Ce projet, qui profitera à quelque 7.334 exploitations agricoles, soit 350.000 personnes, tend à sauvegarder 30.000 ha des terres irriguées dans la plaine du Saiss, préserver les investissements privés estimés à plus de 4 milliards de dirhams, améliorer les revenus de plus de 7.000 agriculteurs à hauteur de +60 pc et créer environ 3.000 emplois. Cette rencontre a été l’occasion de mettre en valeur l’importance du projet et la manière de sa réalisation, et de sensibiliser les agriculteurs à la nécessité d’adhérer à l’opération de souscription, outre les atouts agricoles de la plaine, dont ses terres fertiles à fort potentiel de production estimé à plus de 300.000 ha, dont plus de 60.000 ha irrigués.

Aujourd’hui Le Maroc :

• Le transport aérien de passagers a enregistré un record historique au Maroc en juin dernier, avec une progression de 26,54% par rapport à la même période de 2018, d'après les chiffres publiés, lundi, par l'Office national des aéroports (ONDA). Au total, 2.093.323 voyageurs ont transité par les aéroports du Royaume au cours de ce mois, soit 439.000 passagers supplémentaires, précise la même source, dans le rapport mensuel du trafic aérien. Un nouveau record de croissance a également été battu par l'aéroport Mohammed V de Casablanca avec un taux d'évolution de 22,82% en accueillant 877.655 passagers et un pic observé le samedi 30 juin (38.776). Cette évolution concerne la majorité des aéroports qui ont enregistré des taux d'évolution importants à deux chiffres.

• La confiance des ménages s'effrite. Les résultats de l'enquête permanente de conjoncture menée par le Haut-Commissariat au Plan (HCP) confirment cette dégradation. L'indice de confiance a dans ce sens continué sa tendance baissière entamée depuis plus d'un an. Il s'est établi au deuxième trimestre de l'année à 74,9 points contre 79,1 points enregistrée un trimestre auparavant et de 87,3 points relevés à la même période de l'année passée. Ce recul est expliqué par la détérioration de l'ensemble des indicateurs qui le composent. Citons en premier la perception des ménages de l'évolution de niveau de vie. 46,2% des répondants déclarent une dégradation au moment où 20,8% attestent d'une amélioration au cours des 12 derniers mois. Le HCP a par ailleurs relevé des perceptions pessimistes quant à l'évolution du chômage. Il ressort que 83% contre 6,1% des ménages anticipent une hausse du chômage au cours des 12 prochains mois. 
L'Economiste :

• Décidément, le taux de réussite au baccalauréat va de record en record. Au fil des dix dernières années, il n'a cessé de grimper. Moins de 45% des candidats arrivaient à décrocher leur diplôme en 2008. Aujourd'hui, presque 8 sur dix y parviennent, et plus de la moitié avec mention. Le chiffre est, certes, encourageant, mais il est aussi surprenant, surtout dans une année scolaire perturbée par plusieurs semaines de grève des enseignants. Pour le ministère de l’Education nationale, il s'agit là « du résultat d'une mobilisation générale des élèves, parents et enseignants », qui se sont investis pour rattraper les retards pris. L'on assure, également, que le degré de difficulté des examens a été maintenu.

• L’Ecosystème ferroviaire va-t-il prendre son envol à l'instar de l'aéronautique et l'automobile? Rien n'est moins sûr. Plus de 2 ans après son lancement, peu de réalisations sont à mettre à son actif. Les instances du Groupement des industries ferroviaires marocain (Gifer), lancé début 2016, semblent paralysées depuis le départ du dernier président en date, Hassan Rebouhate (DG de la société chérifienne de matériel industriel et ferroviaire (SCIF)). Le contrat-programme liant le Gifer à l'Etat est en gestation depuis 2017 et rien ne filtre encore sur son devenir. Le ministère de l'Industrie (tutelle) semble avoir d'autres priorités sur son agenda (notamment l'automobile et l'aéronautique). Les actions de ce contrat-programme devaient aller dans le sens de la normalisation des investissements et de l'amélioration des compétences avec des engagements en matière de chiffre d'affaires à l'export et de création d'emplois. 

