×

Inscrivez-vous à notre newsletter


Revue de presse économique du 10 décembre 2019

Mardi 10 Decembre 2019 - PAR

Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce mardi:

Le Matin :

• Sa Majesté le Roi Mohammed VI a procédé, lundi à l’arrondissement Hssain à Salé, à l’inauguration du Centre national de Football de Maâmoura après sa rénovation et sa reconstruction et a bien voulu le baptiser de son Auguste Nom "Complexe Mohammed VI de Football". Structure intégrée dédiée à la performance et au développement d’une pratique footballistique de haut niveau, ce complexe, réalisé par la Fédération royale marocaine de football (FRMF), traduit la Haute sollicitude dont le Souverain n’a eu de cesse d’entourer le sport et la jeunesse et Sa volonté d'assurer aux professionnels du football national toutes les conditions de réussite et de succès, afin qu’ils puissent représenter leur pays comme il se doit.

• Son Altesse Royale la Princesse Lalla Hasnaa, présidente de la Fondation Mohammed VI pour la Protection de l'Environnement, a présidé, lundi à Rabat, le Conseil d’administration de la Fondation pour faire le bilan de l'année écoulée. Son Altesse Royale la Princesse Lalla Hasnaa continue de porter à l'étranger la parole du Maroc pour l'environnement. SAR la Princesse Lalla Hasnaa a présenté l'initiative climat en faveur des jeunes pour l'Afrique au Sommet Action Climat de l'ONU à New York en septembre 2019, où étaient présents de nombreux chefs d'État. L'African Youth Climate Hub, portée par le nouveau Centre international Hassan II pour la formation à l'environnement, rendra disponible tout le savoir et les initiatives qui y seront développés. Elle fait de ce centre physique un centre virtuel accessible à tous les jeunes d'Afrique.

L’Economiste :

• Deux mesures contradictoires sur la fiscalité des retraites viennent d'être votées par les conseillers. La première accorde l'exonération totale des pensions de l'IR. La seconde accorde un abattement de 60% sur le montant brut qui ne dépasse pas annuellement 168.000 DH! Cette contradiction semble avoir échappé aux conseillers. L'erreur serait certainement rattrapée par la Chambre des représentants lors de la deuxième lecture du projet de loi de finances. L'option de l'exonération totale réjouirait certes les retraités, mais son impact financier immédiat sur le budget est important: il est estimé à près de 1 milliard de DH. Au niveau de la CMR, cette mesure se traduirait par un pouvoir d'achat supplémentaire pour les retraités.

• L’évaluation du revenu global du contribuable sur la base des dé- penses est revisitée. Un amendement de l'article 29 (couplé au 216), adopté au niveau de la Commission des finances de la Chambre des conseillers, est presque passé inaperçu. La modification apportée consiste à augmenter le seuil à partir duquel l'administration peut exercer ce type de contrôle. Ainsi, cette vérification ne peut être opérée que lorsque le montant des dépenses visées à l'article 216 est supérieur à 240.000 DH par an, au lieu de 120.000 actuellement. Il s'agit en effet de vérifier la cohérence entre les revenus annuels déclarés et les dépenses personnelles dont la liste est prévue à l'article 29 du Code général des impôts.

 

Aujourd’hui le Maroc :

• La Chambre des représentants a adopté un amendement instituant une taxe intérieure sur la consommation (TIC) minimale de 3 DH par millilitre pour les liquides sans nicotine et 5 DH pour ceux qui contiennent moins de 10 grammes de nicotine. L’amendement en question a surtout permis de poser les bases d'une réglementation de la cigarette électronique ainsi que sa fiscalisation. Mais la partie était loin d'être terminée. L'examen du PLF à la deuxième Chambre a connu un autre rebondissement concernant les fameuses «vapoteuses». Pour certaines voix au sein des conseillers parlementaires, l'amendement introduit par les députés pourrait bien faire exploser les prix et ne profiterait pas à la concurrence sur le marché.

