×

Inscrivez-vous à notre newsletter


Revue de presse économique du 14 mars 2019

Vendredi 15 Mars 2019 - PAR bourse news

" "

Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce vendredi : 

L'Economiste :

• Les opérateurs de transport touristique sont remontés contre leur ministère de tutelle. La Commission nationale du transport chargée de statuer sur les créations d'entreprises, le renouvellement des agréments ou leur extension n'a pu valider que quelques dossiers après 7 mois d'absence. Si bien que la Fédération Marocaine du Transport Touristique (FNTT) s'en est encore remise à Mehdi Taleb, directeur de la réglementation, du développement et de la qualité du ministère du Tourisme. «Nous avons abordé plusieurs questions concernant notre activité. La plus urgente reste l'accélération de l'examen des dossiers d'investissement en suspens », explique Rachid Bouamara, vice-président de la Fédération. Selon la profession, quelque 200 dossiers sont en souffrance à la commission. 

• Le consumérisme face à la digitalisation de la société... Autant de défis et d'opportunités. C'est en substance la thématique retenue par la 2e édition du Forum Moroccan Consumer Day, tenue à Casablanca. L'événement a permis de mettre à plat l'ensemble de l'écosystème de la consommation au Maroc. Il a aussi permis d'analyser l'impact de la digitalisation sur le comportement de consommation et les rapports marques/consommateurs. Experts, chercheurs-universitaires, spécialistes du digital, producteurs de marques, médias... se sont livrés à un débat qui décortique et anticipe les changements de comportements et leurs conséquences sur les marques et produits. Les changements vertigineux induits par l'explosion du digital nourrissent des appréhensions ! 

Aujourd’hui le Maroc : 

• «Le nouveau cadre de partenariat-pays entre le Maroc et la Banque mondiale (2019-2024) s’intéresse aux femmes et aux jeunes». La particularité de ce plan est ressortie par Marie Françoise Marie-Nelly, directrice des opérations de la Banque mondiale pour le Maghreb, qui précise que celui-ci sera doté d'un prêt de 5 milliards de dollars pour les 3 premières années». Pour le nouveau cadre de partenariat (CPF), ce qui importe, à ses yeux, c'est la «mise en œuvre qui est un enjeu. D'où l'importance de travailler sur la convergence entre les secteurs». Outre cet intérêt aux femmes et jeunes, le CFP focalise sur d’autres secteurs. A propos du capital humain, elle met l'accent sur l'éducation dont la qualité est un défi pour le Maroc. «ll faut agir sur les deux côtés, soit la création des compétences et des opportunités d'emploi à la fois», a-t-elle précisé.

• Le projet de développement d'une zone logistique au sud d'Ait Melloul est une déclinaison de la Stratégie nationale de développement de la compétitivité logistique portée par le ministère de l'équipement, du transport, de la logistique et de l'eau. La future zone s’étalera sur une superficie totale de 172 ha positionnée sur la voie express N°1, dans la commune de L'qliaa. S'inscrivant dans le cadre de cette stratégie, un schéma logistique cible à l'horizon 2030 a été défini en prenant en considération l'ensemble des caractéristiques monographiques de la région du Souss-Massa. Préparé sur la base d'études et de concertations techniques, ce schéma prévoit le développement de deux zones logistiques au sud d'Ait Melloul (172 ha) et au niveau de Tagadirt/ Haliopolis (70 ha). Chacune de ces deux zones devrait jouer un rôle particulier dans la structuration de la logistique dans la région du Souss-Massa. 

Le Matin :

• Le site Phosboucraa sera doté d’une 2e station de dessalement d’eau de mer d’ici 2020. D’une capacité de 7,5 millions de mètres cubes, cet investissement s’inscrit dans le cadre du «programme eau» du groupe dont l’objectif est de rationaliser l’utilisation de l’or bleu et satisfaire les besoins actuels et futurs de ses installations minières et industrielles.

• Qatar Petroleum s’intéresse au potentiel marocain d’hydrocarbures. La compagnie vient de conclure un accord avec Eni au terme duquel l’italien cède 30% de ses intérêts dans le permis d’exploration de Tarfaya Shallow. Il s’agit d’une série de 12 blocs situés au large des côtes marocaines, couvrant une superficie d’exploration maritime de 23.900 km². Avec cet accord, encore soumis à l’approbation réglementaire du Maroc, Eni conserve son statut d’actionnaire majoritaire, une participation de 45% dans ce permis.

