×

Inscrivez-vous à notre newsletter


Revue de presse du 17 mai 2018

Jeudi 17 Mai 2018 - PAR

Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce jeudi: 

*Le Matin. :

- Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L'assiste, a procédé, mercredi à l’arrondissement Hssain (Préfecture de Salé), à l’inauguration de l’hôpital préfectoral «Prince Moulay Abdallah», d’une capacité d’accueil de 250 lits et ayant nécessité des investissements de l’ordre de 312 millions de dirhams.

- Mouvement irréversible. Les paiements en ligne et sur TPE gagnent toujours du terrain et progressent même plus vite que les opérations de retrait encore dominantes. 8,8 milliards de dirhams ont ainsi été déboursés par cartes marocaines et étrangères au premier trimestre 2018, soit une progression de 23% sur un an. Pour les seules cartes marocaines, le panier moyen ressort à 435 DH.

*Libération.:

- Alertes sur les dettes des établissements et entreprises publics. Elles ont atteint les 245,8 milliards de DH en 2015, soit 25% du PIB. Elles sont en recrudescence graduelle depuis 2000. L’Office national d’électricité et de l’eau potable arrive premier sur le podium des entreprises et établissements publics (EEP) endettés avec 56,825 milliards DH suivi de l’OCP (54,738 MMDH) et de l’ADM (39,930 MMDH). La CDG arrive en quatrième place avec 24,757 MMDH suivie par l’ONCF (23,995 MMDH et la RAM (5,452 MMDH), a indiqué un dernier rapport de la Cour des comptes publié récemment.

- Le Conseil d’administration du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) a approuvé un prêt de 200 millions d’euros pour financer le Programme d’appui au développement inclusif et durable des filières agricoles (PADIDFA) au Maroc, a annoncé la Banque, mardi. Cette nouvelle opération a pour objectif d’appuyer la création d’emplois en zones rurales par le développement inclusif de chaînes de valeur agricoles, a précisé la BAD dans un communiqué.
*L’Economiste. : 

- Comme tous les ans durant le Ramadan, les autorités se montrent fermes envers les commerçants qui n’affichent pas les prix, tel que la loi les y oblige. Ce sont essentiellement les produits alimentaires qui sont visés par cette offensive du ministère de l’Intérieur. Étrangement, ce souci de faire respecter la transparence des prix ne se manifeste qu’une fois par an. Le même message de fermeté est adressé aux opérateurs qui seraient tentés par la spéculation dans le seul but d’organiser la rareté des produits.

- Pour le sprint final à la veille des élections à la présidence de la CGEM, les candidats affutent leurs armes. La tournée de Hakim Marrakchi dans les régions l’a notamment conduit à Fès, Oujda, Tanger, Rabat, Marrakech, Agadir… où il a rencontré les fédérations et échangé sur les problématiques locales. « Il faut placer les régions au cœur de la CGEM », soutient Marrakchi. Son binôme mixte, avec Assia Benhida, défend en outre une CGEM beaucoup plus dans l’air du temps, qui respecte la parité, se digitalise et se réorganise. Pour Mezouar, l’une des priorités porte sur la mise en place d’un mécanisme permettant aux PME et surtout aux TPE d’accéder au financement sans pour autant être obligées d’hypothéquer les biens personnels des dirigeants. 

*Al Bayane. :

- Le tant attendu rapport d’enquête parlementaire sur les prix des hydrocarbures vient d’être officiellement présenté en commission des finances de la Chambre des représentants. Comme on s’y attendait, le document pointe une très forte hausse de la marge de profit des distributeurs depuis la libéralisation du secteur en 2015. Selon Abdellah Bouanou, président de la commission d’enquête, l’écart entre le prix fixé par le gouvernement et celui de vente s’élève à 1 DH par litre. Compte tenu d’une demande estimée à 6,5 millions de tonnes, les distributeurs génèrent un chiffre d’affaires additionnel de 7 milliards de DH. 

- C’est une réalité ! Les consommateurs marocains se sont déjà sentis physiquement mal après une mauvaise expérience avec un service client. Ils disent avoir hurlé, juré, pleuré…certains affirment avoir eu mal à la tête, quand d’autres déclarent avoir cassé un objet pour passer leur colère. Selon une étude menée par le cabinet spécialisé des études marketing Kantar TNS pour le comte d’ESCDA Maroc, les Marocains préfèrent le face à face, mais c’est ce canal qui aboutit le moins à la satisfaction du client. *L’Opinion. : 

- Les femmes marocaines entrepreneures représentent 10 à 12% du nombre total des entrepreneurs au niveau national, fait ressortir un rapport du Bureau international de Travail (BIT) sur "l'évaluation du développement de l’entrepreneuriat féminin au Maroc" présenté mardi à Rabat, lors de l'atelier national de dissémination des résultats. Réalisée entre 2014 et 2015, dans le cadre du projet "Jeunes au travail" exécuté par le BIT, en partenariat avec le ministère de l’Emploi et des affaires sociales et avec l'appui financier d’Affaires mondiales Canada, cette étude relève que les entrepreneures marocaines "sont essentiellement concentrées sur Rabat et Casablanca, avec un chiffre d’affaires qui reste généralement inférieur à 20 millions de dirhams (MDH), voire à 5 MDH pour une large proportion d’entre elles".