• La mobilité au sein de la région Casablanca-Settat reste peu cernée. l'Agence régionale d'exécution des projets-région Casablanca-Settat planche sur l'évaluation de l'offre actuelle des lignes régulières et services à la demande, l'identification des pôles d'échanges, à savoir les gares ferroviaires, gares routières ou encore les stations taxis. L’agence cherche également la confrontation entre l'offre et la demande actuelles et futures pour proposer un concept de mobilité visant à relever les défis identifiés. Il s'agit également de développer un projet pilote de système de transport à la demande pour les passagers des zones à faible densité, éloignées ou mal desservies.

Al Bayane :

• Le Maroc adopte une diplomatie reposant sur la responsabilité et la clarté qui fait du Royaume un partenaire crédible dans l'instauration de la paix, a affirmé à Rome, le ministre délégué auprès du ministre des Affaires étrangères, de la coopération africaine et des marocains résidant à l'étranger, Mohcine Jazouli. " Le Maroc agit et évolue dans sa région en adoptant une diplomatie dont la méthode est basée sur la responsabilité et la clarté, une diplomatie qui vise à renforcer les liens dans un esprit de fraternité et de solidarité avec tous les pays frères et amis, ce qui fait du Royaume un partenaire crédible pour la construction de la paix", a souligné Jazouli qui s'exprimait lors de la 5ème édition des Dialogues Méditerranéens tenus sous le thème "Au-delà des bouleversements, un agenda positif".

• Le thème "Autonomisation économique et renforcement des capacités des jeunes" figurait au centre des débats lors d’un forum régional organisé par le Conseil de la région de Dakhla-Oued Eddahab, dans le cadre des efforts visant à promouvoir les compétences de la jeunesse et à l’intégrer dans l'économie régionale. S’exprimant à cette occasion, le wali de la région Dakhla-Oued Eddahab, gouverneur de la province d’Oued Eddahab, Lamine Benomar, a relevé que la promotion de la formation professionnelle, la formation continue et l’auto-emploi exige l’adoption d’une approche basée sur le réalisme, l'audace et l'innovation. A ce propos, il a expliqué que les efforts des acteurs concernés doivent être menés dans le cadre d'une démarche participative et de bonne gouvernance, intégrant les domaines de la formation et de la gestion des politiques de l'emploi selon une vision stratégique.

L’Opinion :

• Nommé, le 19 novembre, par SM le Roi Mohammed VI à la présidence de la Commission spéciale pour un nouveau modèle de développement économique, Chakib Benmoussa a tracé, dimanche 08 décembre, l'esquisse de celle-ci. Ce sera une équipe « ramassée », composée de profils reconnus pour leurs compétences et choisis au Maroc comme au sein de la diaspora, issus du public comme du privé. Son travail sera participatif, ses propositions seront indicatives et elle devrait remettre sa copie finale au Souverain au mois de juin 2020. Créativité et audace sont attendus de ses membres, afin de répondre à la question du « comment » puisque c'est dans “l'action” que devrait se concrétiser le fruit de leurs efforts.

• Les participants au Colloque africain sur la qualité de l'éducation de la petite enfance (EPE) et la professionnalisation des éducatrices et des éducateurs ont plaidé en faveur de l'intégration de l'EPE dans les systèmes nationaux de gestion des données et les plans sectoriels de l'éducation dans les pays du continent. "Nous appelons à l'intégration de l'EPE dans les systèmes nationaux de gestion des données et dans les plans sectoriels de l'éducation afin que la planification, l'établissement de normes, la mise en œuvre et le suivi concernant le développement, la formation, la gestion et les conditions de travail du personnel de l'EPE soient dûment pris en compte et budgétisés de manière adéquate", ont-ils indiqué dans "la Déclaration et l'Appel à l'action de Casablanca" ayant sanctionné les travaux de ce colloque.

