×

Inscrivez-vous à notre newsletter


Revue de presse économique du 11 décembre 2019

Mercredi 11 Decembre 2019 - PAR

Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce mercredi:

Le Matin :

• Lors de la Retraite annuelle des Ambassadeurs Africains auprès de la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA), présidée par le Royaume du Maroc, l’Ambassadeur Représentant Permanent du Royaume auprès de l’Union Africaine et de la CEA, Mohammed Arrouchi, a rappelé la nécessité d’opérationnaliser la Commission Climat pour les Etats Insulaires, initiative de Sa Majesté le Roi Mohammed VI adoptée par les Chefs d’Etat africains, au Sommet Africain pour l’Action de 2016, en marge de la COP 22, à Marrakech. En effet, trois commissions dédiées à la région du Sahel (Présidée par la République du Niger), la région du Bassin du Congo (présidée par la République du Congo) et les Etats insulaires (Présidée par la République des Seychelles), ont été adoptées lors du Sommet du Climat pour l’Action.

• C’est une nouvelle victoire de la diplomatie marocaine sur le terrain de l’intégrité territoriale. Le Royaume du Lesotho décide de suspendre toutes les décisions et déclarations antérieures relatives au Sahara marocain et à la pseudo-Rasd. Toute déclaration ou document différents avant ou après cette position officielle seront nuls et non avenus, indique le ministère des affaires étrangères du Lesotho, précisant que cette position sera communiquée à la SADC (communauté de développement de l’Afrique australe) et aux organisations régionales et internationales. Par ailleurs, le Maroc et le Lesotho conviennent prochainement d’ouvrir des ambassades dans les deux pays respectifs en vue de renforcer leur coopération bilatérale.

L’Economiste :

• Pour leur lieu de résidence, les Marocains ne choisissent pas les villes les plus propres ou les plus calmes. Ils préfèrent plutôt s'orienter vers les grands pôles, là où ils peuvent accéder plus facilement à des infrastructures de base (santé, éducation, loisirs...) et décrocher des opportunités d'emploi ou d'affaires. Pour sa dernière série d'enquêtes, le cabinet Sunergia a demandé à 1.000 sondés dans quelles villes ils aimeraient vivre. Quel que soit leur niveau d'études, les sondés élisent Tanger comme ville où ils peuvent le mieux vivre. Le choix est encore plus prononcé chez les plus diplômés (25%). En revanche, les ménages touchant plus de 12.000 DH optent pour Casablanca. Ils sont, d'ailleurs, les seuls à placer la ville blanche au top du classement. Ils pensent ensuite à Tanger et Agadir (ex aequo), puis à Marrakech et Ifrane.

• La police administrative maintient la pression sur les tenanciers de cafés et restaurants à Casablanca. Depuis quelques semaines, les agents ont déclaré la guerre aux établissements qui occupent indûment le domaine public. Plusieurs brigades ont effectué mardi une descente à El Oulfa et Hay Hassani (boulevard Al Firdaous). Une opération dissuasive qui a mobilisé près de 130 personnes (dont caïds, moqaddems, agents de police, présidents d'arrondissement...). Objectif: libérer le domaine public en rasant toute construction non autorisée. En tout, plus de 200 cafés, restaurants ou magasins feront l'objet de cette campagne de démolition des terrasses non conformes dans les semaines à venir.

Aujourd’hui le Maroc :

• Tant attendus, les résultats de l'enquête 2019 du HCP sur la violence à l'encontre des femmes sont tombés. Parmi 13,4 millions de femmes âgées de 15 à 74 ans, plus de 7,6 millions ont subi au moins un acte de violence, toutes formes confondues, durant les 12 mois qui ont précédé l'enquête. Dans le milieu professionnel 15% des femmes actives sont victimes de violence dans toutes ses formes. Cette proportion s’accentue parmi les femmes divorcées (22%), salariées (21%), citadines (18%) et les jeunes âgées de 15 à 34 ans (19%). Par ailleurs, 57% des femmes contre 21% des hommes estiment que le contexte conjugal est celui où la violence à l'égard des femmes est la plus fréquente.