L’Opinion : 

• Les femmes leaders d’Afrique et d’ailleurs inspirantes" ont attribué au Maroc le trophée de leur premier forum, tenu à Libreville, en reconnaissance aux efforts déployés depuis des années par le Royaume pour l’autonomisation de la femme marocaine. Le trophée a été remis à la Marocaine Samira Yassni Jirari, représentante de l’Alliance internationale des femmes auprès de l’Union Africaine, par Sidonie Flore Ouwe, présidente de la plateforme associative gabonaise "Le Salon de la femme", organisatrice de l’événement. A cette occasion, Yassni Jirari a mis aussi en avant la dynamique de la société civile marocaine et la synergie entre les départements gouvernementaux, les élus et acteurs associatifs dans le Royaume pour l’autonomisation de la femme et la promotion de ses droits politiques, économiques et sociaux pour qu’elle puisse jouer le rôle qui lui échoit dans la société.

• Une nouvelle édition de l'événement "Grain & Milling expo" (GME) se tiendra du 09 au 11 octobre à l'AMDIE-Foire internationale de Casablanca, à l'initiative de la Fédération nationale de la minoterie (FMN). Organisé sous le thème "L’intégration comme levier de développement de la filière céréalière", cet événement bisannuel destiné aux professionnels des industries céréalières au Maroc et en Afrique, est considéré comme une vitrine d’expositions des nouveautés en matière de produits, d’équipement, d’installations et de services, a indiqué la FMN dans un communiqué. Véritable carrefour BtoB, cette manifestation constitue aussi l’occasion de s’enquérir des actualités et des avancées du secteur meunier et céréalier et des tables rondes et les conférences organisées en marge de l’événement.
Al Bayane :

• Le Conseil Supérieur de la Communication Audiovisuelle (CSCA) a décidé, lors de sa plénière du 11 juillet, de suspendre la diffusion de Radio Mars durant l'horaire habituel de l’émission "Les savants de Mars" et "Questions sportives vues par la diaspora", pour une durée de 15 jours et la suspension de ces deux émissions pendant la même période. Dans un communiqué, la Haute autorité de la communication audiovisuelle (HACA) indique que cette suspension est assortie de l’obligation de donner lecture sur les ondes de la radio d’un communiqué exposant les motifs de la sanction, notant que la décision du CSCA sera aussi publiée au Bulletin Officiel. "Cette décision intervient à la suite du constat fait par les équipes de la HACA dans le contenu de plusieurs éditions de ces deux émissions de manquements aux dispositions légales et réglementaires en vigueur régissant le secteur de la communication audiovisuelle", explique la même source.

• Les membres de la communauté marocaine établie en Wallonie ont bénéficié dimanche des prestations du Guichet unique mobile au service des Marocains du monde lors de sa troisième et dernière étape en Belgique, tenue à Liège. Cette opération a permis aux autorités administratives d'avoir un contact direct avec les Marocains résidant en Wallonie, d'être à l'écoute de leurs doléances et de les aider à résoudre les problèmes auxquels ils sont confrontés. Dans une déclaration, le consul général du Maroc à Liège, Hassan Touri, a relevé que cette initiative, qui coïncide avec la saison estivale marquée par le retour des membres de la communauté marocaine à leur pays d'origine pour passer les vacances parmi leurs proches, a été une occasion pour les bénéficiaires de traiter leurs dossiers directement avec les représentants des administrations et des établissements concernés par les affaires des Marocains du monde. Libération :

• Le Maroc a réalisé des performances économiques remarquables au cours des dernières années, en amorçant un redressement productif qui a permis à la croissance de rester forte en dépit des chocs exogènes, indique la Fondation Jean-Jaurès dans une analyse sur l'évolution de l'économie marocaine. "Le Maroc fait désormais figure de laboratoire d’une trajectoire de développement intéressante à analyser, notamment de par son positionnement euro-africain et son ambition de devenir le « hub » économique en direction du continent", écrit la Fondation qui axe son analyse sur la transformation structurelle de l'économie marocaine au cours des vingt dernières années. Dans un environnement global caractérisé par un ralentissement de la croissance de l’économie mondiale ayant notamment impacté celle de l’Union européenne depuis la crise financière de 2008, l’économie marocaine a progressé en termes réels à un taux annuel moyen de 4,2% entre 2000 et 2019, souligne la même source. 

