×

Inscrivez-vous à notre newsletter


Revue de presse du 4 décembre 2018

Mardi 04 Decembre 2018 - PAR

(MAP), Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce mardi :

*Le Matin. :

- Sa Majesté le Roi Mohammed VI a reçu, lundi au Palais Royal à Rabat, Latifa Akharbach, que le Souverain a nommée présidente de la Haute autorité du Conseil supérieur de la communication audiovisuelle. Le Souverain a également reçu Narjiss Reghay, Jaafar Kansoussi, Ali Bakkali Hassani et Abdelkader Chaoui que le Souverain a nommés nouveaux membres du Conseil supérieur de la communication audiovisuelle et ce, en application des dispositions de l'article 9 de la loi 15-11 relative à la réorganisation de la Haute autorité de la communication audiovisuelle.

- Sa Majesté le Roi Mohammed VI a reçu, lundi au Palais Royal à Rabat, Ahmed Reda Chami, que le Souverain a nommé président du Conseil Economique, Social et Environnemental (CESE). Lors de cette audience, le Souverain a donné ses hautes orientations à M. Chami pour que le Conseil continue de s’acquitter des missions qui lui sont confiées et pour renforcer sa contribution efficiente en matière de propositions et d’élaboration d’études dans les différents domaines relevant de sa compétence.

*Aujourd’hui le Maroc. :

- Les collectivités territoriales renforcent leurs trésoreries et continuent de cumuler les excédents tout au long des dix premiers mois de l’année. Les statistiques arrêtées par la Trésorerie générale du Royaume à fin octobre font état d’une disponibilité de fonds de 38,7 milliards de dirhams, assurés à hauteur de 62% par les communes. Ce montant est constitué d’un excédent de 29,5 milliards de dirhams cumulés des exercices antérieurs. Rien qu’en octobre dernier, les collectivités territoriales ont généré un excédent de près de 4 milliards de dirhams contre 2,8 milliards de dirhams enregistrés une année auparavant.

- Stimuler le paiement par carte, c’est la finalité de l’opération lancée par le Centre monétique interbancaire (CMI), en partenariat avec 9 banques. En effet, du 1er décembre 2018 au 31 janvier 2019, les porteurs de cartes de paiement pourront bénéficier de plusieurs avantages. A chaque paiement par carte bancaire marocaine sur TPE affiliées au CMI et sur des sites de paiement en ligne marocains, tous les porteurs de carte bancaire seront automatiquement sélectionnés pour participer au tirage au sort national, avec à la clé de nombreux lots à gagner. Par ses opérations promotionnelles, le CMI et ses partenaires indiquent jouer un rôle essentiel dans la dématérialisation des transactions commerciales. 

*L’Economiste. :

- Les commerçants et les professionnels estiment avoir été ignorés par le projet de loi de finances pour 2019. « Aucune des mesures proposées n’a été retenue. De plus, les dispositions fiscales prévues sont en contradiction avec les attentes », regrette Mohamed Jraifi, membre du bureau exécutif du syndicat national des commerçants et des professionnels (SNPC), proche de l’USFP. Depuis quelques années, les commerçants sont bousculés par l’installation de nombreuses grandes et moyennes surfaces dans des quartiers résidentiels. L’introduction de nouveaux mode de shopping (grandes et moyennes surfaces, franchises, vente en ligne…) n’est pas sans présenter une rude concurrence avec des armes inégales. Du coup, le revenu des commerçants s’en trouve impacté.

- Maroc-Belgique : une trentaine de deals. OCP, Holmarcon, Groupe El Eulji, Maroclear, Prayon…Les opérateurs nationaux étaient au rendez-vous de la grande mission belge au Maroc. Près d’une trentaine d’accords de partenariat y ont été conclus. Les deals ont concerné des secteurs porteurs : EnR, eau, chimie et parachimie, ingénierie, formation, logistique…Un impact positif en termes de créations d’emploi et d’investissement est fortement attendu.