Libération :

• La 5è édition du congrès international de l’Arganier se tiendra, les 10 et 11 décembre à Agadir, à l’initiative de l’Agence Nationale de Développement des Zones Oasiennes et de l'Arganier (Andzoa). Cette manifestation, placée sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI, coïncide cette année avec la première édition du Salon international de l’arganier, indique l’Agence dans un communiqué. Ces deux événements majeurs permettront aux différents acteurs du secteur de discuter des moyens de promotion et de valorisation de la chaîne de valeur de l’arganier, afin de renforcer son rayonnement à l’échelle nationale et internationale.

• La 10ème édition du Salon International de l'Alimentation (SIAL Middle East) a été ouvert, lundi à Abou Dhabi, avec la participation de nombre d'acteurs de l'agroalimentaire représentant plusieurs pays, dont le Maroc. L'édition 2019 du Salon International de l'Alimentation accueillera, trois jours durant, plus de 1 000 exposants issus de 50 pays différents, selon les organisateurs. La participation marocaine s'inscrit dans la droite lignée de l’ambitieuse stratégie de développement, de commercialisation et de promotion des produits du terroir, mise en place dans le cadre du Plan Maroc Vert.
Akhbar Al Yaoum :

• L’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE) et l'institution allemande Kreditanstalt für Wiederaufbau (KfW) ont signé des contrats de financement d’un montant global de 55,5 Millions d'Euros. Signés respectivement par le Directeur général de L’ONEE, Abderrahim El Hafidi, le Directeur du bureau de la KfW au Maroc, Markus Faschina, et le Chef de Division Secteur Eau, Afrique du Nord, Jorg Dux, ces contrats portent sur plusieurs programmes couvrant le domaine de l’alimentation en eau potable et de l’assainissement liquide, indique un communiqué de l'ONEE. Ainsi, le premier programme concerne l'alimentation en eau potable des petits et moyens centres (composante2 –tranche 1) pour une enveloppe de 28,5 millions d'euros comportant des mesures d’augmentation et de renforcement de production, de pompage, de transport, de stockage et de distribution d’eau potable pour couvrir les besoins actuels et futurs des zones desservies ou en extension, ajoute le même source, soulignant que la population bénéficiaire est de l’ordre de 1,5 million d’habitants actuellement.

• La CGEM a reçu le prix Jaouad El Jaï pour la santé au travail, à l'occasion de la 12ème édition de l'Université d'automne Jaouad El Jaï de Santé au Travail. A cette occasion, le directeur général délégué de la CGEM, Jalal Charaf, s'est dit honoré par cette distinction qui porte le nom d'un illustre professeur de médecine, et qui vient couronner les efforts de la CGEM et son engagement à promouvoir la santé au travail. "Pour la CGEM, la santé au travail constitue une exigence éthique fondamentale", a-t-il souligné, notant que le patronat marocain a appuyé l'association Moha et la faculté de médecine de Casablanca dans leur candidature pour obtenir l'organisation du congrès mondial de la médecine de travail, qui se tiendra à Marrakech en 2024.

Al Massae :

• Le Projet de loi de finances 2020 vient d'être renvoyé à la première Chambre pour une deuxième lecture, après les quatre amendements qui y ont été introduits. Ces amendements ont porté notamment sur la création d'un Fonds spécial pour la promotion du système d'éducation et de formation, en application des dispositions de la loi cadre relative au système d'éducation de formation et de recherche scientifique. Il s'agit aussi d'allouer 50% des recettes de la contribution libératoire au titre des avoirs et liquidités à l’étranger à ce Fonds. Par ailleurs, le ministre des de l'Economie et des Finances avait annoncé que 50% des recettes de cette contribution libératoire seraient versés dans les comptes du Fonds d’appui à la cohésion sociale.