L’Opinion :

• D'après des enquêtes nationales, 800.000 couples marocains souffrent d'infertilité, se rapprochant en cela des statistiques mondiales qui estiment à 15% les couples en difficulté de procréation. Ce n'est pas minime, compte tenu de l'impact socio-psychologique. En effet, l'infertilité est très mal vécue dans la société marocaine et engendre des dépressions et des problèmes de couples pouvant aller jusqu’à l’éclatement familial. Par ailleurs, les traitements sont assez chers pour les couples et ne sont pris en charge par aucun organisme de prévoyance sociale. Ce qui devait commencer par avoir lieu après le vote de la loi 47-14, relative à la procréation médicalement assistée (PMA). 

• Dans un communiqué rendu public après sa réunion, le Comité exécutif du Parti de l’Istiqlal (PI) a indiqué avoir enregistré, avec grand regret, la poursuite des tensions sociales conséquemment à la dégradation du pouvoir d'achat des citoyens, de l'exacerbation des disparités sociales, du recul des prestations de santé, du gel du dialogue social et des développements du dossier des enseignants contractuels. Il a attiré l'attention du gouvernement sur l'inefficience de sa façon de traiter les revendications légitimes de cette catégorie et son manque de vision stratégique. Il a aussi appelé à mettre en œuvre la régionalisation avancée et à procéder à des réformes profondes et globales des caisses de retraite.

Al Bayane : • Le chef du gouvernement, Saâd Dine El Otmani, et le président du Conseil de la Choura du Qatar, Ahmad Bin Abdallah Bin Zaid Al-Mahmoud, ont réaffirmé la solidité des relations maroco-qataries et souligné leur détermination à les développer aux niveaux politique, économique et culturel. Lors d'une réunion en présence d'une délégation de parlementaires qataris participant à la 14ème session de la Conférence de l'Union des Conseils des États membres de l'Organisation de la coopération islamique (OCI), El Otmani a salué les positions de l'Etat du Qatar, faisant état d'une convergence de vues entre les deux pays concernant plusieurs questions arabes et islamiques, et à leur tête la question palestinienne.

• L’augmentation de la charge sans contrôle n'est pas une solution aux problèmes auxquels sont confrontés les professionnels, en plus du danger qu’elle représente pour les usagers de la route, indique le ministère de l’Équipement, du transport, de la logistique et de l’eau, notant que les services du ministère veillent à résoudre ces problèmes suivant une approche inclusive. Dans un communiqué, le ministère rappelle que l'offre importante, qui vise à mettre à niveau et à restructurer le secteur du transport routier de marchandises (catégorie des véhicules de moins de 19 tonnes), initiée dans une perspective qui prend en considération les aspects techniques et organisationnels, a été rejetée par certains organismes professionnels qui ont appelé à l'augmentation de la charge de 3 à 8 tonnes, de 8 à 14 tonnes et de 14 à 19 tonnes, sans tenir compte des normes techniques, réglementaires, juridiques et celles relatives à la sécurité des usagers de la route. Libération :

• L’Indice de la production des industries manufacturières (IPIEM) hors raffinage de pétrole a clos le quatrième trimestre de l’année 2018 sur une hausse, maintenant ainsi une tendance observée tout au long de l’année dernière. C’est ce qui ressort de la dernière note d’information du HCP relative à l'Indice de la production industrielle, énergétique et minière, faisant état d’une hausse de 3,6% de l’IPIEM hors raffinage au cours du quatrième trimestre 2018 par rapport à la même période de 2017. L’accroissement de l’Indice de production industrielle au dernier trimestre boucle ainsi la série des hausses enregistrées au cours des trois premiers trimestres de l’année dernière, l’IPIEM s’étant inscrit en hausse de 3,0% par rapport aux mêmes périodes de 2017. 

• La situation des charges et ressources du Trésor a dégagé, en février 2019, un déficit budgétaire de 10,5 milliards de dirhams contre 11,1 milliards durant la même période un an auparavant. Ce déficit tient compte d'un solde positif de 9,8 milliards dégagé par les comptes spéciaux du Trésor et les services de l'Etat gérés de manière autonome (SEGMA), précise la Trésorerie générale du Royaume dans son bulletin mensuel de statistiques des finances publiques de février 2019. 
Akhbar Alyaoum :

- L'Observatoire de protection de l'environnement et des monuments historiques (OPEMH) à Tanger est passé à un deuxième plan pour préserver les jardins de la ville. Un sujet qui préoccupe depuis deux ans l'opinion locale dans la capitale du Boughaz, car ces espaces verts sont susceptibles de se transformer en projets immobiliers. Abdelaziz Janati, président de l’OPEMH, a déposé mercredi une pétition des citoyens à Bachir Abdellaoui, président du Conseil communal de Tanger, l’appelant à la prendre en considération. Cette pétition, signée par 500 personnes, dépasse le seuil minimum requis par la loi relative aux pétitions présentées aux autorités publiques, et dont les décrets d’application ont été publiés en 2015, a indiqué au quotidien le président de l’OPEMH.

