×

Inscrivez-vous à notre newsletter


Revue de presse économique du 15 novembre 2019

Vendredi 15 Novembre 2019 - PAR

 

Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce vendredi:

L'Economiste :

• Le ministre des Finances voudrait vraiment entamer une nouvelle page avec les opérateurs économiques et il le traduit en actes. Après les amnisties sur les actifs détenus à l'étranger, les avoirs liquides, les déclarations rectificatives prévues par le projet de loi de finances, il vient d'ajouter une contribution libératoire sur les amendes relatives aux chèques impayés. L'amendement a été voté par la commission des Finances de la Chambre des représentants. La mesure inattendue a plusieurs objectifs. A commencer par le fait de vouloir solder les comptes des payeurs défaillants en leur permettant d'amorcer un nouveau départ et renforcer le rôle des banques ainsi que la confiance dans le chèque.

• Les députés ont rejeté la baisse du droit de douane minimum à 2,5% pour certains intrants de la filière biscuiterie, confiserie et chocolaterie. La mesure devait permettre aux industriels d'importer ces intrants dans la limite d'un contingent fixé à 800 tonnes pour les amandes, 500 tonnes pour les noisettes et autant pour les arachides ainsi que 300 tonnes pour certaines graisses végétales de spécialité. L'idée était de s'aligner sur ce qui est appliqué pour le sucre raffiné, le lait en poudre et le blé tendre biscuitier. Ces produits sont soumis à un droit d'importation minimum de 2,5% dans la limite d'un contingent. Une baisse du tarif de 40% à 2,5%, aurait nui aux petites entreprises et aux coopératives.

Le Matin :

• Le Maroc est "un partenaire de référence" pour l'Italie dans la région méditerranéenne, a affirmé à Rome le ministre italien des Affaires étrangères, Luigi Di Maio. Présentant les grandes lignes de la politique extérieure de l'Italie devant la commission des affaires étrangères à la Chambre des députés et au Sénat, Di Maio a relevé que le Maroc constitue "un portail d'une grande importance stratégique sur l'Afrique". Evoquant sa visite début novembre au Maroc, il a indiqué que l'un des résultats de cette visite était la création d'un groupe de travail mixte maroco-italien pour l'examen des questions de la migration. La visite au Maroc du chef de la diplomatie italienne a été marquée par la signature d'une déclaration établissant un Partenariat stratégique multidimensionnel entre le Maroc et l'Italie construit sur la conscience commune que « les deux parties constituent l’une pour l’autre des partenaires clés dans la gestion des défis régionaux et internationaux".

• Le Conseil de gouvernement a approuvé six propositions de nomination à des fonctions supérieures, conformément aux dispositions de l'article 92 de la Constitution. Ainsi, il a été procédé à l'approbation des nominations des directeurs de six Centres régionaux d'investissement (CRI). Il s’agit de MM. Marouane Abdelaâti, nommé directeur du CRI de Souss Massa, Mohamed Sabiri (CRI de l'Oriental), Yassine Tazi (CRI de Fès-Meknès), Mohamed Amine Bekkali (CRI de Béni Mellal-Khénifra), Mounir Houari (CRI de Dakhla-Oued Eddahab) et Allal El Baz (CRI de Draâ-Tafilalet).

Aujourd'hui le Maroc :

• L’Association de lutte contre le sida (ALCS) appelle le ministre de la santé à lancer dans les plus brefs délais un nouvel appel d'offres pour l'achat des médicaments contre l'hépatite C et d'en accélérer le processus d'acquisition. Cette urgence s'explique par le fait que cela fait plus de trois ans que des centaines de malades sont en attente de traitement. L'ALCS estime que chaque retard met en danger la vie des patients. En effet, le retard de traitement risque de détériorer leur état de santé sans oublier la survenue de complications très graves telles que la cirrhose et le cancer du foie, des maladies qui nécessitent une prise en charqe médicale multidisciplinaire et coûteuse.