*L’Opinion. :

- Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) a appelé dans un rapport à la mise en place d’un mode de gouvernance « novateur » pour faire de la migration un réel levier du co-développement de la coopération et de la solidarité. Ce mode, qui devrait être capable d’assurer une cohérence des politiques publiques et agendas relatifs aux migrations de travail, nécessite une coordination et une action globale et multidimensionnelle impliquant l’ensemble des parties prenantes pour apporter des solutions durables à la gestion des flux migratoires, indique ce rapport.

- Le Maroc est fortement ouvert au secteur des produits "Halal" à travers le soutien à la création des entreprises ou à drainer les investisseurs pour réaliser des projets dans le Royaume, a affirmé le président de l’Association marocaine des exportateurs, Hassan Sentissi. Le Royaume vise à mettre en évidence son potentiel dans ce domaine et à s’ouvrir sur les nouveaux marchés prometteurs, a-t-il déclaré à l’occasion de la participation de l’Association à la 6ème édition du Salon des produits halal, à Istanbul.
*Al Bayane. :

- Une délégation marocaine se rendra à Genève les 5 et 6 décembre pour participer à "une table ronde" au sujet du différend régional sur le Sahara marocain. Cette participation fait suite à l'invitation de l'envoyé personnel du secrétaire général de l'ONU, Horst Köhler, adressée le 28 septembre et le 23 novembre 2018, au Maroc, à l'Algérie, au "polisario" et à la Mauritanie. Cette délégation est conduite par Nasser Bourita, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale.

- Le Comité international de soutien au peuple palestinien a salué le message adressé par SM le Roi Mohammed VI, Président du Comité Al-Qods, au président du Comité de l'ONU pour l'exercice des droits inaliénables du peuple palestinien. Dans un communiqué, le Comité souligne que les positions de SM le Roi interviennent dans un contexte délicat pour la question palestinienne, qui fait face à des tentatives de liquidation, en insistant sur l'appui constant et infaillible apporté par le Royaume du Maroc, Roi, gouvernement et peuple, à la Palestine et à sa juste cause. Le Comité a également loué le soutien politique apporté par le Maroc à cette cause au sein de toutes les instances internationales.

*Libération. :

- De nouveau, l’Institut royal des études stratégiques (IRES) tire la sonnette d’alarme : notre dépendance extérieure en céréales s’accentuera sur le long terme en raison de l’augmentation de la population et de la fréquence élevée des sécheresses. En effet, le taux de dépendance aux importations est passé de 14,03% entre 1963 et 1971 à 43,44% entre 2002 et 2013, rappelle la sixième édition du Tableau de bord stratégique sur l’évolution du positionnement international du Maroc rendue publique dernièrement. Certains observateurs pensent que la sécurité alimentaire du pays est en jeu. Ceci d’autant que la balance alimentaire reste déficitaire pour plusieurs produits et que le taux d'autosuffisance alimentaire se situe pour les produits de base, en moyenne, à 80% pour les céréales, 60% pour le sucre et 85% pour le lait et dérivés. Une situation que le Plan Maroc Vert ne semble ne pas avoir prise en ligne de compte.

- Le président de la Chambre des représentants, Habib El Malki, s'est entretenu à Mexico avec le président de la Chambre des députés mexicain, Porfirio Muñoz Ledo, des moyens de renforcer la coopération bilatérale et promouvoir la diplomatie parlementaire. Lors de cette rencontre, El Malki a mis l'accent sur l'importance de la diplomatie parlementaire pour consolider les liens de coopération et d'amitié entre les peuples, mieux connaître les réalités exactes des pays et entreprendre de nouvelles perspectives de coopération entre les deux pays. Il a également souligné l'importance de renforcer la concertation politique entre les deux pays pour mieux connaître les nouvelles réalités du Maroc.

*Al Alam. :

- Le gouvernement a opéré des retenues sur les salaires des professeurs contractuels en raison de la grève qu’ils avaient menée pour revendiquer l’intégration dans la fonction publique et l’abolition du recrutement par voie contractuelle. Le ministère de l’Education nationale a estimé que le taux de participation à la grève que les enseignants contractuels avaient observée le 22 octobre dernier n’avait pas dépassé 33,57%, alors que la Coordination nationale des professeurs contractuels a affirmé que cette grève avait obtenu 90% de réussite.