- Les amendements proposés au statut des enseignants cadres de l’AREF de Marrakech-Safi ont été le point culminant du Conseil d’administration de l’Académie régionale d’éducation et de formation (AREF) de Marrakech-Safi, réuni mercredi en session extraordinaire. Ahmed Karimi, directeur de l'AREF, a indiqué que l'adoption de ces amendements vise à passer du recrutement par voie de contrat à une situation réglementaire similaire à celle des fonctionnaires soumis au statut particulier du personnel de l’Education nationale. Ces amendements visent à consacrer les droits de cette catégorie notamment en ce qui concerne la titularisation, la retraite, l'avancement, la possibilité d'accès aux postes de responsabilité et l’accès à l’administration pédagogique, a-t-il dit en conférence de presse. Après l’adoption de ces amendements, on ne parlera plus d’enseignants contractuels, mais plutôt de fonctionnaires régionaux, a-t-il précisé. Al Ahdath Al Maghribia :

- La langue d’enseignement, pomme de discorde entre les partis. Les deux longues réunions tenues par une commission parlementaire restreinte, et consacrées aux 18 amendements proposés au projet de loi-cadre relatif au système d’éducation et de formation, se sont soldées par un échec cuisant. Un nouveau "blocage" commence à poindre, notamment après la réunion des dirigeants de la coalition gouvernementale qui ont décidé de soumettre ce dossier aux présidents des groupes parlementaires avant d’annoncer leur désaccord. Selon des sources du journal, la réunion des présidents des groupes parlementaires et de la commission technique a conduit encore une fois à transférer ce dossier aux organes directeurs des partis politiques. - Après l’entrée en vigueur de la loi sur le droit d'accès à l'information, Saâd Dine El Otamni, chef du gouvernement, a reçu les membres de la commission du droit d'accès à l'information, en présence de son président Omar Serghouchni. Ainsi, le chef du gouvernement a mis l'accent sur l'importance du travail de cette commission pour réaliser les objectifs de ladite loi. Ces objectifs, a-t-il dit, tendent essentiellement à renforcer la transparence et la confiance entre l'administration et les administrés, à ancrer la démocratie participative et à garantir la crédibilité et l'intégrité dans la gestion de la chose publique, relevant que ces règles participeront, sans nul doute, au renforcement de la confiance et de la transparence qui sont les clés de l'intégrité.

Al Alam :

- Voici ce que proposent les enseignants contractuels pour revenir aux bancs des écoles. Après la détermination du ministère l'Éducation nationale, de la Formation professionnelle, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, à mettre en œuvre l’offre du gouvernement relative au recrutement régional, Abdelilah Ghadouini, membre de la coordination des enseignants contractuels, a indiqué que les propositions des Académies relatives à l'amendement du statut de leurs cadres ne signifient pas que la coordination va faire marche-arrière, ajoutant que celle-ci n’a pas reçu d’invitation pour assister à la réunion d'Amzazi avec les syndicats. Ghadouini s’est interrogé sur l’utilité même d’une telle rencontre "en l’absence de l’interlocuteur principal". Selon lui, il faudrait tout d’abord annuler le recrutement par voie de contrat avant d’ouvrir la porte au dialogue, notant que la seule solution pour que les enseignants reviennent aux écoles est d’intégrer les groupes de 2016 à 2019 dans la fonction publique. - Avec 283.614 unités exportées dans les pays de l’UE en 2018, le Maroc arrive à la cinquième place du classement des principaux exportateurs étrangers de voitures sur le continent européen. C’est ce qui ressort d’un rapport de l’Association des constructeurs européens d’automobiles (ACEA). Le Royaume figure ainsi derrière des géants de l’industrie automobile, à savoir les Etats-Unis, le Japon, la Corée du Sud et la Chine. Le volume total des exportations a affiché une hausse de 17% en comparaison avec 2017, où le nombre de voitures fabriquées au Maroc exportées dans l’UE s’élevait à 240.908 unités.

Al Ittihad Al Ichtiraki :

- Le syndicat national des ophtalmologistes du secteur privé a appelé la Chambre des conseillers à voter contre le projet de loi relatif à l'exercice des professions de rééducation, de réadaptation et de réhabilitation fonctionnelle, mettant en garde contre "les graves conséquences" sur la santé des citoyens de ce texte, qui permettrait aux opticiens lunetiers de mesurer la vision des patients, alors que cette compétence relevait auparavant du ressort des médecins. Mohamed Chahbi, deuxième vice-président du syndicat, a reproché au gouvernement la non association des professionnels à l’élaboration de ce projet de loi présenté par le ministère de la santé sous le mandat d’El Houssaine Louardi. Sachant que ce texte avait déjà été adopté par la Chambre des représentants.