• Attijariwafa bank élargit ses dispositifs de soutien et d'accompagnement en faveur des TPME. Le Groupe bancaire s'apprête à lancer prochainement un programme ambitieux, répondant de manière «novatrice et pragmatique» à toutes les problématiques liées au développement de la TPME au niveau national. Il s'agit en effet de la nouvelle version du plan « Ana Maak» qui a été dévoilée, lundi dernier à Casablanca, par Mohamed El Kettani, président directeur général d’Attjariwafa bank. Cette rencontre était une occasion pour étaler la vision à venir du Groupe bancaire, qui s'inscrit à la fois dans la continuité des actions menées ces dernières années, ainsi qu'en réponse aux dernières Hautes Orientations Royales incitant les banques à simplifier le financement des jeunes et de l'emploi.

Al Bayane :

• Le Royaume du Maroc, depuis 1960, a toujours pris part aux opérations de la paix dans des pays d’Afrique, d’Europe, d’Amérique latine et d’Asie, a affirmé à Agadir le Général de Corps d'Armée, Commandant de la Zone Sud El Farouk Belkhir. "Face à la multiplication des menaces, les opérations des Nations Unies doivent être adaptées à la nature des conflits actuels", a relevé le Commandant Belkhir à l’ouverture d’un séminaire sur l’amélioration des performances des contingents des pays contributeurs de troupes et de police aux opérations de paix de l’ONU. Ces défis ne peuvent être relevés qu’à travers une approche globale participative et inclusive intégrant les différentes parties prenantes à savoir le secrétariat des Nations Unies, les Etats-Majors des missions déployées sur le terrain, les contributeurs de troupes et de police ainsi que les partenaires internationaux et régionaux, a poursuivi le Commandant lors de cette rencontre tenue au siège de l'Etat-Major de la Zone Sud des Forces Armées Royales (FAR) à Agadir.

• Un total de 117.835 personnes ont, jusqu'à novembre, adhéré au statut de l'auto-entrepreneur, destiné à faciliter l'intégration des porteurs de projets dans le secteur formel, a indiqué le ministre de l'Emploi et de l’insertion professionnelle, Mohamed Amkraz. S'exprimant au cours de la séance hebdomadaire des questions orales à la Chambre des représentants, le ministre a précisé que 30% des bénéficiaires de ce programme sont des femmes et 54% sont des jeunes. M. Amkraz qui répondait à une question du groupe du PJD sur "l'état d'avancement du régime auto-entrepreneur", a souligné que 86.665 auto-entrepreneurs ont été inscrits dans le registre national y afférent en 2018 et que 350 rencontres de sensibilisation ont été organisées à cet effet avec la participation de 30.000 personnes et 100 partenaires.

 

L'Opinion :

• Le Maroc décroche la 2ème place du classement mondial en matière de protection climatique et de performance climatique, soit un score attribué de 70,48 points. C’est ce qui ressort de l'indice de performance du changement climatique 2019, élaboré par Germanwatch, NewClimate Institute et Climate Action Network International. La première place revient à la Suède (76,28), alors que la Lituanie (68,31) se situe après le Maroc, suivie du Royaume-Uni (68,31). « Avec la connexion de la plus grande centrale solaire au monde et de plusieurs nouveaux parcs éoliens au réseau électrique, le Royaume est sur une bonne voie d'atteindre son objectif de 42% de capacités d’énergie renouvelable installées en 2020 et de 52% en 2030 », souligne le rapport.

• La Ligue pour la santé mentale organise, les 13 et 14 décembre prochain à Casablanca, ses 41èmes journées et la première édition du Forum de la réhabilitation psycho-sociale. Ces journées, qui se tiendront dans les locaux de la Faculté de médecine et de pharmacie sous le thème "rétablissement en psychiatrie", connaîtront la participation de professionnels et d'experts de la santé pour animer des conférences et ateliers autour de plusieurs questions, notamment la mise en place d'un centre de réhabilitation psychosociale et les outils d'évaluation cognitive. Il s'agit également du rôle de l'infirmier dans la réhabilitation, la psychopharmacologie et rétablissement, la place de la famille dans le rétablissement, le concept de "l'insight" (détermination de la conscience du trouble) et ses outils d'évaluation et de la psychoéducation.