• Pour préparer le terrain, la région de Casablanca-Settat et l'Agence régionale d'exécution des projets ont récemment lancé un appel d'offres pour établir une «étude de réalisation d'un palais des congrès de la région de Casablanca-Settat» dans le cadre du programme de développement régional de la réqion. Son délai d'exécution est fixé à 5 mois. Le consultant de ce marché devra réaliser entre autres une étude auprès des commanditaires des congrès internationaux et des opérateurs de la filière. ll devra hiérarchiser les critères qui en ressortent et les confronter aux forces et aux faiblesses de l'offre territoriale du Grand Casablanca.

Al Bayane :

• Le ministre d'État chargé des droits de l'Homme et des relations avec le parlement, Mustapha Ramid, a insisté sur la nécessité de dépasser l'impasse dans laquelle se trouve le projet de loi relatif au Code pénal. S'exprimant lors d'une journée d'étude organisée par le groupe Justice et développement à la Chambre des conseillers, le ministre a souligné que la révision de ce texte va contribuer au parachèvement de la réforme du système de la justice pénale. Il a, à cet égard, passé en revue les nouveautés introduites dans le projet de loi dans sa version amendée, notant que ce dernier prévoit instaure le principe des peines alternatives, tant réclamées par les organisations œuvrant dans le domaine des droits de l'Homme.

• L’expérience avant-gardiste du Maroc en matière de gestion des questions liées à la migration, aux réfugiés et aux personnes déplacées a été mise en avant lors d’une conférence régionale tenue cette semaine sur cette question au siège du Parlement Panafricain (PAP), à Midrand, près de Johannesburg. Une délégation de députés représentant différents groupes parlementaires à la chambre des représentants a saisi l’occasion de cette conférence, pour souligner que le Maroc a fait de l’intégration des réfugiés et des migrants un choix qui s’inscrit en droite ligne de la politique d’ouverture et de solidarité du Royaume. Cette politique d’est déclinée en un traitement humaniste de ces questions, en parfaite harmonie avec les valeurs civilisationnelles du Royaume en tant que terre de paix et de rencontre, ont indiqué les députés.

L'Opinion :

• Le Maroc opérerait en 2019 et en 2020 deux sorties à l'international dans l'objectif de lever des fonds. Chacune des opérations porterait sur un montant tournant autour d'un milliard de dollars chacune. Cette démarche est sur la voie de concrétisation et aux dernières nouvelles, la levée d'un montant avoisinant un milliard de dollars à l'international, prévue par la Loi de Finances 2019, est éminente et devrait se réaliser durant le mois en cours. Bousculé par l'effet délai, le département des Finances mandate à cet effet quatre banques pour préparer cette sortie à l'international et compte bien tirer profit des actuelles conditions de levée : un marché relativement intéressant et des notes souveraines favorables.

• Le Maroc s’urbanise fortement. Selon le Haut-commissariat au Plan (HCP), la proportion de la population urbaine continuera à croître durant les prochaines décennies pour atteindre 67,8% en 2030 et 73,7% en 2050. C’est dire que, dans 30 ans, 11,6 millions de personnes de plus vivront dans les zones urbaines. Une évolution qui s'accompagnera certainement de nombreux défis pour les villes, sachant que le milieu urbain marocain se caractérise par des disparités géographiques importantes en termes de répartition spatiale des populations. Chiffres du HCP à l’appui, 43,2% de la population urbaine vit dans les grandes villes, et 14,8% dans les petites villes.



Libération :

• Le ministre de la Justice, Mohamed Benabdelkader, a souligné la nécessité de développer l'arsenal juridique et de le mettre au diapason des évolutions actuelles de la société. Lors d'une journée à la Chambre des conseillers, Benabdelkader a indiqué que la philosophie pénale a évolué en plusieurs étapes et a été accompagnée de nombreux concepts et questions liés à l'ordre public, au droit et aux sanctions. Il a, également, estimé que de nombreuses sociétés ont été submergées par l'individualisme et la quête d'épanouissement personnel, mettant l'accent sur l'importance de prendre en compte ces considérations sociologiques et d'accorder une certaine attention à leur impact sur le concept d'ordre public.