- Le secteur du bâtiment résidentiel et tertiaire représente 33% de la consommation totale d’énergie au Maroc, a indiqué mardi la directrice par intérim de la direction de la qualité et des affaires techniques au sein du ministère de l'Aménagement du territoire national, de l'Urbanisme, de l’Habitat et de la Politique de la ville, Soraya Khalil. Intervenant à l’occasion du lancement des ateliers thématiques de l’efficacité énergétique, Mme Khalil a relevé une forte croissance de l’énergie consommée dans le secteur du bâtiment, estimée à environ 5% par an.

*Aujourd’hui le Maroc. :

-Le ministre de la Culture et de la communication, Mohamed Laâraj, a indiqué mardi qu'un total de 656 sites d'information a été déclaré auprès du ministère à fin 2017. Ces déclarations concernent 325 sites en langue arabe, 27 sites en langue française, 168 sites bilingues (arabe-français) et 15 sites d'information trilingues (arabe-amazighe-français), indique le ministère de la Culture et de la communication dans un communiqué, à l'occasion de l'examen, mardi, en Commission à la Chambre des représentants, du projet de loi modifiant et complétant le Code de la presse et de l'édition.

- L'activation de la ligne téléphonique directe dédiée à la réception des dénonciations d'actes de corruption a permis l'arrestation de fonctionnaires ou d'intermédiaires en flagrant délit, par les éléments de la police judiciaire, sous la supervision directe du parquet compétant, apprend-on auprès de la présidence du ministère public. Les suspects ont été placés en garde à vue à la disposition de l'enquête, précise-t-on de même source. La ligne téléphonique directe a reçu quelque 355 appels depuis son lancement lundi.*Akhbar Alyaoum. :

- Étude: la majorité des entreprises féminines sont des TPE. Un nouveau rapport révèle que les femmes marocaines entrepreneures représentent 10 à 12% du nombre total des entrepreneurs au niveau national, notant que « les femmes marocaines semblent s'impliquer dans l'activité entrepreneuriale à un stade plus précoce de leur vie par rapport aux autres femmes entrepreneures de la région MENA ». L’étude réalisée par le Bureau international de Travail (BIT) relève aussi que les entreprises féminines sont majoritairement de très petites entreprises (TPE) et peu de petites et moyennes entreprises (PME) avec un chiffre d’affaires qui reste généralement inférieur à 20 millions de dirhams (MDH), voire à 5 MDH pour une large proportion d’entre elles".

- Suite à l’enquête diffusée par un magazine allemand accompagné d’une vidéo sur des ouvrières marocaines travaillant dans des fermes agricoles au sud de l’Espagne et l’Italie ayant subi « une agression sexuelle », une commission maroco-espagnole a été dépêchée la semaine dernière dans la ville espagnole de Huelva en vue d’élucider cette affaire. La commission composée des responsables du ministère de l’Emploi et l’insertion professionnelle, l’Agence nationale de promotion de l’emploi et des compétences et l’ambassade espagnole au Maroc a effectué une visite au niveau desdites fermes et ont pris connaissance des conditions de travail d’environ 11.000 ouvrières.

*Al Ahdath Al Maghribia.:

- Le taux d'avancement des projets dans le cadre du Programme de développement des provinces du Sud (2015-2021) a atteint 48%, a assuré lundi le Chef du gouvernement, Saâd Eddine El Othmani, ajoutant que ce taux devrait atteindre 70% vers la fin de l'année en cours. El Othmani a relevé que les fonds engagés jusqu'à la fin du mois de mars 2018 pour ce modèle, lancé par SM le Roi Mohammed VI à Laâyoune à l'occasion du 40ème anniversaire de la Marche Verte, ont atteint environ 21 milliards de dirhams (MMDH).

- Le syndicat des médecins du secteur public compte entamer une grève nationale de 48 heures, les 23 et 24 mai courant, à l’exception des services de réanimation et d’urgence. Il entend aussi saisir la justice au sujet des prélèvements sur les salaires des grévistes. Cette escalade du syndicat intervient pour réclamer l’accélération du règlement des revendications des médecins, à travers l’amélioration des conditions de travail, la hausse des salaires et l’augmentation du nombre de postes des spécialités vu le manque grave que vit le secteur.
*Al Alam. :

- Le Centre marocain anti poison et pharmacovigilance a révélé que les médicaments étaient la cause principale des intoxications au Maroc durant 2017, avec un taux de 24% (16.000 cas). Les aliments viennent en deuxième position avec 16%, suivis par les produits gaziers avec 16%. Le Centre a ajouté, dans un rapport publié récemment, que le taux des cas d’intoxications a augmenté de 10% par rapport à 2016, notant que 98,9% des cas d’intoxications se sont produits à domicile, dont 45% sont des tentatives de suicide.