*Al Ittihad Al Ichtiraki. :

- L'adhésion du Maroc à la Convention de Budapest sur la cybercriminalité a placé le Royaume parmi les pays leaders en matière des législations modernes, tout en lui permettant de se doter d’un mécanisme développé pour faire face aux crimes commis via les systèmes informatiques, a affirmé le Procureur général du Roi près la Cour de Cassation, chef du ministère public, Mohamed Abdennabaoui. L’adhésion du Maroc à ce processus lui a également permis de tirer profit des moyens juridiques que cette Convention vise à atteindre et qui consistent essentiellement en l’harmonisation du Code pénal national avec ses dispositions et la mise en place d’un régime rapide et efficace de coopération internationale, a expliqué Abdennabaoui lors d’une journée d’étude sur "les mesures de coopération internationale conformément aux dispositions de la Convention de Budapest sur la cybercriminalité".

*Bayane Alyaoum. :

- Mohamed Nabil Benabdellah, secrétaire général du PPS, a affirmé que son parti soutient de manière automatique et inconditionnelle toutes les voix qui revendiquent leurs droits justes et légitimes. Benabdellah a estimé que le chef du gouvernement doit améliorer la performance de son cabinet et créer un climat de travail optimal pour la majorité gouvernementale, qui semble manquer de cohésion. S’exprimant lors d’un meeting à Agadir, il a appelé les partis politiques à remplir les rôles politiques qui leur sont assignés, notamment l’encadrement, le suivi et l’évaluation.

*Rissalat Al Oumma. :

- L’annonce des résultats du mouvement de mutation du corps enseignant de l’éducation nationale, au titre de l’année scolaire 2019-2020, n’a pas plu à tout le monde. Certains ont jugé que l’annonce des résultats pendant cette période de l’année scolaire risque d’affecter la performance des professeurs bénéficiaires de ce mouvement. Bien que révélatrice d’efforts louables consentis au service des enseignants, cette démarche semble tomber au mauvais moment de l’année. Le timing approprié devrait être la fin de l’année scolaire, selon des acteurs pédagogiques.

*Akhbar Alyaoum. :

- Le rythme annuel de progression du crédit bancaire s'est décéléré à 1,5% en octobre 2018, après 2,5% un mois auparavant, indique Bank Al-Maghrib (BAM). Les réserves internationales nettes ont marqué un repli de 1,5% en octobre après une hausse de 0,5% un mois auparavant, selon les statistiques monétaires de BAM du mois d'octobre. Le taux de croissance des prêts à l'équipement est revenu de 4,1% à 3,4% et celui des crédits à l’immobilier de 3% à 2,1%, relève BAM, ajoutant que les concours à la consommation se sont accrus de 5,8% après 5,6% en septembre.

*Al Massae. :

- Malgré les investissements considérables accomplis par la CDG dans de nombreux secteurs, notamment celui de l’immobilier, le ministre de l’Economie et des finances, Mohamed Benchaaboun, a affirmé devant la commission des finances à la Chambre des conseillers que cet établissement ne réalise pas de bénéfices. Ces propos ont été tenus lors de la réunion consacrée au débat sur le projet de loi de finances 2019. Cette réunion a connu un débat ardent au sujet de l’impôt sur les boissons gazeuses.

*Al Ahdath Al Maghribia. :

- Malgré la hausse du rythme des exportations par rapport à celui des importations, cela n’a pas conduit à une réduction du déficit structurel de la balance budgétaire. Entre octobre 2017 et octobre 2018, le déficit budgétaire du Maroc s’est élevé à 12 milliards de dirhams, selon des données de Bank Al-Maghrib. Ce déficit persiste bien que plusieurs secteurs exportateurs aient réalisé une bonne performance. A fin octobre dernier, le rythme des exportations était nettement supérieur à celui des importations.

 

Partage RéSEAUX SOCIAUX
Autres articles en relation