• Le choix porté par l'Institut supérieur de l'information et de la communication (ISIC) sur la jeunesse et la citoyenneté comme thème pour son deuxième concours de la meilleure production journalistique, est une initiative visant à engager les étudiants dans la réflexion citoyenne et sociétale, a indiqué le directeur de l'Institut, Abdellatif Bensfia. "Aujourd’hui, la jeunesse est au centre du débat national et nous sommes contents du nombre d’étudiants ayant participé au concours cette année", s’est réjouit M. Bensfia en marge de cet événement organisé par les ambassades nordiques au Maroc, faisant savoir que deux étudiants (de la 2è et de la 3è année) vont bénéficier d'un voyage d’études au département du journalisme et de la communication de l’université Kalmar, en Suède.

Akhbar Al Yaoum :

• Le Pouvoir judiciaire est appelé à prendre l'initiative et remplir des rôles aussi importants que le travail judiciaire, a souligné le président délégué du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire, Mustapha Fares, expliquant que le pouvoir judiciaire doit faire connaître la question nationale, les réalisations du Maroc dans lee juridique et de droits de l'Homme, son patrimoine culturel et civilisationnel, ainsi que son projet sociétal moderniste. Intervenant lors d'un colloque sur la diplomatie parallèle, organisé à Dakhla, Fares a rappelé la contribution des juges aux luttes pour la protection de la souveraineté nationale et leur rôle dans la lutte contre les jugements "Aspen" dans les régions méridionales, refusant de rendre des jugements portant le même nom que les jugements espagnols et de faire coexister des jugements modernes et légitimes, ces derniers demeurant enracinés dans la justice. Les âmes ont recours à lui pour régler les différends et inspirer des solutions et des avis consultatifs.

• Le secteur de l'automobile est le premier exportateur au Maroc et a créé 116.000 emplois, dont 2800 postes d'ingénieurs, a annoncé le ministre de l'Industrie, du commerce, de l'économie verte et numérique, Moulay Hafid Elalamy. Le taux d'intégration des lauréats des instituts de formation professionnelle et des grandes écoles a atteint 60%, s'est-il félicité, faisant savoir que les réalisations ont largement dépassé les ambitions. Quand la confiance s'est installée, nous sommes retourné négocier avec Renault, pour leur faire savoir que nous n'avions pas bien négocié auparavant. Intervenant à l'ouverture de la conférence "Global Industry 4.0" tenue sous le thème "l'Industrie 4.0 comme nouveau modèle industriel", El Alamy a estimé que Renault Maroc est une preuve de la réussite de la politique marocaine d'attraction des capitaux multinationaux.

Al Alam :

• Les Iles Comores ont annoncé l'ouverture prochaine d'un Consulat général à Laâyoune. L'annonce a été faite par l'émissaire du président comorien, M. Bianrifi Tarmidi, à l'issue de ses entretiens avec le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l'étranger, M. Nasser Bourita. Cette annonce intervient après l'ouverture, au mois de juin, d'un Consulat honoraire de la Côte d'Ivoire dans les provinces du Sud du Royaume, à Laâyoune, dans le cadre des efforts visant à promouvoir davantage les relations diplomatiques et économiques liant les deux pays.

• Le service préfectoral de la police judiciaire de Rabat a arrêté un ressortissant espagnol aux antécédents judiciaires en escroquerie, et ce, en application d'un mandat d’arrêt international émis par les autorités judiciaires espagnoles pour une affaire d’infractions contre les biens. Selon un communiqué de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN), le suspect (47 ans) a été arrêté en application du mandat d’arrêt international émis par les autorités espagnoles et d’une notice rouge émise par l’Interpol dans une affaire relative aux infractions contre les biens et à la fraude. Les mesures de son pointage au niveau national ont démontré que le mis en cause fait aussi l’objet d’un mandat de recherche national émis par la police judiciaire de Casablanca pour des chèques sans provision.