- Le président du groupe istiqlalien à la Chambre des représentants, Noureddine Moudiane, a relevé au sujet du rapport réalisé par la commission d’enquête à la Chambre des représentants sur les prix des carburants que la recommandation attendue par le peuple marocain n’est pas inclue dans le rapport : il s’agit de baisser les prix des carburants. Moudiane a noté que le citoyen marocain n’attend pas le rapport et les recommandations « timides », mais aspire à des mesures concrètes, signalant que le prix du gasoil et de l’essence ne doivent pas dépasser sept et huit dirhams respectivement.

*Bayane Alyaoum. :

- Sous le signe "Tous engagés pour la santé", le ministre de la Santé Anas Doukkali a donné le coup d’envoi des Groupes de travail de concertation autour du plan de santé 2025. Ce plan contribuera à l’accompagnement du chantier de réforme du secteur de la santé en vue de mettre en place un plan de travail sectoriel qui répond à toutes les exigences du système de santé et améliorer la situation de la santé publique. Le plan s’appuie sur une vision qui ambitionne de garantir un système de santé unifié et structuré à même de rapprocher les services de santé aux citoyens et promouvoir la solidarité et l’entraide dans le domaine de la santé.

- Un total de 422 tonnes de produits alimentaires impropres à la consommation a été saisi et détruit au cours du mois d'avril 2018 au niveau national, selon l'Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA). Les inspecteurs de l'ONSSA ont réalisé 5.852 visites de contrôle sur le marché local, dont 1.489 en commission mixtes provinciales et préfectorales, pour contrôler 85.284T de produits alimentaires, indique l'Office dans un communiqué, précisant que 125 dossiers ont été transmis au parquet, pour jugement.*Al Massae. :

- La Cour d'appel de Tanger a rendu un jugement à propos d’une étrange affaire d’escroquerie immobilière, dont 118 citoyens ont été victimes. Ces derniers ont été induits astucieusement en erreur en les persuadant à acheter des lots de terrain qui relevaient du domaine forestier. La Cour a condamné les coupables à 4 ans de prison ferme. Cette affaire remonte en 2012, lorsque les citoyens victimes ont découvert que les lots de terrain qu’ils ont achetés étaient inscrits sur l’assiette immobilière d’un cimetière créé par arrêté communal.

- Le chef du gouvernement, Saâd Eddine El Othmani a annoncé mardi la création d'une commission chargée de l'examen des prix des produits les plus commercialisés et les plus demandés sur le marché afin de proposer des solutions à même d'alléger la pression sur le pouvoir d'achat des ménages. El Othmani a souligné à la Chambre des conseillers la détermination du gouvernement à prendre les mesures nécessaires pour défendre les intérêts des citoyens, appelant les producteurs d'aliments à forte consommation ainsi que les professionnels de la distribution et les commerçants à entreprendre des initiatives pour baisser les prix, alléger le fardeau sur le panier des ménages et booster la consommation intérieure.

*Al Ittihad Al Ichtiraki. :

- Driss Lachgar, premier secrétaire de l’USFP, a fait part de son intention de saisir le chef du gouvernement pour la tenue d’une réunion de la majorité en vue d’examiner l’ensemble des problèmes sociaux. Lachgar, qui s’exprimait lors d’une réunion du conseil régional du parti pour la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima, a souligné que la situation exige davantage d’audace et de clarté avec le peuple marocain, notamment au sujet de la redistribution des richesses et du rôle du conseil de la concurrence.

- Des experts et acteurs économiques ont affirmé mardi que l'investissement dans la mise à niveau des Petites et moyennes entreprises (PME) constitue un enjeu majeur pour améliorer leur productivité et compétitivité. S'exprimant lors d'un séminaire à Tanger, les intervenants ont mis en avant l'importance du renforcement des investissements dans la mise à niveau des entreprises marocaines, en particulier les PME/TPE qui représentent plus de 95% du tissu économique national, notant que ces fonds engagés permettent de promouvoir la productivité des entreprises et de générer une forte valeur ajoutée.

*Rissalat Al Oumma. :

- Le ministre de l’Education nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique Said Amzazi a affirmé que le programme Tayssir a permis de réduire le taux de décrochage scolaire d’environ 60%, notamment parmi les filles, et de réintégrer 67% d’enfants qui avaient abandonné les études.

- Les groupes et groupements parlementaires à la Chambre des représentants, relevant aussi bien de la majorité que de l'opposition, ont souligné mardi la nécessité d'établir des mesures de plafonnement des prix des carburants et d'évaluer l'efficacité de la politique de libéralisation du secteur des hydrocarbures. Lors d’une réunion de la commission des finances et du développement économique à la Chambre des représentants, consacrée à la présentation et l'examen des conclusions du rapport de la mission d'information parlementaire consacré aux prix des hydrocarbures, les parlementaires ont souligné le besoin urgent de la mise en œuvre de la loi sur la protection du consommateur et l'activation du Conseil de la concurrence.

 

Partage RéSEAUX SOCIAUX
Autres articles en relation