- Mohammed Benabdelkader, ministre délégué chargé de la Réforme de l'Administration et de la Fonction publique, a eu des entretiens avec la ministre espagnole de la politique territoriale et de la fonction publique, Meritxell Batet, axés sur les moyens d'approfondir la coopération dans le cadre du Partenariat pour le gouvernement ouvert (PGO). Ces entretiens, tenus en marge de la Conférence internationale sur le gouvernement ouvert et l’accès à l’information, organisée sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI, ont également porté sur les moyens d’améliorer les mécanismes d’accès à l’information et de renforcer la gouvernance et sur l’échange d’expériences en matière de gouvernement ouvert.
Al Massae :

- Le ministère de l'Aménagement du territoire national, de l’urbanisme, de l’habitat et de la politique de la ville s’apprête à dévoiler, en avril prochain, une étude inédite sur la corruption dans le secteur immobilier. Le ministère envisage aussi d’entamer une campagne d’information autour de sa stratégie de lutte contre la corruption dans ce secteur, selon des sources informées. Cette démarche vise à informer les citoyens des moyens de doléances disponibles au niveau de l’administration et des mesures adoptées pour protéger les témoins dans les affaires se rapportant à la corruption.

- Une crise sans précédent dans le dossier des professeurs contractuels. Ces derniers ont renforcé leurs contestations et prolongé leurs grèves, tout en rejetant en bloc les propositions du gouvernement pour résoudre le problème. Des représentants de la coordination des professeurs contractuels ont accusé le gouvernement de chercher, par le recours au recrutement par voie de contrat, à mettre fin à l’éducation gratuite et nuire gravement à l’école publique, soulignant que toute offre autre que celle permettant leur intégration dans la fonction publique est "indiscutable". Ils menacent d’une année blanche au cas où le gouvernement camperait sur sa position.

Bayane Alyaoum :

- Bank Al-Maghrib (BAM) et l’Autorité des Services Financiers de Dubaï ont signé un mémorandum d'entente portant sur la collaboration dans les domaines de l’agrément et de la supervision des banques basées au Maroc et à Dubaï. Ce protocole développera notamment l’efficacité des outils de régulation des banques ayant des intérêts mutuels au Maroc et à Dubaï, et contribuera ainsi à renforcer la confiance des investisseurs et à promouvoir les services financiers bilatéraux. - Le ministre de l'Aménagement du territoire, de l'Urbanisme, de l'Habitat et de la Politique de la ville, Abdelahad Fassi Fihri, a souligné que le programme gouvernemental mise sur la consolidation du rôle des agences urbaines, leur permettant ainsi de renforcer leur positionnement en tant que "partenaires distingués" des collectivités territoriales. Fassi Fihri, qui présidait les travaux de la sixième session du Conseil d'administration de l'agence urbaine de Larache-Ouazzane, a précisé que dans son volet relatif au secteur de l'aménagement, ce programme s'attèle à renforcer le rôle des agences urbaines dans le but de réaliser les grands objectifs de la stratégie gouvernementale et d'exécuter les programmes et chantiers permettant d'encourager les investissements.

Rissalat Al Oumma :

- Le Maroc a été réélu à l'unanimité des membres du Forum Mondial de Lutte contre le Terrorisme (GCTF) pour un troisième mandat à la coprésidence de cette instance, au cours de la 15ème réunion du comité de coordination du GCTF, organisée à Malaga. Après deux mandats consécutifs menés conjointement avec les Pays-Bas, le Maroc co-présidera le GCTF avec le Canada pour la période 2020-2022. Ce troisième mandat est une confirmation du rôle pionnier joué par le Maroc au sein du GCTF et un témoignage fort de la confiance renouvelée des membres du Forum pour la poursuite, par le Royaume, de cette responsabilité à la tête d’une structure regroupant 30 membres parmi les plus engagés en matière de lutte contre le terrorisme.

- Qualité de vie. Dans son rapport 2019, Mercer Consulting classe 231 villes dans le monde. Rabat et Casablanca sont respectivement 117e et 124e. Pour établir son classement, Mercer prend en compte des dizaines de critères, notamment l’environnement politique, économique et socioculturel, les considérations médicales et de santé, l’éducation et les écoles, les services publics et les moyens de transport, les loisirs et le logement. Selon ce classement, Rabat et Casablanca sont deuxième et troisième où la qualité de vie est la meilleure au Maghreb.

 

Revue de presse
Partage RéSEAUX SOCIAUX