• Les pharmaciens ont sollicité le chef du ministère public, Mohamed Abdennabaoui, d'intervenir pour une meilleure régulation de la vente des médicaments relatifs aux maladies mentales. En effet, Mohamed Lahbabi, président de la Confédération des pharmaciens du Maroc, a appelé le parquet général à intervenir pour la mise en place d'ordonnances sécurisées et numérisées accessibles directement auprès de l'instance des médecins ou à la direction des médicaments et de pharmacie. Cette démarche est susceptible, selon Lahbabi, de protéger les ordonnances de toute falsification. Cette mesure peut concerner également des médicaments prescrits contre la maladie de Parkinson ou du cancer, ajoute-t-il.
Al Ahdath Al Maghribia :

• Le ministre de l'Economie et des Finances, Mohamed Benchaâboun, a réussi à faire valoir le principe de consensus sur le PLF 2020. En témoigne le nombre d'amendements acceptés et le temps record qu'il a fallu pour l'adoption du projet qui sera renvoyé, mercredi, à la première Chambre pour une deuxième lecture. Dans ce sens, le ministre s'est montré rassurant au sujet du très contesté article 9, en s'engageant à prendre incessamment toutes les mesures garantissant les droits des entreprises et l'exécution rapide des décisions judiciaires et empêchant toute atteinte aux biens immobiliers d'autrui sans recours aux procédures d’expropriation. Parmi ces mesures figure l'amendement du décret des marchés publics qui comprend une disposition fixant un délai maximum de 4 ans pour les ordonnateurs afin de débloquer les fonds faisant l'objet d'une décision judiciaire définitive et exécutoire au profit des entreprises soumissionnaires, dans le cadre des marchés publics de l'Etat, des collectivités territoriales et des établissements et entreprises publics

• Le ministre de l’Énergie, des Mines et de l’Environnement, Aziz Rabbah, et le Directeur Exécutif de l’Agence Internationale de l’Energie (AIE), Fatih Birol ont signé un programme d’action pour la période 2020-2021, dans le but d’approfondir la coopération bilatérale dans les domaines de la sécurité énergétique, des énergies renouvelables, de l’efficacité énergétique, du renforcement des capacités et des données et statistiques. Dans le cadre de ce programme, l’AIE et le Ministère de l’Énergie, des Mines et de l’Environnement travailleront en étroite collaboration pour atteindre les objectifs ambitieux énoncés dans le plan énergétique du Royaume. Ce programme conjoint de travail vise également à promouvoir les relations de longue date entre l’AIE et le Maroc et consolidera le partenariat entre les deux parties pour un avenir énergétique plus durable et plus sûr.

Al Alam :

• Le Maroc occupe la 61ème place dans le classement des 80 pays les plus puissants du monde, selon une étude de l'Université de Pennsylvanie. Ce classement tient compte des influences politiques et financières d'un pays, ainsi que de ses alliances internationales, la puissance de son armée et la manière de se comporter en tant que leader international. A noter que ces paramètres ont fait l'objet d'une enquête auprès de 20.000 interviewés à travers le monde.

• Le ministre du Transport, Abdelkader Amara, met fin au transport des personnes à bord de triporteurs. Répondant à une question orale au Parlement, le ministre a indiqué que, vu les chiffres alarmants des accidents causés par les triporteurs, le gouvernement sera intransigeant avec cette pratique, et ce en coordination avec les services concernés au ministère de l'Intérieur, à la sûreté nationale et à la gendarmerie royale. D'importantes amendes seront appliquées aux contrevenants, en plus du retrait de leurs permis qui pourrait être définitif.

Bayane Al Yaoum :

• Le rapport sanctionnant le travail de la Commission spéciale sur le nouveau modèle de développement sera soumis à SM le Roi Mohammed VI, le 30 juin 2020, a indiqué Chakib Benmoussa, chargé de la présidence de cette commission. M. Benmoussa, qui s’adressait à la presse a souligné que les membres de la commission, qui seront nommés par le Souverain dans les jours qui viennent, travailleront à titre volontaire et ne percevront aucune indemnité. Il a également annoncé qu'il gardera sa fonction d'ambassadeur du Maroc à Paris et qu’il supervisera en parallèle les travaux de la Commission spéciale sur le nouveau modèle de développement.

• Les créances en souffrance se sont chiffrées à 69,7 milliards de dirhams à fin octobre, soit une hausse de 6,84% par rapport au début de l'année en cours. Ils représentent ainsi 7,7% de l’ensemble des prêts bancaires, qui s’élèvent à 898,4 milliards de dirhams par rapport au début de l'année. Le manque de liquidité serait la raison derrière l’augmentation de ces créances chez les ménages, qui se chiffrent à 29 milliards de dirhams.