Libération :

• Le Consulat de France à Marrakech organise, jeudi prochain à la Chambre de commerce, d’industrie et des services (CCIS) de Marrakech-Safi, une journée d’information sur les opportunités d’investissement en France. Organisée en partenariat avec l’Ambassade de France au Maroc et Business France, cette rencontre s’inscrit dans le cadre de la dynamique des relations exemplaires et stratégiques liant la France et le Royaume, indique un communiqué du Consulat de France à Marrakech. Au programme de cette manifestation économique des exposés traitant plusieurs questions relatives aux procédures d’investissement en France en plus de thématiques se rapportant à l’accueil des compétences étrangères ainsi que la dynamique des visas au niveau du ressort territorial du Consulat de France à Marrakech.

• La Chambre de Commerce, d'Industrie et de Services du Portugal au Maroc (CCISPM) et le groupe de conseil EXUMAS organisent, du 11 au 14 décembre, en partenariat avec la Chambre de Commerce, d’industrie et Services de Casablanca-Settat (CCIS), une mission d’Affaires multisectorielle au Maroc. Cette mission a pour objectif de développer des relations B2B entre les entreprises du Portugal et du Maroc mais aussi de promouvoir les échanges commerciaux et renforcer des partenariats entre les deux pays, indiquent les organisateurs dans un communiqué. Plus de 25 entreprises portugaises œuvrant principalement dans des secteurs à haute valeur ajoutée vont prendre part à cette mission.

Akhbar Al Yaoum :

• Dans une démarche qui a surpris les principales centrales syndicales, le ministère de l'Education nationale, de la formation professionnelle et de l'Enseignement supérieur a annulé une réunion qui devait avoir lieu ce mercredi pour discuter des dossiers polémiques. En effet, Abdelghani Erraki, Secrétaire général du syndicat national de l'enseignement (CDT), a indiqué que les syndicats ont reçu un appel du ministère de tutelle les informant que la rencontre a été annulée.

• Le Wali de Bank Al Maghrib (BAM), Abdellatif Jouahri, a souligné l'impératif de l'inclusion financière en Afrique pour l'appui de la création d'une zone de libre échange à l’échelle continental, et ce, à travers la promotion des échanges commerciaux et des opportunités d'investissement. Intervenant lors du Symposium Régional de haut niveau sur la stabilité financière, M. Jouahri a indiqué que le Maroc a développé son inclusion financière et économique en tissant différents partenariats et en concluant un ensemble de conventions avec les pays africains, mettant en avant l'implication du secteur financier et bancaire marocain dans cette démarche.

Al Alam :

• Un guide à l’intention des procureurs dans le domaine de la lutte contre la torture et autres formes de mauvais traitements a été présenté par le ministère public en vue de prodiguer des informations relatives aux droits humains et juridiques en matière de lutte contre la torture. Intervenant à cette occasion, le premier président de la Cour de cassation, président délégué du Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire (CSPJ), Mustapha Fares, a indiqué que ce guide constitue une initiative importante qui reflète l'adhésion totale du pouvoir judiciaire au grand chantier de réforme, sous la conduite de SM le Roi, que Dieu l'Assiste, pour une société de dignité, de liberté et de citoyenneté, ainsi que de responsabilité. La présentation de ce guide, ce 10 décembre qui coïncide avec la célébration de la communauté internationale du 71ème anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’Homme et le 35è anniversaire de la la Convention contre la torture, permet d'enrichir la production en matière juridique et judiciaire et de consacrer la culture des droits de l'Homme en tant que pratique et méthodologie d'action auprès des instances chargées d'exécuter la Loi, a-t-il dit.