 

Bayane Al Yaoum :

• Le président du Conseil de la Concurrence, Driss Guerraoui, a souligné que le Conseil veille à l’exécution du plan d’action 2019-2023, élaboré en novembre 2018. Lors de la Conférence internationale sur "les politiques et droit de la concurrence : expériences nationales et partenariat international", Guerraoui a indiqué que les mesures entreprises par le Conseil dans le cadre de son plan d’action se déclinent en quatre axes, la sécurisation de son système, la régulation du marché par l’exercice effectif de ses attributions consultatives et l’examen des conditions de concurrence dans les marchés, à travers la programmation de quatre études sectorielles prioritaires.

• L’Unesco a accueilli en son siège à Paris, dans le cadre de sa quarantième Conférence générale, la Première réunion mondiale des ministres et responsables d'universités, pour débattre de l'inclusion et de la mobilité dans l'enseignement supérieur. Le Maroc est représenté à cette réunion mondiale par le ministre de l'Éducation nationale, de la Formation professionnelle, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique Saïd Amzazi. Son objectif général, souligne l'Unesco dans un communiqué, est de soutenir la prise de décision en faveur de l'inclusion, de la mobilité et d'une meilleure reconnaissance des qualifications au sein et entre les régions par le biais d'un débat éclairé. En convoquant les décideurs politiques et les universités à cette réunion sans précédent, l'Unesco entend chercher à renforcer la volonté politique, la coopération internationale et les capacités dans l'enseignement supérieur pour contribuer à la réalisation de l'Agenda 2030.

Al Ahdath Almaghribia :

Le Président Directeur-Général de l’Agence marocaine pour l’énergie durable (Masen), Mustapha Bakkoury, a été désigné président du comité de pilotage de l’initiative «Desert to Power», qui ambitionne de développer l’usage de l’énergie renouvelable dans plusieurs pays africains. Cette désignation, qui a eu lieu en marge de la deuxième édition de l’Africa Investment Forum (AIF-2019) qui se tient actuellement à Sandton (quartier financier de Johannesburg), s’inscrit dans le cadre de l’opérationnalisation de l’initiative, qui couvre cinq pays du Sahel (Mauritanie, Mali, Brukina Faso, Niger et Tchad) plus six autres pays à savoir le Sénégal, le Nigeria, le Soudan, Djibouti, l’Ethiopie et l’Erythrée.

Le ministre de l'Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural et des Eaux et Forêts, Aziz Akhannouch, a présidé la cérémonie d'ouverture du 1er Forum des entreprises aquacoles, tenu sous le thème "L’aquaculture marine, un levier de développement de l’économie bleue". La région Dakhla-Oued Eddahab représente à elle seule plus de 80% des projets sélectionnés dans le cadre des appels à manifestation d’intérêt lancés au niveau national, a-t-il fait savoir, précisant que sur les 256 projets sélectionnés à la production globale estimée de 156.000 T, 214 projets ont été retenus dans la région de Dakhla, pour une production prévisionnelle de 78.000 T.

Al Ittihad Al Ichtiraki :

• Son Altesse Royale la Princesse Lalla Hasnaa, présidente de la Fondation Mohammed VI pour la protection de l'environnement, a présidé, mercredi soir au Centre international Hassan II de formation à l’environnement à Bouknadel, la cérémonie de remise des trophées Lalla Hasnaa du littoral durable au titre de la 3ème édition (2019), qui récompense les meilleures initiatives en faveur du littoral. SAR la Princesse Lalla Hasnaa a suivi, lors de cette cérémonie, un documentaire "Océan et problématiques des déchets plastiques", réalisé par les jeunes reporters pour l’environnement qui ont présenté des témoignages suite à l’appel de Son Altesse Royale relatif à la mobilisation nationale contre les déchets plastiques dans les mers et les océans. A cette occasion, un documentaire de présentation de l’opération "#b7arblaplastic" (mer sans plastique) a été projeté et un témoignage sur les résultats de cette opération a été présenté par M. Hassan Baraka, premier nageur marocain à rallier les cinq continents et partenaire de la Fondation.