Rissalat Al Oumma :

• Le Wali de Bank Al-Maghrib (BAM), Abdellatif Jouahri, a mis en exergue les implications et effets "disruptifs" de la transformation digitale et des innovations technologiques sur la sphère financière africaine, en particulier. S'exprimant lors de la troisième édition du Symposium Régional de haut niveau sur la stabilité financière, M. Jouahri a appelé le système financier africain à s'adapter constamment pour faire face à l'émergence de nouveaux risques et vulnérabilités pesant sur la stabilité financière. Selon lui, l’essor des Fintech et des Insurtech, l’utilisation des Big Data, les modes de financements alternatifs "crowdfunding", le développement du paiement mobile et l’utilisation des technologies de la blockchain sont autant d’exemples sur l’implication importante de ces innovations technologiques dans les secteurs bancaire, assurantiel et des marchés de capitaux.

• Le Royaume du Maroc, qui figure parmi les plus anciens Pays Contributeurs en troupes, a fait le choix irréversible de participer de manière constante aux opérations de maintien de la paix (OMP) des Nations Unies, a affirmé le chef de la division ONU au ministère des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l'étranger, Amine Chabi. Le Pays déploie plus de 70.000 Casques bleus marocains dans quatre continents, dans un environnement opérationnel de plus en plus exigeant, a relevé Chabi à l’ouverture d’un Séminaire international, tenu au siège de l'Etat-Major de la Zone Sud des Forces Armées Royales (FAR). Chabi s’est, en outre, félicité du classement du Royaume parmi le Top 15 des pays contributeurs en troupes les plus importants des Nations Unies.

Al Ittihad Al Ichtiraki :

• Le ministre de l'Economie, des finances et de la réforme de l'administration, Mohamed Benchaâboun, a souligné dimanche à Istanbul en Turquie, l'importance d'examiner les moyens nécessaires pour mettre en place progressivement un espace régional qui permettrait aux pays islamiques de s'intégrer dans les chaînes de valeur mondiales et de réaliser les Objectifs de développement durable (ODD). S’exprimant à l'ouverture de la conférence de haut niveau de l'Organisation de la coopération islamique (OCI) sur l'investissement dans les secteurs public et privé, M. Benchaâboun a relevé l'importance d'évaluer le processus d'intégration économique entre les pays islamiques, indiquant que cette conférence de haut niveau intervient dans une conjoncture mondiale marquée par une escalade de tensions commerciales et de risques géopolitiques. Le ministre a également relevé la nécessité d'intensifier les efforts pour améliorer le climat général des investissements et gagner la confiance des investisseurs afin que les pays membres de l'OCI puissent surmonter les défis majeurs, ouvrir des perspectives prometteuses et offrir de nouvelles opportunités aux jeunes des pays de la région, compte tenu du rôle de l'investissement en tant que levier de développement, et des potentialités dont regorge la région.

• La compagnie aérienne nationale Royal Air Maroc (RAM) a transporté, en 2019, plus de 160.000 passagers sur sa ligne Casablanca-Tunis, a annoncé son représentant régional en Tunisie, Mohammed Issam Mosseddaq. "Pendant l'exercice IATA 2019 (Association internationale du transport aérien), RAM a transporté plus de 160.000 passagers de et vers l’aéroport Tunis Carthage", a précisé le responsable lors d’une soirée gala organisée au profit de ses partenaires et qui marque la clôture de l’année IATA 2019. Il a ajouté qu’avec 2 vols Tunis-Casablanca par jour, 18 villes marocaines desservies sur le réseau domestique, un réseau de plus de 96 destinations, RAM ou sa filiale aérienne unique "RAM Express", se positionne en tant qu’opérateur de référence pour le trafic de la Tunisie vers le Maroc, l’Afrique et également l’Amérique et vice-versa.

 

 

Revue de presse
Partage RéSEAUX SOCIAUX