• Développée en partenariat entre le ministère de l'Éducation nationale, de la Formation professionnelle, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique et le Groupement français d'intérêt public "GIP FUN-MOOC", la plateforme nationale « Maroc Université Numérique », première du genre au Maroc et en Afrique, vise à développer des cours ligne privés à petits groupes (SPOC) et à promouvoir la coopération entre les universités marocaine et française en matière de formation à distance commune, adaptée aux spécificités de l’enseignement supérieur au Maroc. La plateforme propose des contenus dans des domaines variés: l'éducation et la formation, les sciences de l'ingénieur, l'informatique, l'économie et finances, les sciences fondamentales, la santé, les langues, le management et l'entrepreneuriat, l'environnement, les sciences humaines et le droit. 

Al Alam :

• Malgré l'annonce faite par l'Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA) et l'Ordre national des vétérinaires (ONV) de suspendre l'inspection vétérinaire dans les abattoirs qui ne disposent pas des conditions nécessaires de la sécurité sanitaire, aucune décision n’a été prise pour le moment. « La situation des abattoirs est lamentable. La Fédération marocaine des droits du consommateur (FMDC) a tiré la sonnette d’alarme il y a 15 ans, mais en vain », a souligné Bouazza Kherrati, président de la FMDC. Les unités d'abattage qui ne disposent pas du minimum requis en termes d'hygiène et de salubrité mettent la santé des ménages en danger, a-t-il souligné. 

• L'Académie Régionale de l’Éducation et de la Formation (AREF) de Dakhla-Oued Eddahab a réalisé un taux de réussite de 84,58% aux examens du baccalauréat au titre de l'année 2019, se plaçant ainsi en deuxième position à l'échelle nationale. Un communiqué de ladite AREF indique que le taux de réussite chez les étudiants scolarisés au niveau de la région a atteint 84,58% au titre des deux sessions ordinaire et de rattrapage de l'année scolaire 2019 contre seulement 76,01% lors de l'année précédente. Et d'ajouter que 315 candidats, dont 155 étudiantes, ont pu décrocher leur baccalauréat au titre de la session de rattrapage, sur un total de 550 candidats et candidates à cette session, relevant que dans le rang des étudiants scolarisés, le taux de réussite a atteint 61,86% alors qu'il a été de 40,83% chez les candidats libres. 

Al Ahdat Al Maghribia :

• Saâd Dine El Otmani, chef du gouvernement, a souligné le caractère exceptionnel et singulier des relations liant le Maroc et la France, marquées par les valeurs communes. « Le partenariat stratégique liant nos deux pays gagne en profondeur et en intensité, tel que l'atteste le nombre important de visites de part et d'autre, a affirmé El Otmani dans une allocution lors d'une réception à l'occasion de la célébration de la fête nationale française du 14 juillet. Liés par un partenariat d’exception singulier, le Maroc et la France sont deux puissances de paix, d'ouverture et d'acceptation de la diversité, a affirmé, pour sa part, l'ambassadeur français à Rabat, Jean-François Girault. A cette occasion, il a souligné que Rabat et Paris "mènent ensemble les mêmes combats contre le réchauffement climatique, le terrorisme, la radicalisation et les migrations illégales". "Dans notre relation d’égal à égal, respectueuse de l'indépendance et de la souveraineté de l'autre, notre dialogue et nos échanges ont retrouvé leur ampleur et leur sérénité naturelles", a-t-il noté, tout en exprimant "les sentiments déférents d'immense gratitude à SM le Roi Mohammed VI".