• M. Othman Benjelloun, fondateur de la Fondation BMCE Bank et son épouse, Mme Leila Mezian Benjelloun, présidente de la Fondation, ont reçu à Washington le prestigieux prix « Visionnary Award » décerné par le centre de recherche américain Middle East Institute (MEI). La remise de cette distinction a eu lieu en marge d'une soirée de gala en présence d'un grand nombre de personnalités du monde politiques, économiques et académiques, un événement annuel organisé par cet Institut fondé en 1946 dédié à la région MENA, durant lequel il rend hommage aux principaux visionnaires, acteurs du changement, leaders culturels et philanthropes de la région pour leurs contributions positives au paysage politique, économique, social et culturel. M. Othman Benjelloun et son épouse ont été primés pour leurs actions à travers la Fondation BMCE Bank, active depuis 1995, dans la promotion de l'éducation en milieu rural au profit des enfants démunis et la préservation de l’environnement. La fondation est aussi très active dans le domaine de l’enseignement de la langue et de la culture amazigh.

Rissalat Al Oumma :

• Dans les processus de production et d'organisation des marchés et des échanges, la digitalisation des services, l’ubérisation de l’économie, et les multiples risques de la cybercriminalité, posent des défis d’une complexité "sans précédent" en matière de régulation, a indiqué le Wali de Bank Al-Maghrib, Abdellatif Jouahri. De ce fait, la régulation des industries et des services émergents nécessite une approche qui allie la souplesse indispensable, pour permettre leur éclosion et leur développement, à la rigueur nécessaire pour minimiser les effets néfastes sur les consommateurs, l’activité et la stabilité économique, a souligné Jouahri qui intervenait lors de la conférence internationale sur « Les polotiques et droit de la concurrence : Expériences nationales et partenariat international ». Dans le domaine financier, outre les implications de la digitalisation, la multiplication des difficultés dans le sillage de la crise financière a conduit à un resserrement sans précédent de la régulation bancaire, a fait observer Jouahri.



• Le gouvernement a veillé à interagir positivement avec les remarques, les interpellations et les critiques des députés sur le PLF 2020 en leur fournissant des réponses orales et écrites argumentées avec chiffres à l'appui, a dit le ministre de l'Economie, des finances et de la réforme de l'administration, Mohamed Benchaâboun. Sur les 271 amendements proposés concernant la première partie du PLF 2020, 65 ont été retirés, soit 24% du total, a relevé le ministre, notant que sur les 206 amendements restants, 74 ont été acceptés (dont environ 40% émanant des groupes de l'opposition). Ces chiffres reflètent le climat positif qui a marqué les discussions et le vote du PLF, ainsi que l'interaction positive du gouvernement avec l'ensemble des amendements présentés aussi bien par les groupes et groupements parlementaires, de la majorité que de l'opposition, a ajouté Benchaâboun.

Al Massae :

• Après l'entrée en service des nouveaux bus de Casablanca. La capitale économique s’apprête à lancer une nouvelle carte de mobilité qui permet aux Casablancais d'emprunter le bus et le tramway. Il s'agit de l'un des projets qui ont trop attendu car l'idée remonte à des années sans pouvoir être concrétisée. Ce dispositif permettra la liaison entre les réseaux de transport en commun à l'instar de certaines villes européennes.

• Au moment où des chutes de neige et un temps froid du niveau "orange" sont prévus du vendredi au dimanche dans plusieurs provinces du Royaume, une mobilisation totale des autorités est observée dans plusieurs provinces afin de prévenir les effets de la vague de froid et désenclaver les populations. Le ministère de l'Intérieur et les autres départements ministériels sont en état d'alerte maximale car de fortes précipitations et d'importantes chutes de neige sont attendues dans la région d'Al Haouz, ce qui risque de bloquer des villages entiers et présenter des risques sur la santé des populations.

Avec MAP.
 

Revue de presse
Partage RéSEAUX SOCIAUX