• Le Produit intérieur brut (PIB) des zones oasiennes et de l’arganier est passé de 84 à 129 milliards de dirhams (MMDH) entre 2009 et 2018, a indiqué le ministère de l’Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts. Les zones oasiennes et de l’arganier ont connu une amélioration au niveau de la plupart des indicateurs, "approchant et dépassant parfois les ratios établis et ciblés" dans le cadre de la stratégie d'intervention de l'Agence, a précisé le ministère dans un communiqué publié suite aux réunions du Comité d’orientation stratégique et du Conseil d'administration de l'Agence nationale pour le développement des zones oasiennes et de l’arganier (ANDZOA), tenues lundi à Agadir sous la présidence du ministre l’Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, Aziz Akhannouch. Le total des investissements publics s'est ainsi élevé à 63,6 MMDH durant la période 2012-2018, soit 69% des objectifs stratégiques à l'horizon 2020, alors que plus de 82.527 emplois ont été créés durant la même période dans la zone d'action de l'agence, soit 52% des objectifs fixés pou

Al Massae :

• Le ministre du Travail et de l'insertion professionnelle a indiqué que, depuis 2015, aucune opération de recrutement des compétences marocaines par des pays étrangers n'a été autorisée. Lors de la séance réservée aux questions orales à la Chambre des Conseillers, le ministre s'est arrêté sur des chiffres inquiétants en matière d'exode des cadres marocains. Ainsi, l'Office français de l'immigration et de l'intégration indique que 7820 Marocains ont immigrés en France durant les 9 premiers mois de 2019, dont 6291 sont des travailleurs saisonniers et 1529 sont des migrants économiques.

• Certains Centres régionaux d'investissement ont adressé, ces dernières semaines, des dizaines de remarques et de demandes d'explication à des présidents de Conseils communaux. Ces demandes d'explications interviennent suite aux défaillances soulevées récemment par les juges de le Cour des comptes. Les élus concernés sont appelés à fournir, dans les plus brefs délais, des explications détaillées aux remarques faites par les magistrats. Les manquements observés concernent essentiellement la gestion administrative et financière dans certains services à caractère sensible, ainsi que l'urbanisme, les marchés publics et les permis de construire.

Al Ahdath Al Maghribia :

• La ministre de la Solidarité, du Développement social, de l’Égalité et de la famille, Jamila El Moussali a souligné que l'égalité entre les sexes constitue le prélude à l'autonomisation de la femme. "L'égalité est un prélude à l'autonomisation de la femme et au renforcement de sa place dans tous les domaines, politique, économique, social et culturel", a indiqué Mme El Moussali dans une allocution lue en son nom par la Directrice de la Femme au sein du ministère, Fatima Barkane, lors d'un séminaire international sur "l'égalité genre et l'autonomisation des femmes et des filles pour réaliser l'ODD 5 et la vision africaine en matière des droits des femmes". Elle a, par ailleurs, mis en avant les efforts déployés par le Maroc en matière d'autonomisation des femmes et qui se reflètent dans plusieurs textes juridiques, notamment la révision du code de la famille, l'article 19 de la constitution qui institue l'égalité, l'introduction de l'instance "l'autorité pour la parité et la lutte contre les discriminations" en plus de la loi relative aux violences faites aux femmes entrée en vigueur depuis septembre 2018.

• La ministre de l'Aménagement du Territoire, de l'Urbanisme, de l'Habitat et de la Politique de la ville, Nouzha Bouchareb, a annoncé la mise en place d'un système informatique qui permettra de mettre le point sur les bénéficiaires du programme de relogement et d'empêcher l'extension des bidonvilles, tout en contrôlant ces derniers grâce aux images satellitaires. Répondant à des questions orales sur le programme "Villes sans bidonvilles" et la nouvelle politique de la ville, à la Chambre des représentants, la ministre a mis en avant les résultats importants de ce programme, relevant que 59 villes ont été déclarées sans bidonvilles. Dans le cadre des efforts visant à contrer l'évolution du problème des bâtiments menaçant ruine, le ministère a mis en place une approche intégrée et contractuelle pour la réalisation d'une étude technique d'intervention et du traitement de ce phénomène à travers la conclusion d'un ensemble d'accords, a-t-elle dit.
Bayane Al Yaoum :