• Les participants au 2ème colloque du plaidoyer civil sur la marocanité du Sahara, à Marrakech, ont appelé au renouvellement et au renforcement du discours-plaidoyer sur la marocanité du Sahara ainsi qu’à la diversification de ses mécanismes et techniques, tout en soulignant la nécessité de bien détricoter le discours des adversaires de l’intégrité territoriale du Royaume et de lever le voile sur les violations des droits de l’Homme dans les camps de Tindouf. Dans leurs recommandations ayant sanctionné les travaux de cette rencontre de trois jours, initiée par le ministère chargé des relations avec le parlement et la société civile, ils ont insisté, en outre, sur l’impératif d’œuvrer pour l’élaboration d’un guide spécial inhérent aux organisations, instances et fora internationaux, et qui renferme leurs attributions, leurs mécanismes et les procédures à suivre pour y présenter un plaidoyer, ainsi que pour la publication d’ouvrages en toutes les langues vivantes, en vue de jeter la lumière sur la réalité dans la région du Sahara marocain et les efforts déployés sans relâche pour le développement des provinces du sud.
Akhbar Al Yaoum :

• En vue de faciliter l'accès des citoyens à l’électrification et au raccordement au réseau électrique, il suffit désormais de présenter le certificat de résidence et ce, suite à la décision de Aziz Rabbah, ministre de l'Énergie, des mines et du développement durable. Ainsi, les propriétaires de bâtisses destinées au logement et qui ne sont pas en mesure de présenter à temps, soit le permis d’habiter ou le certificat de conformité, peuvent présenter le certificat de résidence « délivré par les autorités compétentes pour procéder au raccordement au réseau électrique. Toutefois ce dernier est considéré temporaire et ne devient définitif qu’après présentation du permis d’habiter ou du certificat de conformité. »

• La secrétaire d'État chargée du Développement durable, Nezha El Ouafi, vient d’être nommée présidente du Réseau des femmes ministres et hauts fonctionnaires de l'Environnement pour l'Afrique (AFWMLE). Cette nomination qui récompense les efforts de la secrétaire d’État et du Maroc, sous la conduite de SM le Roi Mohammed VI, va redynamiser le réseau en capitalisant sur les acquis et créant plus de synergie et de convergences avec les différentes initiatives entreprises au niveau africain et mondial, indique le secrétariat d’État dans un communiqué. Le Maroc assure actuellement, en la personne de Mme El Ouafi, le poste de président du Forum régional africain pour le Développement durable (FRADD), suite à son élection en avril 2019, lors de la 5ème session du FRADD. La secrétaire d’État est également vice-présidente du bureau de la conférence ministérielle africaine sur l’environnement (CMAE), suite à son élection à ce poste lors de 16ème session ordinaire de la CMAE, tenue du 12 au 16 juin 2017, à Libreville au Gabon.

Bayane Al Yaoum :

• Un accord de prêt relatif au programme "Appui au Secteur de inéducation" a été, signé entre le Maroc et la Banque Mondiale (BM). Ce programme vise l’établissement d’un environnement favorable à la prestation de services d’éducation préscolaire de qualité, l’amélioration des pratiques d’enseignement dans l’éducation de base et le renforcement des capacités de gestion ainsi que la responsabilisation le long de la chaine de prestataire de services éducatifs, indique un communiqué du ministère de l’Économie et des Finances. Le Programme s’inscrit dans le cadre du partenariat stratégique 2019-2024 entre le Maroc et la Banque Mondiale et permettra de mobiliser 500 millions de dollars. A cette occasion, le ministre de l’Économie et des Finances, Mohamed Benchaaboun, a affirmé que l’éducation se situe actuellement au cœur du projet de société du Maroc, en raison des missions qu’elle se doit d’assumer dans la formation des futurs citoyens et dans la réalisation des objectifs du développement humain durable. 

• A l'initiative du Ministère des Affaires Étrangères et de la Coopération Internationale, une délégation de haut niveau composée d’hommes d’affaires et d’institutionnels d’Afrique du Sud, du Nigéria, du Lesotho et du Kenya effectue une visite économique au Maroc, les 15 et 16 juillet courant. Cette visite reflète une volonté réciproque des acteurs économiques et politiques d’insuffler une nouvelle dynamique à la coopération entre le Maroc et ces pays. Au programme figurent les visites de certaines réalisations économiques d’envergure, entreprises dans le cadre de la stratégie de développement économique du Maroc, notamment le Port de Tanger MED et la Centrale solaire Noor Ouarzazate, et ce conformément à la Vision de Sa Majesté le Roi Mohammed VI . Une réunion de travail avec les représentants du secteur public marocain et des rencontres avec les principaux opérateurs économiques sont également au programme.


 

Revue de presse
Partage RéSEAUX SOCIAUX