• Le Conseil d’administration (CA) de l’Agence Maghreb Arabe Presse (MAP), tenu à Rabat sous la présidence du ministre de la Culture, de la Jeunesse et des sports, porte-parole du gouvernement M. El Hassan Abyaba, a approuvé le plan triennal et le budget 2020-2022 de l’Agence. S'exprimant à l’ouverture de ce CA, tenu en présence notamment des représentants des départements membres du CA et du Directeur général de la MAP, M. Khalil Hachimi Idrissi, M. Abyaba a souligné les rôles stratégiques joués par la MAP, notamment en matière de défense des intérêts supérieurs du pays. Le ministre s'est également félicité des chantiers lancés par l’Agence en vue d’accompagner la régionalisation avancée à travers notamment la création de 12 pôles régionaux et d’un site web pour chaque région du Royaume, ainsi que le projet de lancement de services régionaux audiovisuels. Après avoir mis en avant le rôle des médias en tant que partenaire dans le processus du développement, le ministre a souligné que la MAP, qui figure parmi les établissements contribuant à la préservation de l’identité nationale et qui fournit une information vérifiée, dispose de compétences de haut niveau qui doivent être motivées sur les plans financier et moral.

• Le Secrétaire perpétuel de l'Académie du Royaume du Maroc, Abdeljalil Lahjomri a affirmé que dans le cadre de la promotion des échanges scientifiques et de l'ouverture sur les expériences pionnières dans le domaine de la modernisation, l'Académie n'hésite pas à solliciter des pays lointains afin de mieux les connaître et de bénéficier de leurs expériences dans tous les domaines. Dans une intervention à l'ouverture de la 46e session de l'Académie, tenue sur le thème "L’Asie comme horizon de pensée", M. Lahjomri a souligné que l'Académie veille sur la participation de chercheurs et de spécialistes éminents venus de différents pays asiatiques sur une période de six jours. Il s'agit de la Chine (9 et 10 décembre), de l'Inde (11 et 12 décembre) et du Japon (16 et 17 décembre), le but étant d'étudier les expériences de modernisation et de développement dans ces pays. M. Lahjomri a souligné qu'en s'ouvrant sur les recherches et les études spécialisées, et en accueillant des experts et des stratégistes d'Asie, d'Europe, d'Afrique et de la région arabe, l'Académie cherche à échanger des expériences et à développer la recherche dans divers domaines de la connaissance et ce, dans un esprit de conscience de l'importance de la localisation géographique et stratégique du Maroc et de son rôle de passerelle entre les nations et les civilisations.

Rissalat Al Oumma :

• Le Maroc s'est classé 6ème parmi les pays arabes et 61ème à l’échelle internationale selon l’indice de la sécurité alimentaire mondiale 2019, publié par « The Economist Intelligence Unit », du magazine britannique The Economist. Dans ce classement, l'indice de sécurité alimentaire, qui englobe 113 pays, s’est basé sur un certain nombre de sous-indicateurs, notamment la consommation ou les dépenses alimentaires, le seuil de pauvreté (la proportion de la population avec un revenu inférieur à 3,1 dollars par jour) et l'accès des agriculteurs aux ressources financières.

• Les pays de l'Organisation de la coopération islamique (OCI) doivent renforcer la prise de conscience commune parmi les acteurs des secteurs public et privé en vue de créer un front économique solide face aux blocs économiques résultant de la mondialisation, a souligné à Istanbul en Turquie, Khalid Benjelloun, membre du conseil d'administration de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM). Intervenant lors d'un atelier organisé dans le cadre de la conférence de haut niveau de l'OCI sur l'investissement dans les secteurs public et privé, Benjelloun a indiqué que les pays de l'OCI sont appelés à adopter une vision commune du développement qui facilite et stimule les flux d'investissement, le transfert de technologie et l'innovation. Selon lui, les indicateurs sur les flux d'investissements étrangers directs indiquent que les pays membres de l'OCI sont moins performants en termes d'attractivité des investissements étrangers, malgré la force de leurs économies, la disponibilité de la main-d'œuvre et l'abondance des ressources naturelles.

 

Revue de presse
Partage RéSEAUX SOCIAUX